Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 juin 2012

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Mexique : un panier garni contre ton vote

Les candidats locaux aux élections mexicaines font des cadeaux aux électeurs en échange de leur vote. C’est une vieille pratique de la politique mexicaine. A l’approche du scrutin, les accusations se multiplient, photos à l’appui, notamment sur Twitter.

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les candidats locaux aux élections mexicaines font des cadeaux aux électeurs en échange de leur vote. C’est une vieille pratique de la politique mexicaine. A l’approche du scrutin, les accusations se multiplient, photos à l’appui, notamment sur Twitter.

Les électeurs mexicains sont-il corruptibles ? Oui, selon certains militants locaux des grands partis politiques comme le PAN (droite, parti sortant), le PRI (parti longtemps hégémonique) ou le PRD (gauche).

A un mois des scrutins et alors que les candidats à la présidence, mais aussi les candidats à la députation battent campagne, les accusations de clientélisme se multiplient comme à Saltillo dans le nord du Mexique ou à Mexico dans le quartier de Coyoacán. Les uns et les autres se reprochent mutuellement de distribuer des sacs de ciment ou des denrées alimentaires pour s’attirer la sympathie, et pourquoi pas le vote, des électeurs. Les fameuses « despensas » contiennent souvent de la farine de maïs, ou des tortillas (aliment de base au Mexique), du sucre, de l’huile, du riz et des haricots, recèlent parfois un billet de banque de 100 à 500 pesos, ainsi qu’un tract du candidat du parti.

Ces derniers jours des utilisateurs de Twitter ont fait circuler des clichés que nous reproduisons ci-dessous. S’il est difficile de prouver la véracité de ces filets garnis électoraux, le détournement des programmes sociaux est dans l’inconscient politique mexicain. Certains responsables locaux assument ces pratiques, comme ici dans le Durango en 2011, dans le cadre d'une aide promise à un village pauvre. Lorsqu’elle était ministre, la candidate du PAN, Vásquez Mota s’est  attaché à combattre l’instrumentalisation du ministère de lutte contre la pauvreté (Sedesol) et de ses programmes (Pro Campo, Oportunidades) à des fins politiques, en mettant en place un numéro de téléphone pour dénoncer ces pratiques. Mais la tradition des cadeaux semble se perpétuer. Parfois, les candidats distribuent des bons pour des uniformes scolaires ou des ampoules comme ici en Basse Californie.

>Un emballage de tortillas aux couleurs de la candidate aux municipales Bertha Trejo (Yucatán):

http://lockerz.com/s/212315233

>Cette photo de militants du Parti révolutionnaire institutionnel distribuant des réchauds a fait beaucoup de bruit sur Twitter. Sans qu’on puisse identifier l’origine de la photo:

>Un paquet de denrées aux couleurs de la candidate du PAN:

Les électeurs se laissent-ils tenter ? Impossible de le savoir. Les utilisateurs des réseaux sociaux eux, préfèrent l’humour:

Traduction: « Si tu twittes trois fois «#manifantiAMLO », un sandwich, un tamal (pâte de farine de maïs), un champurrado (préparation à base de cacao) et un paquet de cosmétiques sponsorisés par le PRI apparaîtront ».

>Précédents billets sur la campagne présidentielle mexicaine:

Portrait d'Andrés Manuel López Obrador, candidat de la gauche à la présidentielle mexicaine.

La révolte des jeunes contre les médias.

>Suivez la campagne mexicaine sur Twitter: @raphamoran, et via le mot-clef #Mexique2012<

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal — Culture et idées
Arnaud des Pallières et Radu Jude font parler les archives
Deux courts métrages cette semaine, en association avec les Rencontres du cinéma documentaire de l’association Périphérie. Sur des images d’archives, Arnaud des Pallières raconte l’effrayante disparition d’une adolescente, Diane Wellington, puis Radu Jude l’exécution du maréchal roumain Antonescu, telle que filmée en 1946, et la version scénarisée en 1994.
par Périphérie et Mediapart
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez