POUR UN OBSERVATOIRE DE LA TRANSITION

 

POUR UN OBSERVATOIRE DE LA TRANSITION

 

Dans tous les domaines, apparaissent les premiers signes d’un changement de paradigme résultant des impasses du capitalisme, du productivisme, des impératifs écologiques, énergétiques, démographiques, de la nécessité d’inventer un nouveau type de démocratie, un nouveau mode d’éducation,  une nouvelle image de la culture, de la science, de la justice, de l’information, de l’économie, une nouvelle conception du travail, de l’idée de bonheur …

 

Si l’on entend faire face, en temps utile, aux menaces connues ou prévisibles, concernant le vivre ensemble, l’humanité, la planète, il conviendrait que ce changement s’opère rapidement et qu’il fasse l’objet d’une large adhésion. 

 

Le discrédit de la politique n’y prépare pas. Cependant, d’une certaine manière, l’opinion publique se politise ! Elle commence à percevoir les conséquences de la course au profit, de la spéculation, de la mondialisation, de l’individualisme, du consumérisme, elle se sensibilise à l’écologie, aux prévisions du GIEC, aux dangers de l’atome, de la pollution, à la gestion des déchets, elle s’indigne de l’accroissement des inégalités… 

 

Parallèlement, des associations qui entendent «  réinventer nos façons de produire, d’échanger, d’habiter, de nous déplacer, d’éduquer nos enfants » se fédèrent dans un « Collectif pour une Transition Citoyenne », des initiatives, projets, réalisations se multiplient d’une manière dispersée, sans toujours avoir  les moyens de se faire connaître. De nouvelles formes de militantisme s’inventent de manière spontanée, au service de causes très diverses et d’une façon souvent éphémère….

 

Les conditions pour une revitalisation de la conscience politique et citoyenne, pour la renaissance d’un projet de transformation sociale commencent à émerger.

Un observatoire de la transition pourrait accélérer le processus..

Il aurait pour objet de considérer les situations où s’opère ou s’amorce cette transition, selon deux axes :

 

- l’axe horizontal : description des actions, leur fondement, leur évolution, les obstacles rencontrés, le contexte, les moyens de communication et de mobilisation utilisés, leur impact dans l’opinion locale.

Son exploitation permettrait aux militants et aux citoyens actifs, d’avoir une conscience plus nette de l’ampleur du changement en cours, de l’interdépendance des enjeux, de la complexité du contexte dans lequel ils agissent.

 

- l’axe vertical (paradigmatique) ferait apparaître les racines, les perspectives, la philosophie explicite ou implicite qui fonde chaque  domaine en transition. Il permettrait de percevoir et de définir ce qui les relie aux plans politique, culturel, anthropologique.

 

Cet observatoire pourrait inspirer une ambitieuse recherche-action  qui se proposerait de mettre en synergie les réalisations, et les expérimentations, de  théoriser les pratiques, d’en faciliter la convergence, d’en faire la promotion, d’agir sur l’état de l’opinion publique et de ses représentations.

 

Ainsi pourrait s’opérer une refondation de la politique  non plus sur des espoirs résultant d’une marche inexorable du progrès et d’un mythique sens de l’Histoire,  mais sur la base de faits concrets, évolutifs, mis en perspective, et montrant qu’un « autre monde » est possible et plus encore nécessaire.

 

_______________________________________   Raymond Millot août 2014

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.