RegisDesmarais
Observateur du monde
Abonné·e de Mediapart

92 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2017

Résultat officiel pour une timide élection de M. Macron

Les résultats officiels sont donnés sur 99,99 des inscrits reçus. On retiendra de ce second tour les scores importants de l'abstention et du vote blanc ou nul. 56,36% des électeurs n'ont pas voulu de M. Macron. La "large élection" de M. Macron, selon les Médias, ouvre une étroite fenêtre sur les législatives.

RegisDesmarais
Observateur du monde
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Les chiffres (officiels et définitifs) ont été actualisés sur Irocblog.)

Les Médias sont incorrigibles. Selon eux, Emmanuel Macron termine cette présidentielle par une large victoire. Les chiffres aussi sont incorrigibles : on leur fait dire ce que l’on veut alors que sous les apparences de la force, on trouve bien souvent de la faiblesse.

Macron est élu avec 66,06% des suffrages exprimés. C’est beaucoup mais cela ne veut pas dire grand-chose. Explication : vous pouvez être élu avec 75% des suffrages exprimés. C’est une victoire éclatante et même écrasante, oui mais… s’il n’y a que 8 suffrages exprimés sur 20 000 inscrits, vous n’êtes élu que par 6 personnes (6=75% de 8). L’exemple est caricatural mais il montre que, pour apprécier la légitimité d’un élu, il convient de voir quel pourcentage réel du corps électoral est représenté par cet élu et aussi le contexte de son élection.

Examinons le cas Macron :

Le nouveau et inattendu président français est élu avec 66,06% des suffrages exprimés. C’est bien en apparence (large comme dirait les médias), mais il faut en savoir un peu plus. En effet, ce score n’est pas flatteur pour l’ancien candidat de la gauche, du centre, de la droite : il y a eu un taux d’abstention de 25,38% et un taux de votes blancs ou nuls de 11,49% des votants.

Le nombre d’inscrits sur les listes électorales était de 47 581 118 électeurs…au premier tour. Pour le second tour de l’élection, le ministère de l’intérieur indique que le nombre des inscrits est de 47 448 929 électeurs. Entre les deux tours, il y a une perte de 132 189 électeurs. Pourquoi ? Aucune idée.

Un taux d’abstention de 25,38 % signifie que « seuls » 35 407 616 électeurs se sont déplacés aux urnes. Un taux de vote blanc ou nul fixé à 11,49% signifie que « seuls » 31 340 814 électeurs se sont exprimés. M. Macron a été élu avec 66,06% des suffrages exprimés, donc avec 20 703 694 électeurs (66,06% de 31 340 814). Au regard du nombre d’inscrits, et donc d’électeurs potentiels, M. Macron ne représente que 43,63% des inscrits. C’est peu pour un homme qui a eu toute la presse avec lui, l’ancien président américain pour le soutenir, l’actuel président français qui, frappé d’amnésie et ne se souvenant plus qu’il était le président de tous les Français et donc astreint à un devoir de neutralité dans le contexte électoral, le soutenait tous les jours et qui a bénéficié de la menace fasciste brandie sous les nez des Français pour que ces derniers trouvent en M. Macron leur sauveur.  

En 2017, M. Macron est élu avec un score légèrement inférieur à ceux de Valéry Giscard d’Estaing en 1974 ou de François Mitterrand en 1988 (43,8% des inscrits). Toutefois, pour François Mitterrand il n’y a eu que 18,9% d’inscrits qui ne se sont pas exprimés (abstention + votes blancs + votes nuls) tandis que pour M. Macron, il y a eu 33,96% d’inscrits qui ne se sont pas exprimés, c’est-à-dire 16 108 115 électeurs ! En 2017, ceux qui se sont détournés du second tour de l’élection présidentielle représentent largement plus de monde que les électeurs de Mme Le Pen dont le nombre de voix représentent  22,42% des inscrits, soit 10 637 120 électeurs. Ces chiffres sont clairs : il n’y a pas de danger Le Pen, fasciste ou autres Waffen SS embusqués. Dire qu’il y aurait un tel danger est de l’enfumage et une manipulation grossière des électeurs en réveillant des peurs qui n’ont aucun fondement réel. Le vrai et seul danger, ce sont les 16 108 115 électeurs qui ne se retrouvent plus dans ces élections et dans M. Macron. Cela est dangereux pour M. Macron à court terme (les législatives) et pour la démocratie à long terme.  

Caractéristiques de l'élection présidentielle de 2017 :

Le second tour de l'élection présidentielle se singularise par l'importance des électeurs qui ont refusé de choisir un candidat : 33,96% des inscrits, c’est-à-dire 16 108 115 électeurs !

Le taux d'abstention de 25,38% est le plus important de tous les seconds tours de l'élection présidentielle depuis 1965. (voir graphique sur Irocblog)

Le taux de vote blanc ou nul (8,58% des inscrits) explose en 2017. Le précédent pic de ces votes datait de 1995 avec 4,8% des inscrits. (voir graphique sur Irocblog)

M. Macron est un candidat qui a éloigné un nombre important de Français de l’élection. Si 20 703 694 électeurs ont choisi Macron (dont un certain nombre pour faire barrage au FN), 26 745 235 ne voulaient pas de M. Macron et n’ont même pas réussi à voter pour lui afin de faire barrage au danger du Front national. Si on considère que les électeurs qui ont voté Macron au premier tour sont les vrais macronistes, alors 38 790 902 électeurs ne se reconnaissent pas en M. Macron ! Autant dire que les législatives risquent d’être une bérézina pour En Marche ! Il va donc falloir impressionner les Français et bien leur faire peur et les intimider pour les forcer à donner une majorité parlementaire à la très anémique majorité présidentielle. Le combat des législatives est donc capital pour l’avenir du pays ! Seule une cohabitation pourra sauver la France. Le 18 juin prochain sera-t-il de nouveau une date heureuse pour le pays ? Le pari mérite d’être fait !

Régis Desmarais

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky