Les Gilets Jaunes devraient payer les salaires des CRS

Et aussi rembourser le caviar invendu du Fouquet's du fait de leurs manifestations.

Le Ministère de l'Intérieur russe exige des dirigeants de l'opposition 18 millions de roubles, environ 250000 euros, correspondant aux salaires des forces de sécurité mobilisées pendant les manifestations de cet été quand la jeunesse de Moscou exigeait que des candidats de l'opposition réelle puisse participer aux élections. Faire payer les manifestants, une bonne idée dont Castaner ferait bien de s'inspirer.

Mais c'est surtout le culot du Ministère de l'Intérieur russe qui laisse sans voix ici. Et sa créativité juridique ! Où a-t-on déjà vu des flics facturer aux manifestants qu'ils viennent de matraquer leurs heures de travail ? La Russie est vraiment un pays merveilleux. L'éternel laboratoire des régimes les plus tordus et des techniques de repression les plus vicieuses. On dit que l'Etat chinois facture à la famille de l'exécuté la balle qu'on lui a collé dans la nuque mais je n'ai pas eu le courage de vérifier une information aussi déprimante.

On n'en est pas encore là en Russie. La police de Moscou a juste trouvé des arguments très convaincants pour persuader les restaurateurs du centre de Moscou d'intenter des procès contre les dirigeants de l'opposition et d'exiger d'eux qu'ils remboursenr leur manque-à-gagner. Quelques dizaines de millions de roubles de plus, ou plutôt de moins, qui n'iront pas servir à financer la lutte contre la kleptocratie locale. 

Le restaurant Armenia s'est particulièrement distingué, estimant à 4,3 kg par client potentiel le poids de la viande perdue en raison des frasques de l'opposition démocrate. Il faut savoir que pendant les manifestations de l'été à Moscou, qualifiées de "désordre de masses" par le pouvoir, pas une vitrine n'a été brisée, pas une poubelle brûlée, pas un pavé descellé, pas un graffiti laissé sur un mur.

Si vous passez par Moscou, n'allez pas manger chez ces pourris de l'Armenia ! Allez dans dans un Khatchapuri georgien ou un Kotchma ukrainien !

Les organisateurs des manifestations avaient déjà été condamnés, pour des sommes comparables, à rembourser les gazons et les fleurs des parcs du centre-ville piétinés non par les manifestants, mais par les lourds brodequins des compagnies de sécurité venus les gazer et les matraquer.

Mais chaque fois que les flics de Poutine cassent les ordinateurs de l'oppossition et saccagent ses locaux, chaque fois que ses juges vendus ou terrorisés bloquent les comptes des partis d'opposition ou inventent des dommages imaginaires à rembourser, des milliers de russes donnent ce qu'ils peuvent, 2, 5 ou 10 euros sur de nouveaux comptes, pour que les enquêtes sur la corruption du pouvoir se poursuivent, pour que la lutte continue, pour que l'espoir ne meure pas.

Poutine ne sait plus quoi inventer pour étouffer le vent de révolte qui souffle en Russie. Mais il reste quand même plus inventif que Castaner. Pour l'instant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.