Delenda est Ruthena putinesca
Abonné·e de Mediapart

118 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 janv. 2022

Pourvu seulement qu'il n'y ait plus de guerre !

C'est un peu l'équivalent de la « der des ders » de nos poilus, l'expression du pacifisme fondamental du peuple russe, bien mis à mal par le militarisme du régime Poutine. C'est aussi le titre de la lettre ouverte publiée aujourd'hui par la radio indépendante Écho de Moscou. En voici la traduction.

Delenda est Ruthena putinesca
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Déclaration de partisans de la paix contre le Parti de la Guerre au pouvoir en Russie 

Le flot d'informations alarmantes sur une éventuelle invasion russe de l'Ukraine ne cesse de monter. Des dépêches font état d'un recrutement intensif de mercenaires en Russie et du transfert de carburant et de matériel militaire vers le territoire des régions ukrainiennes de Donetsk et Louhansk. En réponse, l'Ukraine s'arme intensivement, l'OTAN envoie des forces supplémentaires en Europe de l'Est. La tension ne s'apaise pas, mais au contraire, elle ne fait que croître. 

Les citoyens russes deviennent de fait les otages de cet aventurisme criminel qu’est devenue la politique étrangère de la Russie. Ils vivent non seulement dans l'incertitude :  une guerre de grande ampleur est-elle sur le point de se déclarer ? mais observent également une forte hausse des prix et une chute de la monnaie nationale. Les Russes ont-ils besoin d'une telle politique ? Veulent-ils la guerre et sont-ils prêts à en porter le fardeau ? Ont-ils donné aux autorités le droit de jouer un tel jeu avec leur destin ? 

Mais personne ne demande leur avis aux citoyens russes. Il n'y a pas de débat public. Un seul point de vue est présenté à la télévision d'Etat, et c'est celui des partisans de la guerre. Des menaces militaires directes s’y font entendre, elle déborde d’agressivité et de haine à l’égard de l'Ukraine, de l'Amérique et des pays occidentaux. Mais le plus dangereux est que la guerre y est présentée comme un processus acceptable et inévitable. On essaie de tromper les téléspectateurs, de les corrompre, de leur imposer l'idée d'une guerre sainte avec l'Occident au lieu de développer le pays et d'élever le niveau de vie de ses citoyens. La question du prix n'est pas discutée, mais ce sont les gens ordinaires qui devront payer ce prix - un prix énorme et sanglant. 

Nous, citoyens russes responsables et patriotes, nous nous adressons aux dirigeants politiques de la Russie et lançons un défi ouvert et public au Parti de la Guerre, qui s'est formé au sein du gouvernement. Nous exprimons le point de vue de cette partie de la société russe qui déteste la guerre et considère même l'utilisation de la menace militaire et de ce style de voyou dans la rhétorique de notre politique étrangère comme un crime. 

Nous détestons la guerre, et vous pensez qu’elle est acceptable. Nous défendons la paix et la prospérité pour tous les citoyens de Russie, et vous faites de leur vie et de leur destin en enjeu de votre bluff politique. Vous trompez et utilisez les gens, et nous leur disons la vérité. Nous parlons au nom de la Russie, et pas vous, car les peuples de Russie, ayant perdu des millions de personnes dans les guerres du passé, vivent depuis de nombreuses décennies selon le proverbe "pourvu seulement qu’il n’y ait pas de guerre". Vous l'avez oublié ? 

Notre position est extrêmement simple : la Russie n'a pas besoin d'une guerre avec l'Ukraine et l'Occident. Personne ne nous menace, personne ne nous attaque. Une politique basée sur la promotion de l'idée d'une telle guerre est immorale, irresponsable et criminelle, et ne peut être menée au nom des peuples de Russie. Une telle guerre ne peut avoir de buts ni légitimes ni moraux. La diplomatie de notre pays ne peut adopter d'autre position que le rejet catégorique d'une telle guerre. 

Non seulement la guerre ne correspond pas aux intérêts de la Russie, mais elle menace son existence même. Les actions insensées des dirigeants politiques du pays, nous poussant à jusqu’à ce point inacceptable, conduiront inévitablement à la formation d'un mouvement massif contre la guerre en Russie. Chacun de nous en fait naturellement partie. 

Nous ferons tout notre possible pour empêcher et, si nécessaire, arrêter la guerre. 

Le texte original : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeJzW8QSe_Jrl01hQI_7yEF0HjcfLkAOVgpkxOf_3g30RYH1A/viewform

La liste provisoire des signataires : https://docs.google.com/document/d/14eldn1nGtBu6o498yPlEkfVx9FWruidZiTcU9SaIQnw/edit

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra