Ray Elsa
Journaliste de formation, auteure en herbe
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2017

Elle s'appelait Fatima...

Dimanche 7 mai vers 19h, une jeune fille palestinienne de 16 ans a été abattue par l'armée israélienne à la Porte de Damas, à Jérusalem. Les communiqués officiels font état d'une tentative d'attaque au couteau. Les nombreux témoins attestent néanmoins d'une froide exécution...

Ray Elsa
Journaliste de formation, auteure en herbe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle s'appelait Fatima. Elle avait 16 ans. Elle venait de Ramallah, et hier soir elle n'est jamais rentrée chez elle...

Je me souviens de ce que mon amie Nisrine m'a dit un jour, elle qui vit en plein coeur du quartier de Tel Rumeida à Al Khalil (Hébron), au milieu des colonies et de ses habitants extrêmement violents: "Quand je regarde les enfants partir pour l'école le matin, j'ai toujours cette angoisse dans le coeur. Cette angoisse qu'ils ne reviennent pas."

Le pire, avait-elle ajouté, c'était de ne pas pouvoir compter sur l'armée pour leur protection. "Pour eux, nous sommes moins que des animaux, moins que des chiens. Ils ne sont pas là pour nous protéger, au contraire ils nous tuent quand ils en ont l'occasion!"

Ce que m'a souvent rapporté Nisrine n'est pas une situation cantonnée aux territoires occupés. En Israël, la "seule démocratie du Moyen-Orient", l'armée que l'on aime à présenter comme "la plus morale du monde" n'est pas là pour protéger tout le monde. Evidemment, puisqu'Israël est un Etat d'apartheid, reposant sur une idéologie foncièrement raciste. Que vaut la vie d'une gamine palestinienne? Pas grand chose à vrai dire. Ni pour Israël, ni pour les puissances mondiales qui ferment les yeux sur ses crimes.

Fatima Affif Hajiji avait 16 ans, et une belle énergie, comme tous les adolescents de son âge. Elle aspirait à la liberté et à la dignité, comme tous les palestiniens de son âge. Elle se promenait à Jérusalem hier soir vers 19h, avec une intention qui n'est encore pas claire, quand elle s'est faite cribler de 20 balles dans l'abdomen et le dos par un soldat israélien à la Porte de Damas (entrée de la vieille ville). Les soldats l'ont ensuite laissée là, gisant sur le sol et se vidant de son sang, pendant 30 minutes, refusant l'accès aux secours, et attaquant journalistes et témoins qui prenaient des photos et protestaient contre cette froide exécution.

De nombreuses forces de police ont été déployées sur tout le périmètre, plusieurs jeunes ont été arrêtés et emmenés en garde-à-vue car ils criaient leur colère. J'ai vu une vidéo filmée en direct par des journalistes palestiniens où l'on voit un jeune homme palestinien, qui doit avoir l'âge de Fatima, qui s'accroche de toutes ses forces à un poteau de lampadaire, en hurlant, pendant que 5 ou 6 policiers le tirent par les bras et les jambes avant de l'embarquer de force dans une voiture de police.

Il a fallu moins d'une heure pour que les communiqués israéliens sortent, faisant état d'une tentative d'attaque au couteau. Communiqués bien entendu repris par les médias français, sans remise en question ni vérification des faits. Après tout, quand vous écrasez un chien au volant, et que vous expliquez qu'il s'est jeté sous vos roues, personnes ne remettra en cause cette version. C'est communément admis.

Une photo d'un couteau, supposément retrouvé sur les lieux du crime, a également été publiée. Le très sérieux quotidien israélien Haaretz fait également état d'une lettre de "suicide" retrouvée dans les affaires de Fatima, qui prouverait qu'elle comptait commettre le pire, et qu'elle savait qu'elle allait mourir.

Sauf qu'ici, il y a tout de même un problème. L'exécution de Fatima s'est faite sous les yeux de très nombreux témoins. Tous attestent vigoureusement qu'elle se trouvait à une dizaine de mètres de la barrière des soldats quand l'un d'eux a fait feu. Que les balles ont été tirées dans l'abdomen et le dos (ce qui est attesté par les photos du corps) prouvant qu'elle ne leur faisait même pas face. Par ailleurs, quand bien même elle eût sorti un couteau, ils auraient pu aisément la maîtriser, surtout à une dizaine de mètres. Mais comme d'habitude, on ne "maîtrise" pas, on tue. Ça en fait toujours une de moins.

En plein mouvement historique de grève de la faim des prisonniers palestiniens, et alors que la solution à deux Etats semblent plus que jamais une illusion totale, Israël prouve une fois de plus par ses méthodes iniques qu'il ne veut pas la paix. Sans doute ne l'a-il d'ailleurs jamais voulue. Face à cela, les Palestiniens ont donc le choix entre la résistance et le renoncement.

Sans doute ne saurons-nous jamais la vérité dans cette histoire. Peut-être que Fatima avait réellement l'intention de poignarder un soldat. Et si c'était le cas, comment peut-on le comprendre? Comment peut-on comprendre qu'une gamine de 16 ans ait de telles aspirations? Et que ce soit le seul moyen qu'elle ait trouvé pour réclamer justice? Quelle que soit la vérité dans cette histoire, une chose est certaine: Fatima n'est jamais rentrée chez elle hier soir.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss