Ray Elsa
Journaliste de formation, auteure en herbe
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 avr. 2017

Pâque juive à Jérusalem, tensions sur l'Esplanade

En plein dans les festivités de la Pâque juive à Jérusalem, les incursions de colons sur l'Esplanade des mosquées se font plus fréquentes et plus intrusives. Récits et explications.

Ray Elsa
Journaliste de formation, auteure en herbe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si la Pâque juive est synonyme de festivités et de spiritualité pour beaucoup de Juifs pratiquants en Palestine et à travers le monde, elle est malheureusement synonyme de cauchemar pour les Palestiniens, en particuliers pour les Palestiniens de Al Quds (Jérusalem).

Et cette année est particulièrement difficile. Sécurité renforcée dans la vieille ville de Jérusalem, contrôles de plus en plus fréquents et poussés, arrestations en tout genre et surtout, une présence intrusive et oppressive autour et à l'intérieur de l'Esplanade des mosquées.

Avant de relater des faits concrets, arrêtons-nous quelques instants sur l'Esplanade des mosquées et son statut, afin de savoir, dans les grandes lignes, de quoi on parle.

L'Esplanade des mosquées est le troisième lieu saint de l'Islam (après La Mecque et Médine), situé à Jérusalem Est dans le coeur de la vieille ville, et connu pour abriter deux mosquées "mythiques": le Dôme du Rocher et la Qibli Mosque, souvent appelée "Al Aqsa", ce qui n'est pas tout à fait correct: L'Esplanade des mosquées, dans son ensemble, est appelée "Al Aqsa" ou "Haram al sharif", c'est à dire "l'esplanade sacrée". Al Aqsa, qui signifie "la (mosquée) lointaine", est citée dans le Coran comme ayant été la direction vers laquelle les musulmans priaient avant que Dieu n'ordonne à Son prophète Muhammad de changer de direction et de prier en direction de la Mosquée sacrée à la Mecque (la "Kaaba").

Le Dôme du Rocher est une mosquée particulièrement importante pour les musulmans puisqu'elle a été construite en 691-692 de notre ère autour du rocher duquel le prophète Muhammad aurait fait son ascension nocturne. La Qibli Mosque (ou mosquée Al Aqsa) est également très importante puisqu'elle a été érigée en l'an 679 à l'emplacement où le prophète Muhammad aurait prié lors de son voyage nocturne à Jérusalem. Les musulmans chérissent ce lieu saint pour sa beauté et pour les trésors d'Histoire et de spiritualité qu'il renferme. Depuis 1967, il est le symbole pour les Palestiniens de Jérusalem occupée.

 Qu'en est-il concrètement aujourd'hui? L'Esplanade des mosquées est sous la gestion administrative et religieuse exclusive du Waqf,organisation religieuse islamique contrôlée par la Jordanie. Les gardiens du Waqf, des hommes et femmes palestinien-ne-s, sont rémunéré-e-s directement par la Jordanie et sont chargé-e-s de protéger et de préserver le lieu saint, ainsi que d'en contrôler les entrées. Les non-musulmans (touristes et autres) peuvent entrer dans l'enceinte de l'Esplanade et s'y promener sans problème, mais ne sont pas autorisés à rentrer à l'intérieur des mosquées. L'autorité de la Jordanie sur l'Esplanade est entérinée par les résolutions internationales et par le droit jordanien. Israël n'a, en théorie, aucun droit de cité. Ni dans la gestion administrative, ni dans la gestion policière de l'Esplanade.

Mais ça, c'est la théorie. En pratique, il en est tout autre.

L'Esplanade des mosquées comporte plusieurs portes, que l'on emprunte dans différentes rues de la vieille ville. A quelques mètres de chaque porte, sont postés des policiers israéliens. Ils contrôlent de manière ciblée les allers et venues, et se donnent le droit d'empêcher certains fidèles d'accéder à la mosquée. Les policiers ont en permanence des listes de palestiniens et de palestiniennes qui sont "banni-e-s" du "Haram Al Sherif" parfois pendant plusieurs années.

Ces "banissements" sont devenus de plus en plus fréquents ces dernières années et ont été largement dénoncés par les instances internationales et notamment par la résolution de l'Unesco d'octobre dernier qui avait fait tant bondir Israël. Ces "mesures" sont non seulement illégales (il n'appartient pas à Israël de décider qui peut accéder ou non à ce lieu de culte contrôlé par la Jordanie) mais aussi immorales puisqu'elles sont en réalité des moyens de pression et de punition contre quiconque (palestinien) aurait des vélléités de contestation, de résistance ou même d'engagement intellectuel. Lors de mes récents voyages, j'ai rencontré des dizaines de palestiniens et de palestiniennes qui ont été banni-e-s au moins une fois dans leur vie de l'Esplanade, certain-e-s l'étaient encore. Leurs crimes? Etre guide touristique palestinien, être professeure d'Histoire et de religion à Al Aqsa, être passé à la télé pour dénoncer la colonisation à Jérusalem Est, etc.

Il est également à noter que les policiers et soldats israéliens pénètrent chaque jour sur l'Esplanade pour y faire des sortes de rondes, je les ai moi-même vus très souvent. Officiellement, ils n'ont rien à faire là...

Photo que j'ai prise en octobre dernier sur l'Esplanade des mosquées, en contrebas du Dôme du rocher. Un groupe de policiers israéliens est posté ici, alors qu'ils ne devraient pas être là.

Au-delà de ces abus policiers et militaires auxquels sont soumis les Palestiniens, l'idéologie sinioste est elle aussi bien entendu à l'origine des conflits entre palestiniens et israéliens concernant l'Esplanade des mosquées. Les Juifs sionistes considèrent en effet l'Esplanade comme étant l'emplacement de l'ancien temple de Salomon (Suleyman pour les musulmans, rappelons que juifs et musulmans ont les mêmes prophètes) et  ont donc pour ambition d'en faire un lieu de culte juif. D'ailleurs, vous noterez que dans la réthorique israélienne, on ne parle pas de "Al Aqsa" ou d'"Esplanade des Mosquées" mais de "Mont du Temple" ("Mount of Temple"), appellation que l'on retrouve, OKLM comme disent les jeunes, sur les panneaux indicatifs destinés aux touristes et placés un peu partout dans la vieille ville de Jérusalem.

Un enfant juif sur l'Esplanade des mosquées pendant la Pâques juive, il porte un sticker particulier...
Le sticker dit "Moi aussi j'ai été sur le Mont du Temple" et "Je suis aussi rentré dans AL Aqsa"

Concrètement, qu'est-ce que ça donne? Eh bien cela donne des incursions de colons juifs et israéliens de plus en plus régulières sur l'Esplanade des mosquées. Lors de mon dernier séjour, j'en ai été témoin plusieurs fois. Ils viennent en groupe (cela peut aller d'une dizaine de personnes à une centaine), parfois pieds nus, font des prières à certains endroits, et sont encadrés par des hordes de policiers et de soldats. La plupart du temps, les palestiniens ne font rien, si ce n'est filmer avec leur téléphone en restant prudemment à l'écart. De toute façon, que pourraient-ils faire de plus? Les attaquer ou les provoquer ne ferait que provoquer leur propre mort, et risquerait de mettre en péril la préservation de la mosquée (lors de certains affrontements l'armée israélienne n'a pas hésité à lancer des grenades à l'intérieur de la mosquée). Ces incursions sont perçues par les palestiniens comme de véritables provocations de la part des israéliens puisqu'elles interviennent dans un contexte politique extrêmement oppressif où la colonisation à Jérusalem Est est rythmée par des destructions de maisons palestiniennes et une volonté de contrôler la vieille ville et d'y faire fuir les palestiniens qui y résident. Par ailleurs, à chaque incursion de colons l'accès à l'Esplanade est immédiatement rendue complexe - voire impossible - pour les fidèles palestiniens par les policiers israéliens qui contrôlent les portes.

Vidéo d'une incursion de colons prise par un ami palestinien sur l'Esplanade des mosquées (13/04/2017)

Je me rappelle de cette anecdote: J'étais à Al Aqsa avec mon amie Nazmiya, qui travaille au centre de restauration des vieux manuscrits. Nous nous promenions sur l'Esplanade quand nous avons aperçu au loin un groupe de colons encadrés de policiers, ils venaient faire une sorte de procession religieuse. Ils occupaient toute l'allée, et arrivaient en face de nous. Nazmiya m'a dit: "attention, surtout ne traverse pas leur groupe pour passer, ils vont te frapper si tu fais ça!" Ok. Bon. Nous nous mettons donc sur le côté pour les laisser passer, et là un des policiers israéliens qui les encadre s'adresse à nous en arabe et nous lance "changer de chemin" en faisant un geste de la main particulièrement malpoli du genre "dégagez". Nazmiya, qui a un caractère bien trempé (c'est le moins qu'on puisse dire, je l'ai vu à l'oeuvre, c'est une tigresse), l'a envoyé balader en lui disant qu'il n'était pas question que nous changions de chemin. Cela peut paraître anecdotique, mais c'est en réalité très révélateur.

J'en profite pour indiquer que les palestiniens ont pour interdiction formelle d'accéder au Mur des lamentations. Lors de mon dernier voyage, quand mon acolyte Marion était avec moi, elle a voulu s'y rendre. J'étais très réticente au départ, mais j'ai fini par l'accompagner. Elle est passée sans problème, moi ça a été une autre paire de manche. J'ai été "accueillie" très froidement par un garde israélien qui m'a demandé mon passeport, a fouillé mon sac, puis m'a laissée entre les mains d'un espèce de gorille au regard de tueur qui m'a jaugée de la tête au pieds de manière tellement comique que j'en ai rigolé. J'ai fini par passer... Mais si j'avais été palestinienne, j'aurais bien sûr été refoulée. De toute façon, si j'avais été palestinienne, je ne m'y serais même pas rendue.

Oui, ces dernières semaines ont été particulièrement tendues sur l'Esplanade des mosquées. La semaine dernière, 11 gardiens du Waqf ont été arrêtés par la police israélienne pour avoir fait leur travail: ils ont empêché une équipe d'archéologues israéliens de pénétrer de manière illégale à l'intérieur de la mosquée Al Aqsa (ou Qibli Mosque) et de voler une pierre qui se situait à quelques mètres de la mosquée. Il s'agit de la vague d'arrestation (pour les gardiens du Waqf) la plus importante depuis 1967... Les autorités sionistes entendent prouver à tout prix que l'Esplanade des mosquées devrait être un temple juif, et pour cela ils emploient les grands moyens: saviez-vous que des fouilles sont effectuées dans la vieille ville de Jérusalem depuis plusieurs années, autour de l'Esplanade et du Mur des lamentations, et que ces fouilles menacent de faire écrouler toute la ville?

Mais c'est un autre sujet, sur lequel il y aurait encore des pages à écrire...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot