Voir tous
  • François Fillon au coeur d'une tragédie électorale

    Par RegisDesmarais
    Les révélations sur M. Fillon repartent de plus belle. Aucune accalmie dans ce "Fillon-bashing". Tout semble vouloir priver les Français d'un débat démocratique serein. Ces "affaires", qui n'en sont pas vraiment, dégradent la vie citoyenne. Les lendemains paraissent incertains. Le futur chef de l'Etat, même si c'est M. Macron, sera à la tête d'un pays fatigué et sa légitimité sera affaiblie.
  • François Fillon vainqueur du débat du 20 mars 2017 ?

    Par RegisDesmarais
    A peine le débat du 20 mars 2017 terminé que des sondages sont venus nous dire qui était le vainqueur de la soirée. La méthode est classique en "campagne électorale" mais un peu désagréable lorsque l'impression laissée par le débat ne se retrouve pas dans ces sondages. Avec inquiétude une question se pose : mais avons nous vu le même débat ? La réponse est oui mais nous sommes en campagne !
  • Un débat de "mise en jambe" entre les candidats

    Par RegisDesmarais
    Le premier grand débat de la présidentielle 2017 aura été l'occasion pour les candidats de se "mettre en jambe". La tonalité du débat aura été pacifique et presque timide. La forme et le fond des interventions auront toutefois été riches d'information sur les candidats pour qui sait écouter et observer. Incontestablement, on a hâte de les retrouver plus aguerris sur un plateau.
  • Le costume ne fait pas Le Politique ni l'avenir du pays

    Par RegisDesmarais
    L'affaire des costumes est un éclairage de plus sur les faiblesses du microcosme politique. Jamais dans une élection, les programmes n'auront eu plus d'importance que ceux qui seront en charge de les appliquer. Jamais on aura si peu parlé de ces programmes. Incontestablement, celui qui sera élu à la présidence, et quel qu'il soit, n'aura pas toute la légitimité requise.
  • François Fillon glisse à la 3ème place en terme de poids numérique des candidats

    Par RegisDesmarais
    Les derniers résultats de FILTERIS confirme l'ordre des trois candidats de tête donné par les instituts de sondage. L'écart entre ces candidats est simplement plus réduit que ne le disent ces institut. Il est à craindre un durcissement de la campagne pour que se détache de façon franche les deux candidats qui participeront au second tour de l'élection.