Rasoul Asghari

Journaliste et militant des droits humains

Paris - France

Sa biographie
La liberté d’expression et le droit d’avoir accès à une information libre sont les premières victimes des pouvoirs absolutistes. Les régimes intégristes islamistes tel que l'Iran déforment le paysage politique et social du pays et répriment les journalistes. Ils cherchent à créer des fantômes qui ne sont ni vus ni entendus, des hommes et des femmes qui ont perdu leur voix: des personnes sourdes. Ne restons pas indiférent.
Son blog
6 abonnés Journalistes en exil
Voir tous
  • IRAN : AGGRAVATION DE LA CRISE HÉGÉMONIQUE ET DU CONTRÔLE POLITIQUE

    Par
    Le point de vue développé dans cet article est qu’éliminer les rivaux du candidat favori du régime soit la seule alternative pour sa survie. Ainsi, les récentes interventions du régime pour exclure du pouvoir certaines de ses factions, ne sont pas des événements exceptionnels mais constituent une tendance à long terme en réponse à la crise hégémonique croissante.
  • Les Mollahs forment des patrouilles de choc dans les quartiers

    Par
    À l'approche de l'anniversaire du soulèvement sanglant de novembre 2019, les opposants au régime des mollahs ont appelé à des manifestations dans les semaines à venir. De leur côté, les gardiens de la révolution (IRGC) ont annoncé leur intention de lancer « des patrouilles » prêtes à donner l’assaut en cas de besoin dans les quartiers.
  • Téhéran aspire à la révolte, les mollahs songent à déplacer la capitale

    Par
    la-population-de-la-capitale-en-2016-etait-de-13-millions-267-mille-personnes-qui-devrait-atteindre-20-millions-dici-2026-1
    Le centre de commandement supérieur des opérations militaires en Iran, a écrit une lettre officielle au président Rohani, lui demandant de transférer de la capitale iranienne. Un membre du Parlement iranien a déclaré que la demande avait été faite en raison de la crainte de nouvelles protestations populaires et de désobéissances civiles.
  • Iran, Il y a toujours une corde suspendue ici

    Par
    Malgré une vague de soutien internationale et une très vaste campagne pour empêcher son exécution, Navid Afkari, un champion national de lutte, a été pendu à la prison de Shiraz le matin du 12 septembre. Navid a été accusé d'avoir tué un membre des forces de sécurité en civil qui réprimait les manifestations à Chiraz.
  • L’Iran des Mollahs : la machine d’exécution ne s'arrête pas

    Par
    Le mercredi matin 5 août, Mostafa Salehi, un homme de 30 ans qui avait été arrêté lors des manifestations de décembre 2017-janvier 2018 en Iran, a été pendu dans la prison d’Ispahan. L'agence de presse Fars affiliée aux services de renseignements, a confirmé l'exécution du jeune homme.