Le Coronavirus, la guerre et l'incompétence

Il y a comme un trouble dans notre République. Nous sommes en guerre et sans véritable chef. Les Français ont sérieusement de quoi s'inquiéter. Les demi-mesures du président sont décalées par rapport aux besoins. Une chose est sûre, la peur gagne notre Nation car toutes les portes lui sont ouvertes.

Les jours passent et une question légitime taraude celles et ceux qui observent avec lucidité les évènements actuels : faut-il avoir peur principalement du virus ou faut-il avoir peur avant tout des décisions du Président de la République et du Gouvernement ?

Plus que jamais, la force anxiogène de cette interrogation se renforce à chaque intervention d’Emmanuel Macron à la télévision. Incapable de prendre rapidement des mesures claires, fortes et courageuses, le président égrène des « mesurettes» au fur et à mesure que les dégâts de la pandémie se font plus visibles.

Il y a quelques semaines encore, l’ancienne ministre de la santé se félicitait de la réaction rapide et efficace du Gouvernement sitôt connus les effets du Coronavirus en Chine : des affichettes avaient été affichées dans les aéroports pour faire trembler le virus et le dissuader de venir en France. Cette action volontariste du Gouvernement a évidemment été à la hauteur de ses initiateurs : piètre et inefficace.

Au moment où le coronavirus se répandait en Chine, au moment où la crise s’accélérait en Italie, le Président de la République se rendait au théâtre et déclarait qu’il ne fallait pas avoir peur, et incitait même les Français à sortir. A cette époque, les frontières auraient pu être fermées, des masques commandés, et non pas envoyés par tonnes en Chine, et du gel hydroalcoolique ou même de l’alcool à 70° auraient pu être fabriqués et distribués en masse. Au lieu de tout cela, le Gouvernement a lorgné sur le premier tour des élections municipales et rien de vraiment utile n’a été fait. Hier encore, un pharmacien à qui je demandais du gel ou de l’alcool a eu l’idée, digne d’un Macron, de me proposer des compléments alimentaires pour renforcer mes capacités immunitaires. Quelle tartufferie ! Allais-je me badigeonner les mains de compléments alimentaires ? Heureusement, si nos politiques semblent pour la plupart hors-sol et incapables de traiter des enjeux majeurs de société, certains industriels font preuve d’efficacité décisionnelle : nous aurons peut-être du gel grâce à LVMH !

Le Président de la République, pour son deuxième show télévisuel, a donc martelé que nous étions en guerre. L’angoisse a saisi les Français car si nous sommes en guerre, où sont les généraux et le chef des armées ? Macron ? Non ce ne peut pas être lui. Du reste, les demi-mesures baignées de flou nous ont confirmé l’absence d’un vrai chef des armées pour mener cette guerre. Nous pouvons donc sortir mais à condition de signer notre propre autorisation de sortie. Ouf, il suffit de télécharger le sésame, et de s’auto-autoriser à sortir et la vie continue, et le virus danse !

En attendant du gel, en attendant des masques, en attendant des mesures énergiques et volontaristes, nous attendons le prochain show télé du locataire de l’Elysée. Car n’en doutons pas, les demi-mesures de Macron appellent d’autres demi-mesures. Certes, l’addition de toutes ces demi-mesures fera des mesures, mais le temps d’additionner les demi-mesures du président, combien d’entre nous seront tombés ?

Enfin, je me pose cette question impertinente que tout le monde évacue par pudeur : 6633 cas de coronavirus et 148 morts en France (2,23% de décès par rapport au nombre de cas déclarés) contre 7272 cas de coronavirus et 17 morts en Allemagne ! (0,23% de décès par rapport au nombre de cas déclarés). Pourquoi cette différence ? Est-elle révélatrice d’un problème de prise en charge des malades en France ? (aux urgences notamment). Une chose est sûre, ne comptez pas sur le Gouvernement pour vous donner une explication claire et argumentée. Une chose est sûre aussi, le confinement n’est que le renoncement à croire que soigner efficacement les malades est possible. L’Allemagne semble avoir une approche où la détection et la prise en charge des malades sont complétées par des solutions de confinement qui ne viennent qu’en soutien d’une action médicale efficace. Etre contaminé par le virus ne conduit pas à la mort certaine mais on semble vouloir nous convaincre du contraire. L’objectif est-t-il de placer un policier dans chaque rue pour contrôler nos faits et gestes ? L'objectif est-t-il de terroriser la population ? Comme le martèle une publicité, tout cela serait comique si ce n’était pas si grave.

Complément en  date du 18 mars 2020 à mon article : enfin on se pose une bonne question et on envisage une bonne réponse. Pourquoi cette différence de mortalité entre l'Allemagne et la France, peut-être en raison des dépistages mis en œuvre. Si cela est la cas, nous avons vraiment des incompétents dans notre pays ! 

Régis DESMARAIS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.