Fin du "séparatisme" : c'est pas trop tôt !

Macron et consorts nous annoncent une loi prochaine pour lutter contre le "séparatisme". Qui les aurait cru capables d'une telle avancée démocratique ? Sans doute personne. En tous cas réjouissons-nous que soit enfin terminées ces pratiques d'un autre âge qui consistent à séparer les enfants suivant la religion des parents. Et saluons la fin des écoles privées catholiques, juives et musulmanes !

Enlèvement des crucifix dans les écoles parisiennes - Gravure - Musée Carnavalet Enlèvement des crucifix dans les écoles parisiennes - Gravure - Musée Carnavalet
Il en aura fallu du temps pour qu'il soit enfin mis fin à ce scandale des écoles privées religieuses.

Cette position est d'autant plus méritante de la part de Monsieur Macron qu'il a lui-même passé son enfance chez les jésuites à la Providence à Amiens.  C'est d'ailleurs là que cet ancien élève a noué une relation avec une de ses professeures, de vingt-quatre ans son aînée, devenue ensuite son épouse.

Il faut dire que la plupart de ces écoles religieuses, et particulièrement les "hors contrat", mettent de plus en plus en cause cause le caractère public de l'école de la République. Ce refus du vivre ensemble, ce besoin d'affirmer la séparation n'est donc pas seulement un projet pédagogique mais c'est un projet politique. Et en ce sens il doit être combattu.

Quelle que soit la religion invoquée : catholique, juive ou musulmane, ces écoles rejettent la mixité, imposent une tenue vestimentaire et font la part belle à l'enseignement religieux (le plus souvent sectaire). 

Ces petits Français ainsi séparés de leurs camarades, nourris d'archaïsmes et de refus des différences, sont le creuset où mijotent les haines et les possibles guerres civiles. 

Il est temps de mettre fin à cette verrue au sein de la République que sont les écoles privées religieuses. 

Soyons honnêtes : ce sera la première démarche de ce Président que nous soutiendrons.

Mais en restant vigilants car certains esprits chagrins nous signalent que seule une religion serait visée et pas les deux autres. Mais nous n'osons pas croire à un tel forfait tellement indigne !

Prochaine étape vers la laïcité et la fin du séparatisme : suppression du Concordat en Alsace-Moselle qui fait que sont payés par l'Etat les prêtres, les pasteurs et les rabbins.

Et puis sur la lancée attaquons-nous aux autres séparatismes, en particulier celui "de classe" qui fait les riches toujours plus riches et les pauvres toujours plus pauvres, qui accorde aux dominants des privilèges exorbitants et réduit chaque jour les libertés des dominés, etc ...

Bref il y a du pain sur la planche !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.