Raymond Macherel
Réalisation - Distribution - Films documentaires
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 sept. 2020

Hommage à Marcel Trillat (1940-2020) cinéaste et journaliste

Dans « Voix-off » de Yves Gaonac'h (Rouge production, 2011) on retrouve avec émotion Marcel Trillat, sa présence chaleureuse, espiègle, et sa force de conviction au service d'une information indépendante des pouvoirs en place et des tyrannies du moment.

Raymond Macherel
Réalisation - Distribution - Films documentaires
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marcel Trillat dans le film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

[Le lien du film VOIX OFF de Yves Gaonac'h, exceptionnellement en accès libre depuis l'annonce du décès de Marcel Trillat vendredi 18/09, a été désactivé par son réalisateur. Le film sera disponible sur Mediapart dans les jours qui viennent accompagné d'un article.]

Portrait du cinéaste et journaliste de télévision Marcel Trillat (1940-2020) qui vient de mourir, « Voix-off » de Yves Gaonac'h (Rouge production, 2011) est aussi un parcours à travers 50 ans d'histoire de l'information à la télévision. On y retrouve avec émotion sa présence chaleureuse, espiègle, son esprit de résistance, et sa force de conviction au service d'une information indépendante des pouvoirs en place et des tyrannies du moment. « C'est la résistance qui t'assure une carrière paisible, c'est pas la soumission. Parce que tu te soumets et tu vas être obligé de t'incliner toujours plus bas, y'a pas de limites... »

Marcel Trillat dans une archive « Antenne 2 » du film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

 On y apprend que sa carrière de journaliste a commencé par un hasard formidable à l'ORTF pour le magazine « Cinq colonnes à la Une » et qu'elle le conduisit, après 1981, jusqu'à la direction de l'information d'Antenne 2 en 1989.

Tout au long de sa vie de cinéaste et de journaliste, il a suivi indéfectiblement ce qui lui tenait à cœur, lui le fils de paysan qui a beaucoup filmé les immigrés et les prolos. Donner à entendre la voix des humbles. Être du côté de ceux qui sont vivants parce qu'ils luttent. Affronter ceux qui les écrasent du haut de leur pouvoir et de leur bêtise. Avec le goût du risque et une grande rigueur professionnelle.

Marcel Trillat dans une archive « INA » du film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

« Arriver à créer avec les gens qu'on filme un rapport d'égalité », raconte tranquillement Marcel Trillat. « Je crois que c'est ça l'essentiel. On est à égalité. On fait connaissance avant. On sait ce qu'on est en train de faire, à quoi on va collaborer ensemble. Créer une relation dans laquelle celui qui filme et qui pose les questions n'impose pas une espèce de supériorité à l'autre. On est égalité. »

Merci Marcel. Nous te pleurons et sommes nombreux à vouloir, pour toi aussi, continuer le combat.

Marcel Trillat dans le film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai