Porc à la russe

Le député russe Leonid Sloutski, ami de Marine Le Pen et de Thierry Mariani, est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs journalistes. La réaction complaisante du pouvoir était prévisible dans une société encore largement marquée par les stéréotypes sexistes. Mais la réaction des journalistes montre que même là les choses commencent à changer. Rappel des faits.

En février 2018 trois journalistes russes du pool parlementaire ont dénoncé publiquement le harcèlement dont elles auraient eu à souffrir de la part du député LDPR et président de la commision des affaires étrangères de la Douma Leonid Sloutski, à ne pas confondre avec l'ancien entraîneur de l'équipe russe de football, son parfait homonyme.

Les trois plaignantes ont été ensuite rejointes par la journaliste du service russe de la BBC Farida Roustamova qui a enregistré les propos du député. Il se savait enregistré mais cela n'a en rien freiné ses ardeurs, tant était grande en lui la certitude de son impunité.

Sur son compte Twitter Léonid Sloutski s'est d'abord félicité qu'on le compare à Harvey Weinstein. Quant à l'association des journalistes russes, plutôt que de protester contre le comportement du député, elle a préféré enquêter sur la moralité des journalistes qui l'accusaient. On voit où en est l'indépendance de la presse au début du quatrième mandat de Vladimir Poutine.

Le scandale ne retombant toujours pas, la Douma s'est enfin résignée de mauvaise grâce à réunir une commission d'éthique qui a conclu sans surprise qu'elle ne trouvait rien d'anormal dans le comportement du député.

les quelques médias indépendant encore vivants à Moscou (Kommersant, Echo Moskvy, RBK, RainTV...) ont réagi en renonçant à l'accréditation de leurs journalistes à la Douma, estimant que leur sécurité n'y était plus assurée. 

74zgQ3viCpLqai2XOJZOdA.jpg

Quelques mots maintenant sur le personnage qu'on voit sur les photos guidant Marine le Pen dans les couloirs de la Douma en mars 2017 ou accueillant en Crimée en juin 2016 Thierry Mariani, alors lui même député des français de l'étranger et conduisant une délégation de parlementaires français quelque mois après son annexion.

40LpauNa19smZY_N8PFpHw.jpg

Leonid Slutski en est donc à son cinquième mandat de député pour le LDPR, Parti Libéral Démocrate de Russie, qui comme son nom ne l'indique pas, n'est ni libéral, ni démocratique, mais franchement populiste. Depuis 2000 il joue le rôle de parti-spoiler sur la droite du parti dominant, Russie Unie, siphonnant toutes les voix contestataires afin d'empêcher le développement d'une véritable opposition d'extrème droite. Le Parti Communiste de Russie et Juste Russie jouent le même rôle pour une potentielle opposition de gauche. Ses partis peuvent se montrer très virulents pendant les élections et créer une illusion de débat démocratique, mais une fois élus leurs députés votent sagement et unanimement comme on leur dit de voter. Leur servilité est récompensée par des fonctions honorifiques et grassement payées. C'est ainsi que le toujours loyal Sloutsi a hérité de la prestigieuse présidence de la commision des affaires étrangères.

C'est à ce poste qu'il a activement participé à la campagne de lobbying visant à obtenir de certains politiques français qu'ils légitiment publiquement l'annexion de la Crimée ou qu'ils se prononcent contre les sanctions européennes contre la Russie. C'est lui aussi qui a organisé les voyages de Marine Le Pen  à Moscou quand elle était la candidate favorite du Kremlin à la présidentielle française.

  Comme tous les opportunistes en Russie il s'est découvert une vocation religieuse tardive mais intense. Il est devenu un ami très proche du Patriarche Kirill, celui qui estime qu'une femme chrétienne doit rester à la maison et se consacrer exclusivement à l'éducation de ses nombreux enfants. Ils se rendent régulièrement ensemble sur le Mont Athos, un des derniers endroits au monde totalement interdit aux femmes. 

  On comprend mieux que quand il en revienne il soit tenté par des propos et des gestes déplacés envers les journalistes qui viennent lui poser des questions de politique.

  Les amis français de Sloutski mettent certainement son comportement au compte des mystères subtils de l'âme russe, avec la corruption, le trucage des élections, l'obscurantisme et le goût immodéré des hommes à poigne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.