Le Venezuela rejette les déclarations du directeur de la CIA

Communiqué de la République Bolivarienne du Venezuela du 25 juillet 2017

 

Le Venezuela rejette les déclarations du directeur de la CIA et dénonce à la communauté internationale les agressions systématiques des États-Unis

Communiqué de la République Bolivarienne du Venezuela du 25 juillet 2017

La République Bolivarienne du Venezuela rejette catégoriquement les déclarations du Directeur de l’Agence Centrale de Renseignement (CIA) des États-Unis d’Amérique, Michael Pompeo, et dénonce à la communauté internationale les agressions systématiques des États-Unis contre le Venezuela :

  1. 1. La campagne des opérations de renseignements, effectuées au plus haut niveau, pour renverser le gouvernement constitutionnel du President Nicolás Maduro Moros, y compris la coordination avec les gouvernements de la Colombie et du Mexique pour parvenir à une transition au Venezuela, ce qui correspond avec les actions que les gouvernements de ces pays mènent au niveau régional.
     
  2. 2. Le financement et soutien logistique des États-Unis d’Amérique à l’opposition vénézuélienne comme élément central de ses efforts pour déstabiliser la démocratie au Venezuela, et pour la promotion de la violence à des fins politiques.
     
  3. 3. L’adoption et le renouvellement de l’Ordre Exécutif qui considère le Venezuela comme une menace inhabituelle et extraordinaire à la sécurité nationale des États-Unis et sa politique étrangère.
     
  4. 4. L’imposition de mesures coercitives unilatérales et illégales contre des hauts fonctionnaires du Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela, y compris le Vice-président Exécutif, des ministres, et des magistrats du Tribunal Suprême de Justice (TSJ), afin de soumettre l’Etat vénézuélien aux desseins impériaux étatsuniens.
     
  5. 5. Le fait que, dès le début, l’administration étatsunienne actuelle ait mené plus de 105 actions interventionnistes et hostiles, dirigeant les efforts d’intervention qui se dessinent depuis l’Organisation des États Américains (OEA), en violation flagrante du droit international, et menaçant avec l’adoption de « sévères et rapides actions économiques » contre toute la population vénézuélienne. Ces sanctions collectives ont une connotation impériale, et endommagent gravement le droit international.
     

La République Bolivarienne du Venezuela exige des excuses immédiates et appropriées de l’administration étatsunienne, et alerte la communauté internationale sur la vraie menace qui pèse sur notre pays, compte tenu des terribles antécédents de cette agence de renseignement dans la violation de la souveraineté des pays indépendants, les effets et la souffrance des populations entières et la désintégration territoriale des pays qui ne sont pas alignés avec les intérêts impériaux.

La République Bolivarienne du Venezuela informe qu’elle dénoncera par les voies diplomatiques correspondantes, le gouvernement des États-Unis, de la Colombie et du Mexique, devant la CELAC, l’UNASUR, l’Association des États de la Caraïbe (AEC) et devant le Mouvement des non-alignés, en tant que Patrie libre et indépendante. Ce dimanche 30 juillet le peuple du Venezuela ira voter pacifiquement pour exprimer sa volonté souveraine à travers le suffrage universel, direct et secret, dans le cadre de la démocratie et dans l’exercice de sa souveraineté directe pour l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante.

Caracas, le 25 juillet 2017

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.