La cinéaste Mariana Otero empêchée de filmer et arrêtée devant l'Assemblée Nationale

Mardi 5 juillet devant l'Assemblée Nationale, la cinéaste Mariana Otero et son équipe ont été empêchés de filmer et arrêtés brutalement par les CRS. Le gouvernement de Manuel Valls, sous l'autorité de François Hollande, mène une "guerre des images" en essayant d'empêcher par la force que la réalité des violences policières soit documentée.

Je publie, avec son autorisation, le témoignage de la cinéaste Mariana Otero, empêchée de filmer avec son équipe et interpellée brutalement par les CRS devant l'Assemblée Nationale mardi 5 juillet, puis emmenée au commissariat du XVème arrondissement de Paris. C'est un témoignage parmi des centaines d'autres depuis le début de la mobilisation sociale contre la Loi Travail. Des actes de répression policière sont filmés chaque jour par des journalistes, des réalisateur-trice-s, des citoyen-ne-s qui les diffusent sur les réseaux sociaux et tentent ainsi de se protéger et de protéger leurs concitoyens contre ces violences et ces attaques aux libertés insupportables.

Le gouvernement de Manuel Valls, sous l'autorité de François Hollande, a choisi d'instrumentaliser les forces de l'ordre pour défendre le projet politique porté par la Loi Travail. En même temps, il mène une "guerre des images" en montant en épingle médiatique certains événements et en essayant d'empêcher par la force et contre le droit que la réalité des violences policières soit documentée.

« Mardi 5 juillet, dans un contexte pourtant calme, moi et mon équipe des "Yeux de Marianne" avons été froidement interpellées et arrêtées face à l’Assemblée Nationale, 10mn après notre arrivée pour le simple fait que nous filmions. Un jeune homme qui s'est interposé entre nous et les CRS pour nous défendre et défendre le droit d'expression et de création face à des CRS qui étaient en train de le bafouer, est lui toujours en garde à vue!!!! Voici le récit des faits que vous pourrez constater aussi sur la vidéo périscope filmée par "La Taupe enragée" .

Vidéo prise devant l'Assemblée Nationale mardi 5 juillet 2016 © "La Taupe enragée" via Périscope

Nous sommes arrivés, Sophie Tesson à la perche, Pascal Deux en renfort son et moi-même à la caméra, vers 17h sur le pont de la Concorde. Il y avait plus de CRS que de manifestants, ces derniers étant encore peu nombreux et extrêmement pacifiques. Comme à l’habitude dorénavant, les manifestants ont très vite été nassés. Et les passants, triés : ceux qui semblaient vouloir manifester étaient fouillés puis poussés fermement dans la nasse, les autres, les touristes, pouvaient traverser le pont.

Je filmais ces fouilles depuis quelques minutes quand les CRS, entre autre leur commandant, m’ont demandé ma carte de presse. J’ai expliqué que je n’étais pas journaliste mais cinéaste et que je n’avais pas à avoir de carte de presse pour avoir l’autorisation de filmer, que filmer la chose publique est un droit pour tous les citoyens. Mais les CRS ont continué de me demander d’arrêter de filmer arguant que ce jour là un arrêté préfectoral exceptionnel avait été émis interdisant les tournages devant l’Assemblée. Nous avons demandé à voir cet arrêté qui ne nous a jamais été fourni. J’ai continué de filmer.

Quelques minutes plus tard, les CRS se sont approchés de moi, décidés cette fois-ci à m’empêcher de filmer par la contrainte. Ils ont essayé de se saisir de la caméra. J’ai résisté en la serrant contre moi et en continuant d’affirmer mon droit haut et fort. Alors un jeune homme a essayé de s’interposer et de me défendre. Dans le même temps, Pascal Deux, par ailleurs réalisateur de fiction à Radio-France a tendu sa carte de radio, espérant ainsi pouvoir me permettre de continuer à filmer. Un des CRS s’est saisi de la carte pour aller l’apporter à ses supérieurs hiérarchiques. Nous l’avons suivi. La situation était devenue très confuse, des manifestants nous soutenaient en protestant, les CRS hurlaient et s’agglutinaient.

Pendant ce temps, je ne l’avais pas vu dans la confusion, le jeune homme qui avait tenté de nous défendre, avait été mis à terre par trois CRS. Quand nous avons pris conscience de cette arrestation, Sophie Tesson et moi-même avons fait demi-tour pour la filmer en espérant que le fait de filmer empêche et limite la violence policière qui sans regard extérieur peut se déchaîner.

A ce moment-là, alors que je filmais, j’ai été saisie fermement par le bras par un CRS et emmenée avec Sophie Tesson au bout du pont où la carte de Pascal Deux était vérifiée par d’autres CRS. Nous avons reçu alors l’interdiction absolue de filmer. Nous avons rappelé aux CRS la directive 2008-8433, qui dit qu’en aucun cas ils ne peuvent interdire de filmer ni même d’être filmés dans l’exercice de leur fonction. Mais ils n'en ont eu cure, nous avons été encerclés et isolés. Le commandant nous a alors accusé d’avoir été agressifs : je les aurais frappés de mon coude, bousculés avec la caméra, Sophie Tesson les aurait frappés avec la perche. Ils ont voulu vérifier nos papiers mais je n’avais que mon pass navigo et Sophie Tesson n’en avait pas. Puis ils ont confisqué le matériel caméra ainsi que le matériel son de Pascal Deux. Ils ont affirmé alors qu’en plus des soi-disant violences que nous leur aurions faites, nous aurions aussi arraché l’insigne d’un des CRS et ils nous ont montré la veste d’un des leurs où un insigne manquait. Les quelques CRS qui nous encerclaient, ont affirmé chacun sans la moindre vergogne avoir été témoin de cette scène qui n’avait pourtant jamais eu lieu.

Trois-quart d’heure plus tard, ils nous ont mis dans un fourgon et emmené au commissariat du XVème. Là nous avons été reçus rapidement par le Capitaine qui, très vite, nous a relâchés. Il a reconnu que nous avions été victimes d’une privation de liberté abusive de la part de cette brigade et que les CRS étaient « hors la loi » en nous empêchant de filmer. Il n’a pas pris en considération et n’a pas cru les soi-disant violences que nous aurions exercées contre les CRS.

Mais par contre, le jeune homme qui s’est interposé entre les CRS et moi, et dont pour l’instant, sans son autorisation, je préfère taire le nom, ce jeune homme donc, est quant à lui toujours en garde à vue dans le commissariat du XIVème. Alors qu’en l’occurrence, il est intervenu pour faire respecter la loi. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.