Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

80 Billets

1 Éditions

Billet de blog 20 mai 2012

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Mexique: les jeunes contre l’ordre médiatique

« Aujourd’hui il semblerait que le Mexique soit un pays qui a mal partout, malade de sa corruption, infecté par la violence, mais lorsqu’on ausculte le cœur, on entend un battement si énergique qu’il le fait vibrer tout entier : c’est celui de sa jeunesse ».

Raphaël Morán
Journaliste @raphamoran
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Aujourd’hui il semblerait que le Mexique soit un pays qui a mal partout, malade de sa corruption, infecté par la violence, mais lorsqu’on ausculte le cœur, on entend un battement si énergique qu’il le fait vibrer tout entier : c’est celui de sa jeunesse ». L’écrivaine mexicaine Elena Poniatowska a célébré la jeunesse mexicaine lors de ses 80 ans, elle qui a chroniqué le mouvement étudiant de 1968 au Mexique.

Ce billet marque le début d’une série sur les élections mexicaines du 1er juillet.

La jeunesse mexicaine est en effet venue troubler à la mi-mai, une campagne présidentielle écrasée par le rouleau compresseur médiatique du candidat du vieux Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI) qui a régné sans partage sur le pays jusqu’en 2000. Entre clientélisme et autoritarisme, le PRI poursuit ses bonnes vieilles méthodes consistant à corrompre individus et corps intermédiaires pour conquérir le vote.

Le candidat de ce parti, Enrique Peña Nieto, dont nous avions déjà ici dressé le portrait (lire "Peña Nieto, le "beau gosse" sera-t-il le prochaine président du Mexique?"), a toutefois actualisé les méthodes de contournement démocratique dont son parti est coutumier, en mettant l’accent sur l’achat d’espace publicitaires et en achetant les journalistes (nous reviendrons en détail sur ce sujet). Il est en tête des intentions de vote.

Mais la machine s’est grippée le 11 mai dernier lors d’une visite aux étudiants de l’université Iberoaméricaine. La conférence dans cet établissement privé situé dans le quartier cossu de Santa Fe dans l’ouest de Mexico a viré au cauchemar. Les étudiants l’ont d’abord questionné sur la brutale répression qu’il a ordonnée à Atenco en 2006 lorsqu’il était gouverneur. Puis, en quittant la salle, une manifestation l’a acculé dans les toilettes de l’université où il s’est réfugié, le visage terrifié, comme en témoignent les images. Il a ensuite accusé les étudiants d’être des partisans du candidat de gauche, une accusation relayée abondamment par les télévisions du pays. Et les journaux. Comme en témoignent ces unes de journaux locaux du puissant groupe de presse OEM, unanimes jusqu’à la caricature : « Succès de Peña Nieto, malgré un boycott planifié ».

Fureur sur les réseaux sociaux : 131 étudiants de la Ibero ont mis en ligne une vidéo dans laquelle ils affirment leur indépendance d’esprit, en montrant leur carte d'étudiant. Quelques jours plus tard, avec d'autres universités privées, ils ont mené une manifestation contre l’ordre médiatique. Las des journaux télévisés dans lesquels il est difficile de faire le tri entre l’information et les publireportages en faveur de tel ou tel candidat, les étudiants ont manifesté devant Televisa, premier groupe audiovisuel du pays, pour exiger un traitement honnête de l’information. Au Mexique, contrairement à la France, les candidats ont en effet le droit d’acheter des espaces publicitaires dans la rue, à la télévision et à la radio.

C’est la nouveauté de cette campagne : le réveil d’une jeunesse éduquée et parfois politisée des quartiers riches, qui échappe à l’emprise médiatique grâce à des réseaux sociaux venant fracturer le monopole informatif.

Autre nouveauté, dans plusieurs villes du pays, des jeunes, souvent réunis grâce aux réseaux sociaux ont mené une manifestation contre la personne d’Enrique Peña Nieto. Manifestations souvent horizontales et sans porte-parole. Dont la spontannéité tranche avec les meetings politiques où les partis offrent des paniers garnis aux participants.

« Je respecterai toutes les opinions qui existent au Mexique », a répondu le candidat du PRI, tout en affirmant qu’elles étaient convoquées « par la gauche ».

Un demi siècle après la brutale répression du mouvement étudiant mexicain de 1968, la jeunesse mexicaine touchée en plein cœur par le chômage et qui ne doit rien aux élites corrompues du pays va-t-elle se réveiller ? C’est l’une des clefs de cette élection où voteront 3,5 millions de primo-votants, sur un corps électoral de 79,6 millions d’électeurs.

Suivez la campagne mexicaine sur Twitter: @raphamoran, et via le mot-clef #Mexique2012.

Vous pouvez également suivre la campagne électorale mexicaine sur le blog Elections Mexique 2012.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi