J'ai un message pour ceux qui nous ont attaqués

«J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur.»

«Nous ne devons pas renoncer à nos valeurs. Nous devons montrer que notre société ouverte peut faire face à cette épreuve. Que la meilleure réponse à la violence est encore plus de démocratie. Encore plus d'humanité. Mais jamais de naïveté. C'est quelque chose que nous devons aux victimes et à leurs familles.»

«Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.»

C'était la réponse du Premier Ministre Norvégien Jens Stoltenberg après le massacre d'Utoya (77 personnes tuées par un militant de "l'Europe Chrétienne"

Un discours responsable, qui nomme les choses pour ce qu'elles sont, un discours propre à rassembler les citoyens dans leur diversité et à ne pas mettre d'autres vies en danger !

Exactement le contraire de la réponse des dirigeants français et des media, qui d'emblée ont fait des 17 morts de Paris les victimes d'un "islamisme" mondialisé, et seulement ça ! Et surtout ne veulent pas nommer les choses pour ce qu'elles sont, qui pourtant sautent aux yeux.

Ainsi ce qui frappe dans les parcours des 3 tueurs et leur mode opératoire, comme ceux qui les ont hélas précédés, ce sont leurs similitudes, un quasi portrait-robot : ils sont tous Français, une enfance misérable dans des lieux de relégation, absence d’un père, les foyers, la délinquance, le banditisme, la prison où ils sont manipulés par les gourous de sectes obscurantistes. Et puis cette facilité à se procurer des armes de guerre sur notre sol. Enfin, et c’est très préoccupant, l’abandon de leur surveillance peu de temps avant qu’ils ne passent à l’acte.

Quant à l'aspect "pieds nickelés" des terroristes il fait douter d'un quelconque soutien d'une organisation internationale (même si certaines peuvent les revendiquer après coup) : Coulibaly qui fait un emprunt chez Cofidis pour financer ses crimes, les frères Kouachi qui braquent une station service pour faire le plein d'essence et se procurer des chips et de l'eau minérale, Merah confondu par une annonce sur le Bon Coin, Nemrouche qui se fait arrêter par des douaniers lors d'un contrôle de routine, après avoir traversé la France en car avec les armes dans son sac !

Mais nommer les choses pour ce qu'elles sont, constater comment se "fabriquent" les "djihadistes franco-français" ce serait se donner les moyens d'y faire face et d'éviter au maximum d'autres drames pour l'avenir. 

Or tout était fait depuis des années pour attirer la menace terroriste sur notre sol et ça continue :

 un gouvernement en perdition, qui organise lui-même une manifestation, profitant de la légitime mobilisation des Français contre l'horreur, pour redorer son blason à cette occasion, y invitant des ennemis déclarés de la liberté d'expression (un comble !) et les assassins de Gaza entre autres sales types 

- le communautarisme devenu désormais la norme et les citoyens classés suivant leur religion par le pouvoir politique et les media (avec toujours des "musulmans" sommés de s'excuser, d'affirmer qu'ils n'ont rien à voir avec les tueurs)

- la parole islamophobe libérée et l'apologie de crimes contre les Arabes encouragée au plus niveau. Image glaçante d'un Président de la République et d'un Premier Ministre assis à la synagogue, kippa sur la tête, près de Benett, ministre israélien qui se vante "d'avoir tué beaucoup d'Arabes dans sa vie et n'avoir aucun problème avec ça" ! Normalement en France ce genre de propos est un délit sanctionné par la loi. 

Mais maintenant la mécanique totalitaire est enclenchée. Plus question de République, de laïcité, d'égalité ... et même plus question du Droit, de la Loi.

Même la liberté d'expression est instrumentalisée et maintenant à deux vitesses : respectée au pied de la lettre lorsqu'il s'agit de diffuser à nouveau un dessin de la même veine que ceux à l'origine des tueries. Après tout puisqu'il s'agit d'une liberté, c'est à chacun, en conscience, d'exercer son libre arbitre, sa responsabilité et de choisir ce qu'il écrit, dessine ou publie. Mais dans le même temps on interdit aux élèves d'exprimer une opinion dissidente, et on sanctionne lourdement des crétins pour avoir dit ou écrit des conneries, des vannes douteuses. 

Tout celà aura bien évidemment des conséquences : créer de nouvelles vocations de martyrs, restreindre nos libertés et mettre d’autres vies en danger.

Mais politiciens et media se fichent de l'intérêt du pays et de ses habitants. Ils ont besoin de ce chaos pour leur carrière, leur ego. 

Alors, testostérone aidant, ils parlent de "guerre" justifiant ainsi, à posteriori, les lourdes et discutables opérations militaires qu'ils mènent en notre nom (et sans doute aussi celles à venir). Mais ils sont en guerre contre qui ? Les paumés de banlieue qu'ils ont eux-mêmes fabriqués ? 

A bien y réfléchir c'est un vrai miracle que les gourous des sectes barbares ne fassent pas plus d'adeptes dans un tel contexte !

- à voir comment les politiciens véreux se sont démenés pour attirer à tout prix la menace terroriste sur notre sol

- comment on traite nos concitoyens, qu'on les appelle arabes, musulmans, maghrébins, beurs ...

Il faut sans doute en remercier tous ceux qui, sur le terrain, se démènent pour défendre, eux, la République et ses valeurs : enseignants, bénévoles, militants, habitants, citoyens tout simplement.

Mais maintenant, vu l'ambiance, il serait étonnant que ce fragile équilibre tienne encore longtemps !

Et bien peu de monde pour dénoncer l'irresponsabilité des pompiers-pyromanes et nous mettre en garde.

Quelques-uns quand même : Daniel SchneidermannAbdel-Rahmène AzzouziLe journal "Regards"Saïd BouamamasMichèle SibonyAlain GreshUne Autre Voix JuiveDominique de VillepinL'Union Juive Française pour la Paix , des intellectuels, des militants

attentifs_ensemble

Billet modifié le 17/2/2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.