Tout ça pour ça !

Que Monsieur Valls utilise son pouvoir et des media complaisants pour mener sa carrière personnelle n'est un secret pour personne. Ses "coups" préférés, à l'image du monarque précédent, il les puise dans les sujets clivants, susceptibles d'attiser les haines, les communautarismes, de créer du désordre et de faire du buzz.

C'est son fonds de commerce : propos sur les roms, manque de "blancs, de whites, trop de blackos" ... et aujourd'hui promotion hallucinante pour un humoriste de seconde zone, mais qui présenterait cette particularité de tenir des propos antisémites.

Une aubaine pour cet arriviste de Valls !

Car rien ni personne ne l'arrête.

Il vient de faire limiter la  liberté d'expression en France aux sujets qui "ne portent pas atteinte à la dignité humaine".

Et préventivement. Celà s'appelle la censure !

L'Etat vient donc de se substituer à la Justice. 

Car des lois existent qui sanctionnent les propos qu'on attribue à Dieudonné. Comme le rappelait Monsieur Valls lui-même en 2012 concernant les caricatures de Mahomet : "la liberté d'expression est un droit fondamental, encadré par la Loi, et les tribunaux sont là pour être saisis par ceux qui se considèreraient comme attaqués, offensés".

Position qu'il avait également adoptée lorsque Civitas manifestait contre le spectacle "Golgota Picnic". 

Ainsi donc, dans ces deux cas, le public aurait été suffisamment éduqué, informé, et la Loi suffisamment efficace pour faire face à d'éventuelles dérives. Bref, la République quoi !

Puis, elle serait devenue si faible, la République, qu'elle n'ait plus d'autre ressource que la censure, méthode d'un autre monde et d'une autre époque !

Alors qu'est-ce qui est différent ? Serions-nous passés à côté de quelque chose ?

Dieudonné serait-il devenu à ce point un leader d'opinion charismatique capable de menacer le pouvoir ? Ce lobby dont il a fait sa cible ne serait pas un fantasme et pèserait vraiment sur les décisions politiques ? Son public serait-il à même de semer ce désordre, si télégénique, qui permet aux politiciens de faire oublier leurs mauvais coups et aux media de vendre de la pub ? 

Non, le spectacle de Dieudonné se jouait depuis des mois sans problème. Il fallait donc forcer les choses pour que Valls puisse assurer sa promo de "clône de Sarkozy".

Ce sera l'appel d'un membre du Conseil d'Etat, Arno Klarsfeld, à manifester à Nantes contre le spectacle de Dieudonné, créant ainsi un possible "trouble à l'ordre public".

Inquiétante stratégie qui consiste à menacer de créer du désordre afin d'imposer ensuite la censure pour ... faire cesser ce désordre potentiel !

Surtout quand on appartient, soi-même, à la haute juridiction chargée de prendre cette décision !

En tous cas, désormais, terminé les dessins de Charlie Hebdo, les "lâchers de salopes" de Bigard, bon nombre de raps, de spectacles iconoclastes et ... les livres de Céline. Enfin normalement !

Et peut-être que DSK ne pourra plus être invité pour des conférences au Sénat après avoir traité les femmes de "matériel", de "marchandise", atteinte caractérisée à la dignité de la moitié de l'Humanité.

Le Sénat, tiens, parlons-en, qui vient d'apporter sa protection à un possible délinquant dans une affaire criminelle.

Là, pas de héraut pour défendre la République, la Démocratie, la Justice, l'égalité des citoyens devant la Loi.

Pas de buzz médiatique puisque seul l'intérêt général est en cause, que le suspect est un compère et qu'il n'y a pas de violences communautaristes à espérer.

Bon, conclusions de tout ça :

-  pour les intérêts personnels d'un ministre ambitieux, une brèche vient d'être ouverte dans notre droit à la liberté d'expression, brèche dans laquelle vont s'engouffrer les sectes obscurantistes en tous genres

- Dieudonné peut désormais se présenter comme une victime et un défenseur de la liberté d'expression . Il vient de passer, aux yeux de ses fans, du statut de trublion à celui d'icône 

- ses propos antérieurs sont en quelque sorte accrédités par ... la situation d'aujourd'hui

- une fois de plus ce deux poids/deux mesures va exacerber les haines communautaristes et menacer la cohésion nationale 

Beau résultat ! 

Mais est-ce vraiment tout ? Pas sûr !

Car dans le déferlement médiatique qui a entouré cette affaire des images vont rester.

Celles des censeurs : les Finkielkraut, Elisabeth Lévy, Arno Klarsfeld, la Licra, le Crif ... bref, l'habituelle brochette de sionistes invétérés qui génèrent de l'antisémitisme même chez les plus tolérants de nos concitoyens. Ce qui est évidemment le but recherché puisque le seul argument à disposition pour tenter de justifier la politique, indéfendable, de l'Etat d'Israël. 

Alors comment ces "bons clients" des media + l'antisémitisme que génère la politique israëlienne + le "deux-poids/deux mesures" + les frustrations en tous genres peuvent-ils générer de la haine au point de "partir en vrille" comme l'a fait Dieudonné ? C'est la question que devraient se poser des politiciens responsables ... s'il en existait. 

En tous cas ils ont tous un point commun : Dieudonné, sionistes, Valls et media. Ils se servent des victimes pour vendre leur soupe. C'est répugnant ! 

Car il y a les morts. Ceux des camps. Juifs, résistants, communistes, tziganes, homosexuels ...

Un des premiers actes de ceux qui voulaient les exterminer a justement été ... la censure ! Ce sont d'abord les livres qu'ils ont brûlé ...

Aussi respecter, vraiment, la mémoire de ces millions d'hommes et de femmes pour que jamais ne reviennent ces temps maudits, c'est avant tout ne pas agir comme leurs bourreaux.

Le lien entre la censure et la volonté d'élimination physique est d'ailleurs si ténu qu'il vient déjà d'être franchi sur une radio par un "journaliste"  : http://www.ojim.fr/philippe-tesson-appelle-publiquement-a-tuer-dieudonne/#!prettyPhoto

 

Alors, tout ça pour ça, Monsieur Valls ? 

 

SECURITE

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.