Delenda est Ruthena putinesca
Abonné·e de Mediapart

120 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2018

Delenda est Ruthena putinesca
Abonné·e de Mediapart

Mariani célèbre le 11 novembre à Donetsk

Pour le centième anniversaire de la fin de la première guerre mondiale, l'ex-député LR n'a rien trouvé de mieux que d'aller donner sa caution "démocratique" à une mascarade électorale organisée dans deux Etats fantoches dirigés par des clans mafieux inféodés à Moscou.

Delenda est Ruthena putinesca
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Suite à l'assassinat du "président" de la République Populaire de Donetsk le 31 aôut 2018 des éléctions y étaient organisées ce dimanche 11 novembre, ainsi que dans la République Populaire de Lougansk. Ces deux entités politiques sont issues d'un mouvement de sécession plus ou moins spontané de l'Est de l'Ukraine suite aux événements qui en 2014 ont chassé du pouvoir le président Yanukovitch, lui-même originaire de cette région très majoritairement russophone.

Ces élections et leurs résultats ne sont reconnus ni par l'Ukraine, ni par la communauté internationale en ce qu'elles contredisent les accords de Minsk qui visent à trouver une solution pacifique au conflit. Elles ne sont même pas reconnues par la Russie qui ne peut avouer son soutien aux deux républiques, ni aller contre le processus de Minsk auquel elle adhère officiellement. Peskov, le porte-parole pince-sans-rire du Kremlin a déclaré que Moscou "comprend" ces élections sans les approuver puisque les deux régions ont été "abandonnées par l'Ukraine". Peut-être a-t-elle aussi "abandonné" la Crimée, comme la Georgie a "abandonné" l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, et la Moldavie la Transnistrie. La Russie est bonne fille de se soucier de tous ces territoires et toutes ces populations abandonnées...

Ces élections n'ont pu être couvertes que par des medias pro-kremlin. Les reporters du journal russe indépendant Novaïa Gazeta comme ceux du Monde par exemple n'ont pas été autorisés à se rendre à Donetsk ni à Lougansk.

Dès le premier tour les candidats de Moscou ont été largement élus. Les élections se sont passées sur le modèle des élections en Russie. Seuls des candidats choisis pour leur insignifiance avaient le droit de se présenter. Les candidats qui auraient pu représenter une alternative sérieuse ont été éliminés. Le Comité Electoral a trouvé toutes sortes d'irrégularités dans les listes de signatures des soutiens nécessaires pour avoir le droit de se présenter. On a fabriqué des affaires contre d'autres qui ont été obligés de fuir en Russie. C'est le cas des candidats communistes, habituellement influents dans ces villes de mineurs, et de certains commandants populaires de la ligne de front qui espéraient contrecarrer les manoeuvres des "planqués". L'enjeu des élections dans ces microsociétes claniques vivant de la perfusion russe, de la contrebande et de l'exportation du charbon résidant essentiellement dans le contrôle des flux financiers en échange d'une loyauté absolue au kremlin. Moscou ne peut engendrer que des enfants qui lui ressemblent, des petites kleptocraties agressives.

Pour s'assurer de la participation on a promis à ceux qui viendraient voter malgré le froid de ce dimanche un crédit de 50 roubles (0,65 euros) sur leurs téléphones portables. Cela en dit long sur le niveau de vie que Moscou peut assurer à ses alliés, et sur l'efficacité économique des pouvoirs qu'elle y met en place. Tous les bureaux de votes étaient gardés par des soldats masqués et lourdement armés, comme en Crimée il y a quatre ans. Mais comme en Crimée il y a quatre ans, Mariani n'a rien remarqué et a accordé le brevet de transparence et de démocratie que sa télévision préférée, RT, attendait de lui. Ensuite il est allé boire du mauvais champagne de Crimée et chanter la Marseillaise avec la jeune, blonde et accorte ministre des affaires Etrangères de la RPD, Natalia Nikonorova. Charmé, il en a fait une icône sur son compte Twitter, entre ses deux autres idoles, Orban et Salvini.

Mariani était accompagné dans ses aventures au Donbass par deux représentants de la section LR de Moscou, Alexis Tarrade et Xavier Moreau. Comme le rappelle le journaliste Emmanuel Grynspan à propos du premier : "Alexis Tarrade knows a thing or two about democracy, he who was recently reelected with 100% of votes as head of Les Républicains Russie..." Quant à Xavier Moreau, il a déjà interviewé la belle Nikonorova sur le très démocratique site égalité-et-réconciliation de Soral.

On se demande où la bande de bras-cassés ira prochainement mesurer le degré de démocratie electorale: en Transnistrie ? En Tchétchénie ? En Syrie? En Lybie du côté du général Haftar? Nous leur conseillons de ne pas négliger la Syldavie et la Bordurie.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange
Journal — Politique
Sur l’Ukraine, la gauche ne parle toujours pas d’une seule voix
Un PS à l’offensive, une France insoumise semblant plus floue que jamais… Alors que le premier conflit sur le sol européen du siècle s’intensifie, la question ukrainienne reste la grande absente des débats à gauche.  
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze