Hommage à Marcel Trillat (1940-2020) cinéaste et journaliste

Dans « Voix-off » de Yves Gaonac'h (Rouge production, 2011) on retrouve avec émotion Marcel Trillat, sa présence chaleureuse, espiègle, et sa force de conviction au service d'une information indépendante des pouvoirs en place et des tyrannies du moment.

Marcel Trillat dans le film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011) Marcel Trillat dans le film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

[Le lien du film VOIX OFF de Yves Gaonac'h, exceptionnellement en accès libre depuis l'annonce du décès de Marcel Trillat vendredi 18/09, a été désactivé par son réalisateur. Le film sera disponible sur Mediapart dans les jours qui viennent accompagné d'un article.]

Portrait du cinéaste et journaliste de télévision Marcel Trillat (1940-2020) qui vient de mourir, « Voix-off » de Yves Gaonac'h (Rouge production, 2011) est aussi un parcours à travers 50 ans d'histoire de l'information à la télévision. On y retrouve avec émotion sa présence chaleureuse, espiègle, son esprit de résistance, et sa force de conviction au service d'une information indépendante des pouvoirs en place et des tyrannies du moment. « C'est la résistance qui t'assure une carrière paisible, c'est pas la soumission. Parce que tu te soumets et tu vas être obligé de t'incliner toujours plus bas, y'a pas de limites... » 

Marcel Trillat dans une archive « Antenne 2 » du film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011) Marcel Trillat dans une archive « Antenne 2 » du film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

 On y apprend que sa carrière de journaliste a commencé par un hasard formidable à l'ORTF pour le magazine « Cinq colonnes à la Une » et qu'elle le conduisit, après 1981, jusqu'à la direction de l'information d'Antenne 2 en 1989.

Tout au long de sa vie de cinéaste et de journaliste, il a suivi indéfectiblement ce qui lui tenait à cœur, lui le fils de paysan qui a beaucoup filmé les immigrés et les prolos. Donner à entendre la voix des humbles. Être du côté de ceux qui sont vivants parce qu'ils luttent. Affronter ceux qui les écrasent du haut de leur pouvoir et de leur bêtise. Avec le goût du risque et une grande rigueur professionnelle.

Marcel Trillat dans une archive « INA » du film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011) Marcel Trillat dans une archive « INA » du film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

« Arriver à créer avec les gens qu'on filme un rapport d'égalité », raconte tranquillement Marcel Trillat. « Je crois que c'est ça l'essentiel. On est à égalité. On fait connaissance avant. On sait ce qu'on est en train de faire, à quoi on va collaborer ensemble. Créer une relation dans laquelle celui qui filme et qui pose les questions n'impose pas une espèce de supériorité à l'autre. On est égalité. »

Merci Marcel. Nous te pleurons et sommes nombreux à vouloir, pour toi aussi, continuer le combat.

Marcel Trillat dans le film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011) Marcel Trillat dans le film « Voix off » de Yves Gaonac'h (Rouge productions, 2011)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.