Téhéran aspire à la révolte, les mollahs songent à déplacer la capitale

Le centre de commandement supérieur des opérations militaires en Iran, a écrit une lettre officielle au président Rohani, lui demandant de transférer de la capitale iranienne. Un membre du Parlement iranien a déclaré que la demande avait été faite en raison de la crainte de nouvelles protestations populaires et de désobéissances civiles.

 Il a gardé secret le nom du lieu qui remplacera la capitale.

La base « Khatam », chargée de planifier et de coordonner les opérations des forces armées iraniennes (l'armée officielle et les gardiens de la révolution islamique), est le plus haut niveau des opérations militaires en Iran.

Au cours des deux dernières années, l'Iran a été confronté à deux soulèvements populaires majeurs. Les responsables du régime admettent que la raison de cette demande hâtive (à un moment où les caisses de l’Etat sont vides) est la peur de nouvelles émeutes, exacerbées par la mauvaise situation économique du pays.

Abolfazl Torobi, membre de la Commission de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement, a déclaré la semaine dernière aux agences de presse officielles iraniennes que le lieu de transfert de la capitale avait été choisi et que la base de ‘Khatam al-Anbia’ (Subdivision économique des Gardiens de la révolution) était prête à concevoir et à construire cette nouvelle capitale administrative et politique, de A à Z. 

Selon Torabi, retirer des casernes, des universités, des grandes usines automobiles comme ‘Iran Khodro’ et ‘Saipa’ de Téhéran est l'une des mesures à prendre. Il a explicitement déclaré que la concentration excessive de personnes, de richesses, de connaissances et d'industries à Téhéran est une menace réelle et un risque potentiel d'attaques militaires et de désobéissance civile.

L’antécédent de ce plan

Depuis au moins 30 ans, certains experts ont suggéré de déplacer la capitale pour réduire la migration des petites villes et villages vers Téhéran, la pollution de l'air, le trafic et décentraliser l'administration. L'emplacement de Téhéran dans une zone sujette aux tremblements de terre était une autre préoccupation des experts qui voulaient déplacer la capitale. Mais c'est la première fois que les institutions militaires se concentrent ouvertement sur cette question de la sécurité du régime.

 

 

la-population-de-la-capitale-en-2016-etait-de-13-millions-267-mille-personnes-qui-devrait-atteindre-20-millions-dici-2026-1

Selon le dernier recensement du Centre national de statistique en 2016, la population de la capitale était de 13 267 000 personnes et devrait atteindre 20 millions d'ici 2026.

Les expériences d'émeutes urbaines

La République islamique n'a pas été confrontée à un soulèvement urbain grave pendant très longtemps après les répressions sanglantes et des années 1980.

Dans les premières années de la fin de la guerre Iran-Irak et au début des années 90, des soulèvements ont eu lieu dans les banlieues de Mashhad (nord-est de l'Iran), Qazvin (80 km à l'ouest de Téhéran) et Islamshahr (une zone ouvrière au sud de Téhéran). Elles ont été rapidement réprimées et n‘ont pas pu se développer.

Le seul soulèvement qui a secoué la capitale iranienne pendant plusieurs jours a eu lieu en juillet 1999, lorsque la police a attaqué un dortoir d'étudiants dans le centre de Téhéran.

L'attaque a marqué le début d'un mouvement étudiant à grande échelle qui a provoqué des troubles généralisés à Téhéran et s'est étendu aux universités de villes telles que Tabriz.

Mais l'expérience de ce soulèvement urbain de plusieurs jours et les faiblesses de l'appareil répressif ont incité le gouvernement à décider pour la première fois de retirer les casernes militaires de Téhéran dans un parlement dominé à l’époque par des réformistes pro-Khatami.

Les partisans de ce plan se sont souvenus de l'expérience de la révolution en 1979 lorsque le peuple s’est emparé des casernes militaires et a réussi à récupérer les armes qui s’y trouvaient. Ceci a conduit à la chute de la dictature monarchiste. Aujourd’hui, avec l'expansion incontrôlée et massive de Téhéran, davantage de casernes et de sites militaires sont situés dans la capitale.

Selon ce plan, si la capitale devenait hors de contrôle en raison du soulèvement du peuple, la possibilité d'armer la population serait très faible et les forces militaires présentes dans les casernes à l'extérieur de la capitale pourraient reprendre Téhéran plus facilement. La demande de retrait des casernes de la capitale montre que ce plan n'a pas suffisamment avancé.

La deuxième grande agitation qui a longtemps transformé Téhéran en une scène de manifestations généralisées a été la protestation contre les résultats de l'élection présidentielle de 2009. Ce mouvement, d’abord massif, a souffert de l'incompétence de ses dirigeants pro-Khatami et n'a pas réussi à gagner le soutien des masses, en particulier de la classe ouvrière et des quartiers pauvres de la capitale.

Le soulèvement de décembre 2017-janvier 2018, qui a concerné 140 villes d'Iran et a ébranlé les fondations du gouvernement des mollahs pendant plusieurs jours, a ramené la question de la sécurité de la capitale, en particulier la protection des bâtiments gouvernementaux, des sites militaires et des agences de renseignement.

Plus récemment, lors du soulèvement national de novembre 2019, les mollahs ont été confronté à la plus grande menace depuis trois décennies pour la sécurité du régime. Leur cauchemar de renversement du régime a été réel. Environ 200 villes iraniennes se sont révoltées et selon Reuters, plus de 1500 personnes ont été tuées par les forces de sécurité.

Dispersion des zones sujettes aux émeutes

Il existe plusieurs « résolutions » approuvées par le gouvernement, le Conseil suprême de sécurité nationale et le ministère des Sciences concernant le transfert des universités et des résidences étudiantes situées à Téhéran. En effet, l'expérience a montré que les étudiants peuvent être le moteur de ces mouvements. La population étudiante de la capitale est estimée à environ 400 000 personnes.

Le départ de grandes usines comme ‘Iran Khodro’ et ‘Saipa’ est également prévu dans le plan de transfert en question, qui semble être à l'ordre du jour en raison de l'intensification des manifestations et des grèves. A eux deux, ces deux grands complexes automobiles rassemblent 110 000 personnes.

Quoiqu’il en soit, avec ces propos des hauts responsables de la République islamique, on voit bien que les mollahs s'endorment avec la peur d'un soulèvement populaire incontrôlable et que Téhéran se réveille avec le rêve d'une révolte décisive. Pour ceux qui ne croient pas aux miracles, le temps va trancher entre les peurs et les rêves.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.