Aux Insoumis : en avant pour les législatives !

Près de 20 % des électeurs viennent de voter à la présidentielle pour Jean Luc Mélenchon et le programme l'Avenir en Commun. Une victoire qui embarrasse au plus haut point toutes les forces rances de l'immobilisme rassemblées autour de Macron. La promotion de leur candidat n'est pas notre affaire. Entrons plutôt dès à présent en campagne pour des législatives de combat et de résistance !

Chers amis Insoumis,

Dimanche 23 avril plus de 7 millions de citoyens ont fait le choix de voter pour la candidature de Jean Luc Mélenchon et le programme l'Avenir en Commun, seul programme écologique et social capable d'apporter de réelles solutions aux crises actuelles dont la convocation d'une Assemblée Constituante pour la VIe République.

Cette victoire embarrasse au plus haut point toutes les forces rances de l'immobilisme qui s'étaient déjà agitées pendant la campagne et qui vont désormais mener un front commun contre cette France du progrès et de l'humanisme.

Leur première étape est de plebisciter Macron, le candidat des banques, de Bruxelles et du libéralisme à tout crin, qui rassemble déjà autour de lui, comme des mouches, les media quasi unanimes et les politiciens de droite et du PS.

Sans honte, ceux là mêmes qui depuis 15 ans ont tout fait pour que le FN arrive aux portes du pouvoir tentent une fois encore le coup du "barrage". 

Avec un double objectif : nous diviser et faire oublier leur responsabilité accablante dans cette résistible ascension de MLP. 

Ne nous laissons pas impressionner. Quel que soit notre choix du second tour, celui-ci n'aura aucune incidence sur le résultat. Monsieur Macron n'a nullement besoin de nos voix. 

En revanche, soyons fiers !

Fiers d'être le meilleur rempart contre le FN et d'avoir réussi à endiguer l'abstention comme le montrent les résultats du premier tour. Dans bien des quartiers populaires comme en Seine Saint Denis ou des grandes villes comme Marseille nous avons convaincu des milliers d'électeurs desespérés, grâce à nos propositions innovantes, de ne pas se tromper de colère.

Fiers aussi de porter les espoirs de la jeunesse. Car si notre candidat est arrivé en tête chez les 18/24 ans (30 % des voix) il est aussi celui qui aura mobilisé le plus de jeunes dans la campagne même.

On comprend que ces résultats défrisent au plus haut point tous ceux qui se satisfaisaient du statu quo mortifère qu'on veut nous imposer : Macron d'un côté pour les nantis et le FN de l'autre pour les oubliés du libéralisme et de la mondialisation. 

Nous avons brisé les digues et dans la recomposition politique salutaire qui s'annonce nous devons continuer à nous mobiliser pour prendre toute notre place, cette place du peuple méprisé par un pouvoir politique et financier toujours plus avide.

Nous devons continuer à combattre le repli sur soi, les haines, le mépris de l'intelligence et du savoir. Et par notre travail de terrain redonner au débat politique toute sa hauteur, trop souvent réduit aux intérêts personnels de carrière et de pouvoir.

Soyons l'opposition ferme, résolue et sans ambiguïté face au macronisme. Nous sommes désormais les mieux placés pour fédérer les forces progressistes, démocratiques, écologistes et humanistes. 

Alors laissons la droite, le PS, le Medef et les media à la promotion de leur candidat, c'est leur affaire. Et entrons dès à présent en campagne pour les législatives. 

Chaque député Insoumis que nous élirons sera un des 185 nécessaires qui pourront imposer un référendum pour la convocation d'une Assemblée Constituante (art11, alinéa 3 de l'actuelle Constitution).

Objectif difficile diront certains. Mais après tout qui aurait misé sur une élimination aussi radicale du candidat PS, de celui de la droite, et sur les 20 % de Jean Luc Mélenchon au premier tour ? 

Nous sommes, nous aussi, les résistants des "jours heureux" quand l'utopie devient réalité. Et donc bonne campagne de combat aux législatives Insoumis et Insoumises !

Claire Verilhac

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.