Raoul Olivier
Abonné·e de Mediapart

115 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 janv. 2022

La Pologne est-elle orpheline de la Russie ?

Quelques mots sur les douleurs fantômes qui habitent la conscience collective des dirigeants russes et expliquent partiellement la très inquiétante crise diplomatique actuelle.

Raoul Olivier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques jours le site de l’ambassade de Russie au Royaume-Uni publiait sous une photo du pit-bull qui sert de ministre des Affaires étrangères à la Russie la déclaration suivante : “L’OTAN est devenue un projet purement géopolitique qui vise à reprendre le contrôle sur des territoires orphelins du Traité de Varsovie et de l'Union Soviétique." 

La réponse des malheureux orphelins ne s’est pas fait attendre par le compte twitter de l’ancien ministre des Affaires Etrangères polonais Radoslav Sikorski : “Mettez-vous bien ça dans le crâne, une bonne fois pour toutes, à l’Ambassade de Russie, et dans le seul langage que vous pouvez comprendre. Nous ne sommes pas orphelins de vous, parce que vous n’avez jamais été notre papa. Plutôt une sorte de violeur en série. Voilà pourquoi vous ne nous manquez pas du tout. Et si vous essayez d’y revenir, vous allez vous prendre un coup de pied dans les couilles.” 

La polémique ne vole pas haut dans sa forme mais elle témoigne d’un trait de mentalité répandu chez les dirigeants russe et qui explique une part de la grave crise diplomatique actuelle : le deuil de l’empire n’est pas fait. L’adhésion au régime soviétique n’a jamais reposé sur une adhésion aux idéaux socialistes, mais sur un patriotisme exacerbé qui consolait le citoyen soviétique de la médiocrité de son niveau de vie par la fierté d’appartenir à une grande puissance, sentiment entretenu par le sport, la conquête de l'espace et les parades militaires. Ce ne sont pas les nations de l'Europe orientale qui sont orphelines de l’Union Soviétique, mais la population russe. Le régime poutinien reprend les vieilles recettes de la propagande brejnévienne, à la différence près que la grande puissance n’existe plus et que le discours politique dominant devient de plus en plus surréaliste. 

Par exemple hier la télévision publique se gargarisait des terribles contre-sanctions que la Russie s’apprête à prendre contre des fonctionnaires de l'OTAN ou de la Communauté Européenne : ils ne pourront plus venir faire du tourisme en Russie et se livrer à des opérations financières en roubles. On imagine leur tristesse. 

Il y a quelques jours Piotr Tolstoï, vice-président de la Douma, la chambre des députés russe, mais aussi chef de la délégation russe au Conseil de l'Europe, déclarait que la Russie ne devait pas se contenter de réclamer un retour aux frontières de l’URSS mais à celle de l’Empire Russe d’avant 1917 et tout particulièrement réintégrer la Finlande. 

Et on voit là tout le génie politique de Poutine : il engage une terrible crise diplomatique pour faire reculer la menace de l’OTAN sur les frontières de la Russie et tout ce qu’il obtient c’est que deux pays traditionnellement attachés à leur neutralité comme la Suède et la Finlande se posent de plus en plus sérieusement la question de leur adhésion à l’Alliance. 

Quant au seul pays qui volens nolens s’est placé sous la protection russe, l’Arménie, on peut voir comment elle a bien été défendue contre l’agression de l’Azerbaïdjan et de la Turquie. Et on imagine combien la Finlande, les Pays Baltes ou son voisin géorgien envient son sort. 

Ou le sort des autres petits protectorats otages de la Russie, Transnistrie, Abkhazie, Ossétie du sud, Républiques autoproclamées de Donetsk et de Lugansk, livrées aux mafias et à la misère. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes