La politique d'Emmanuel Macron : combien de morts ?

Le président assume ses choix. A-t-il raison ? Pour répondre à cette question, nous allons consulter les chiffres officiels de la pandémie. Une comparaison avec ce qui aurait pu se passer en France si les choix faits avait été similaires à ceux de l’Allemagne nous donne des pistes de réponses. Le résultat de cette analyse est impitoyable pour le Président et est humainement un désastre.

Le 15 avril 2020, dans un entretien accordé au journal le Point, Emmanuel Macron a déclaré qu’il ne regrettait pas ses actions dans la gestion de la crise sanitaire, notamment le maintien du 1er tour des élections municipales et sa doctrine sur les masques. Il a même déclaré « Je refuse aujourd'hui de recommander le port du masque pour tous (…). Si nous le recommandons, ce serait incompréhensible. (….) ». Il a enfin salué l’action de son ancienne ministre de la santé, Agnès Buzyn…

Alors que des centaines de milliers, si ce n’est de millions de Français, pensent que le président devrait regretter ses choix qui sont perçus comme des fautes, il est intéressant de se pencher sur les chiffres de la pandémie et de faire une projection sur ce qui se serait passé en France si le Gouvernement n’avait pas pris « les bonnes décisions ».

Nous allons essayer de voir dans quelle situation aurait été notre pays si le président et le gouvernement avaient pensé que les masques étaient utiles, que les tests systématisés étaient utiles et que le confinement était utile pour les seules personnes porteuses du virus. Je sais, penser de telles choses absurdes, c’est dingue.

Pour ce faire, regardons d’abord la situation française au regard de la Chine, de l’Allemagne, de la Corée du Sud, de l’Italie et des Etats-Unis. Sur ses six pays, les Etats-Unis présentent le nombre le plus élevé de cas de Covid-19 déclarés (677 570 cas contre 165 027 cas pour la France) et de morts en raison de ce virus (34 617 décès contre 17 920 décès en France). Il serait facile de blâmer les USA en restant sur ces seules données. Il faut donc rapporter ces chiffres à la population totale du pays et voir le taux de mortalité aux Etats-Unis (nombre de décès rapporté aux cas déclarés). Cette correction effectuée, les Etats-Unis deviennent presque un Etat « vertueux » avec un taux de mortalité de 5,11% (10,86% pour la France) et un nombre de cas déclarés par rapport à la population de 0,204% (0,248% pour la France).

Emmanuel Macron l’assène et le répète : il a pris les bonnes décisions. Nous allons donc faire une projection pour voir ce qui se serait passé en France si le Président avait pris de mauvaises décisions comme l’Allemagne et la Corée du Sud. Contrairement à la France, ces deux pays ont mis en place une politique systématique de tests effectués sur les personnes présentant les symptômes du coronavirus, la population de ces pays a été très vite incitée à porter des masques, lesquels étaient en nombre suffisant pour répondre aux besoins, et le confinement n’a concerné que les personnes contaminées. Cerise sur le gâteau, dans ces pays, la vente de masques par les pharmaciens n'a pas été interdite et aucun traitement susceptible de soigner ou de faire baisser la charge virale n'a été interdit de prescription. Vous le voyez, ces deux pays ont fait n’importe quoi selon nos dirigeants et nos sociétés dites « savantes ». Les chiffres sont impitoyables … pour M. Macron : le nombre de cas déclarés ramenés à la population est de 0,02% en Corée du Sud et de 0,16% en Allemagne contre 0,24% en France. Rappelons qu’à la différence de l’Allemagne, le port du masque est presque un automatisme en Corée du Sud. C’est pourquoi, la différence culturelle étant si importante, nous nous focaliserons surtout sur la comparaison Allemagne / France, deux pays voisins et relativement similaires culturellement après plus de 50 ans de construction européenne.

Nous allons donc faire d’autres calculs. Nous allons appliquer à la population française les taux de cas déclarés/population de l’Allemagne puis de la Corée du Sud. Nous pourrons ainsi avoir un aperçu de ce qui se serait peut-être passé en France si M. Macron avait fait les « mauvais choix politiques » de nos deux pays référents, à savoir : tests systématisés et port du masque conseillé, voire imposé.

Nous obtenons alors un nombre de cas déclarés en France de 109 333 (en appliquant à la population française le taux de cas déclarés/population de l’Allemagne, soit 66 524 000 X 0,16%) ou de 13 731 (en utilisant le taux de cas déclarés/population de la Corée du Sud), soit respectivement 55 694 ou 151 296 cas de moins que la situation actuelle ! (Rappel de la situation actuelle : 165 027 cas déclarés au 16 avril 2020). Avec le même raisonnement, mais en référence aux Etats-Unis (pays qui n'a pas favorisé le port du masque mais qui a fermé très vite ses frontières, n'a interdit aucun traitement et a pratiqué plus de trois millions de tests), la France aurait eu 136 170 cas soit 28 857 cas de moins que la situation actuelle.

Tableau des données utilisées au 16 avril 2020 consultable ici.

Premier enseignement, si la France avait agi comme l’Allemagne et la Corée du Sud, le nombre de personnes contaminées en France aurait pu être très inférieur à ce qu’il est aujourd’hui.

Après voir obtenu des évaluations du nombre de cas déclaré si la situation française avait suivi les tendances de l’Allemagne ou de la Corée du Sud, nous allons évaluer quel aurait été le nombre de mort sur la base de ces nouvelles évaluations. Pour ce faire, nous avons deux solutions : appliquer aux nouvelles évaluations du nombre de cas déclarés en France les taux de mortalité de l’Allemagne (2,94%) puis de la Corée du sud (2,16%) ou appliquer le taux de mortalité actuel qui existe en France (10,86%). Cette dernière solution aurait le mérite de pouvoir « prendre en compte » des facteurs pouvant contribuer à expliquer en France une mortalité plus grande que dans d’autres pays : modalités de propagation du virus spécifiques à la France, qualité du système de santé français voire spécificité de l’état sanitaire de la population française.

Les résultats obtenus sont de nouveau impitoyables pour Emmanuel Macron. Si nous estimons qu’à mesures sanitaires identiques nous aurions eu le même taux de mortalité que l’Allemagne, la France déplorerait 3 217 décès (109 333 X 2,94%) soit une réduction du nombre de décès de 14 703 individus ! En appliquant au nombre de cas déclarés recalculé le taux de mortalité actuel en France, nous obtenons 11 872 décès soit une réduction du nombre de décès de 6 048 individus ! Si nous utilisons les données de la Corée du Sud les chiffres sont encore plus impitoyables (voir tableau). Toutefois, les différences culturelles étant si importantes entre les deux pays, notre comparaison se limitera avec notre voisin d’outre Rhin.

Précisons toutefois, que même en utilisant les données des Etats-Unis, le nombre de morts en France aurait été inférieur de plus de 3 000 individus !

Tableau du recalcul nombre de cas déclarés et nombre de décès, c’est ici.

Second enseignement : les choix du président ont potentiellement causé entre 6 000 et 14 000 morts de plus qu'en Allemagne. Même avec les Etats-Unis, la comparaison est en défaveur de la France.

Conclusion : le président Macron a tort de dire à propos du port du masque « Si nous le recommandons, ce serait incompréhensible. ». Les chiffres sont cruels : les choix du président et du Gouvernent ont été et sont catastrophiques pour les Français ! Il est aujourd’hui incompréhensible de voir un président s’accrocher à ses erreurs. Il peut saluer son ancienne ministre de la santé mais son action a été inefficace et fautive. Désormais, quand nous écoutons Emmanuel Macron et Edouard Phillipe, nous pouvons répondre à la question : En conséquence des choix de M. Philippe et M. Macron combien de morts ? : la réponse est entre 6 048 et 14 703 morts ! Certes, il s'agit de projections mathématiques, il convient donc de considérer que ces chiffres ont du sens en tant qu'indication de tendance et de grandeur. Les écarts avec ce qui se passe en France sont si importants qu'il est incontestable que les choix du président sont erronés. Avec un tel résultat, il est effrayant d’entendre le président claironner qu’il a fait les bons choix. Il y a quelque chose de pathologique dans cette attitude. Un déni de réalité qui laisse rêveur, mais le rêveur déambule dans un cauchemar.

Régis DESMARAIS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.