Raphaëlle Rémy-Leleu
Conseillère de Paris - Porte-parole d'EELV en Île-de-France.
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2022

Contre la peur et pour les libertés #FreeFariba

1000 jours depuis l'incarcération de Fariba Adelkhak en Iran. 1000 jours de trop. *Nous n'avons pas célébré ce funeste anniversaire, mais nous avons tenu à nous réunir devant la banderole réclamant sa libération. C'était ce matin devant la Mairie de Paris Centre.

Raphaëlle Rémy-Leleu
Conseillère de Paris - Porte-parole d'EELV en Île-de-France.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Banderole demandant la libération de Fariba Adelkhah, Mairie de Paris Centre © RRL

Bonjour à toutes et tous,

Chèr.e.s collègues ou ancien.ne.s collègues, cher.e.s ami.e.s,

J’aurais aimé vous dire ma joie et mon honneur de vous accueillir à Paris Centre aujourd’hui, au nom du maire Ariel Weil et de l’ensemble de l’équipe municipale. La joie viendra plus tard, quand nous nous retrouverons ici pour décrocher cette banderole, ce qui signifiera que nous aurons arrêté de compter les jours, que Fariba sera libre et je l’espère avec nous.

Il reste donc l’honneur, celui de notre unité et de notre engagement pour obtenir la libération de Fariba Adelkhah. Merci à toutes et tous pour votre présence à vous, membres du comité de soutien, de la communiqué académique, proches, citoyennes et citoyens qui ont compris l’importance de se mobiliser sans relâche pour obtenir la libération rapide et inconditionnelle de Fariba Adelkhah.

Nous partageons depuis plus de 3 ans les rassemblements, les analyses, les explications, les inquiétudes. L’emprisonnement de Fariba Adelkhah est tout à la fois une atteinte à sa personne, une stratégie cynique et cruelle de la part de l’état iranien, une attaque contre les libertés.

« Son combat pour la liberté est le nôtre. » Car il ne s’agit pas uniquement de la liberté de Fariba, mais bien de son combat pour toutes les libertés.

Cette 1000ème journée d’emprisonnement s’inscrit dans une autre actualité internationale, qui rappelle l’importance du respect des droits fondamentaux, de la dignité humaine, mais aussi des libertés académiques, de la libre circulation des savoirs, de la nécessaire préservation de l’esprit critique.

Pour conclure je vous proposerai donc non pas un pas de côté, mais un retour en arrière. Car les engagements de Fariba sont constants. Il y a 13 ans maintenant elle écrivait une lettre ouverte au ¨Président de la République concernant le procès de Clothilde Reiss.

Ses mots font aujourd’hui douloureusement écho à sa propre situation, mais il nous revient de faire résonner la parole de Fariba Adelkhah.

Monsieur le Président,

Je vous écris pour vous dire que, malgré l’opinion générale du moment, le chercheur n’est pas un agent des services de renseignements, pas plus qu’un James Bond ou un trafiquant. Le résultat de ses travaux diffère de celui des services secrets, et il travaille à visage découvert. Il met le résultat de ses recherches à la disposition de tous. Certes, la recherche est un couteau à double tranchant : elle peut être utilisée pour éliminer les rivaux ou au contraire pour créer une plate-forme d’échanges entre les peuples. Mais on n’a pas mis un terme à la recherche nucléaire à cause d’Hiroshima ni à la recherche historique à cause de la colonisation.

Monsieur le Président,
Le procès de Clotilde Reiss, les accusations de trahison et de participation à la « révolution de velours » [nom donné par le régime à la contestation postélectorale] portées contre elles sont à l’image de la balle qui a atteint le cœur de Neda [jeune femme tuée pendant les manifestations, devenue icône des protestataires]. Il constitue une attaque contre la quiétude et la sérénité, la confiance, le respect, il crée un climat de répression et de violence qui oppose un barrage fatal au débat et à la recherche scientifique. C’est pour cela que j’ai décidé d’écrire cette lettre de douleur (ou de peur). Hors d’un tribunal, hors de la prison, j’avoue de moi-même devant le peuple, devant les responsables de la sécurité du pays. Je n’ose plus téléphoner en Iran, pour que ma voix ne porte pas malheur à mes amis et ma famille. En outre, je sais que je n’ai pas de soutien efficace, que nul ne pourrait payer ma caution, que je n’ai d’héritage de mon père que l’honneur de l’indépendance de la terre de mes ancêtres. Aussi, je mets un terme à mes activités de recherche sur l’Iran et je laisse la place à de plus jeunes et de plus courageux, qui sans doute mieux que moi parviendront à défendre la liberté académique. Inch’Allah !

Fariba Adelkhah.

(en gras, les extraits de la lettre lus durant l'allocation du 1er mars 2022)

Sources et références

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier