Marre des bêtises entendues et lues sur la SNCF

Ne sombrons pas dans la vase des commentaires sensationnels sur la SNCF . Regardons les faits et les chiffres. Ils sont simples. Une entreprise disposant de 33 milliards de CA et de 2,7 Mds de résultat d'exploitation (belle performance) et en donnant 1,5 Mds aux marchés financiers, est-elle rentable ? Mais qui a déjà créé une entreprise avec 32 milliards de dettes et pas de capitaux propres ?

En aucun cas la SNCF n'a accumulé 50 Mds de déficit ... 

Quand l'infrastructure a été séparée de l'exploitation (création de RFF pour développer et gérer l'infrastructure, la SNCF étant centrée sur l'exploitation), l'entité RFF a hérité de l'État une dette colossale de 32 Milliards qui fait des petits tous les ans. Elle coûte en frais financiers 1,5 Milliards d'intérêts  acquittés par l'usager et qui pourraient être mieux utilisés en investissements d'entretien ou de développement  (au lieu de les abandonner aux PPP, cad aux groupes privés à un coût élevé qui sera payé par l'usager). 
Cette dette "historique", c'était le prix des grands travaux. 

(voir les comptes de la SNCF 2016 et 2017 : ne serait que la page 29 du rapport financier du groupe SNCF !!! : http://medias.sncf.com/sncfcom/pdf/finance/rapport_financier/Groupe_SNCF_Rapport_financier_2017.pdf)

Ce n'est pas le contribuable qui paye un déficit de la SNCF, puisqu'il n'y a pas de déficit. Le problème évoqué pour la SNCF, ce n'est pas qu'elle perd de l'argent. Son problème, c'est une allocation des ressources qui fait la part belle aux banques et aux consortiums privés (et c'est l'usager qui paye).

Lorsque sur décision de la Commission Européenne, en 1996, il a fallu séparer "l'infrastructure" de l'exploitation, l'Allemagne à qui on prête de si grands talents a décidé la création d'une société pour l'infrastructure, mais sans lui transférer la dette. Là, elle a eu du talent ! Elle a considéré que le patrimoine, les ponts, les voies et tout ce qui équipe un réseau ferré, c'était du domaine du service public.
Ainsi les comptes de la DB ne portent-ils aucune charge financière : 1,5 Mds de plus par an pour entretenir et développer le réseau, ce serait si bien en France ... 

Est ce que vous vous rendez compte que l'on a créé une entreprise avec 32 milliards de dettes ? Il n'y a que l'État pour faire ça ! Pourquoi ? Parce qu'il fallait respecter les critères du déficit public imposés par la Commission Européenne. 
Je ne peux que me douter que ce montage en ait satisfait plus d'un sur les marchés financiers ... pas seulement car plus on étrangle la SNCF, plus elle devient une proie pour le privé. C'est parce quelle ne disposait pas de tout l'argent nécessaire pour investir dans les TGV qu'elle a délégué l'investissement rentable aux grands du BTP (sous forme de PPP). 

C'est fatigant de constater l'efficacité, même auprès des personnes ouvertes, de la campagne de désinformation sur la SNCF ... Bourdin en tête avec ses questions "reloues" : "est-il normal que le statut des salariés de la SNCF existe encore ". Comment peut-on être aussi aveugle !

Voici les comptes de résultat du groupe SNCF. En regardant le résultat financier, le montant du résultat opérationnel, vous comprendrez pourquoi les investisseurs privés s'agitent en coulisses et nous/vous désinforment :

?ui=2&ik=268f958edf&view=fimg&th=1623315e5f48b061&attid=0.1&disp=emb&realattid=ii_jev3qk5u0_162330b4f9a6d906&attbid=ANGjdJ-nMQ2x83rvVCCNJacZlV_1anVUVYQoAuMKjiweXHbPMjElZ-Qpt1uzQRcHVxbsvRnyf1UP3WApnnyMJdwjf-lZVUoQW3htO6jJ8HE3tIlYYkz_R7AjQnKfXb4&sz=w826-h1088&ats=1521275736896&rm=1623315e5f48b061&zw&atsh=1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.