Rémi Boyer
Auteur
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 févr. 2021

Vitamines noires de Claire Boitel

Le dernier roman de Claire Boitel dissout les frontières, crée de nouveaux espaces créatifs et interroge le jeu des réalités. C'est une plongée incertaine dans les recoins les plus obscurs de la chair et de la psyché, un voyage initiatique qui n'obéit pas aux codes du genre.

Rémi Boyer
Auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vitamines noires de Claire Boitel. Editions Rafael de Surtis, Cordes sur Ciel.

http://www.rafaeldesurtis.fr/

C’est un univers envoûtant, étrange mais pas étranger, que nous fait découvrir et explorer profondément Claire Boitel par ce roman, un monde obscur et souterrain dans lequel les repères s’estompent, fuient, trompent pour révéler, un monde dans lequel l’angoisse se fait plaisir.

Claire Boitel nous entraîne dans un contre voyage initiatique – et non un voyage contre-initiatique – inachevé mais achevé dans son inachèvement même, une découverte renversante de soi-même, hautement sensuelle et sensorielle. Nous nous souvenons de sa « Demoiselle » (Objets de la Demoiselle de Claire Boitel, Librairie-Galerie Racine), la même fascination s’exerce sur le lecteur, tantôt voyeur, tantôt complice, tantôt acteur… Les cloisons de la psyché s’écroulent comme sous l’effet d’une drogue mais, plus encore, la réalité éveillée et la réalité rêvée ne sont qu’une, on ne saurait les distinguer même par la culture, le cerveau, non équipé pour cette opération, en étant incapable. Le réel et le virtuel se confondent, posant la question de leur nature, de notre nature. Et quel est le lieu de cette tragédie cachée surgissant soudain à la lumière ? La conscience, la conscience de Claire qui devient immédiatement la nôtre par pro et con-fusion.

Tout commence par un acte magique. Un inconnu surgit dans sa vie, qui lui confie une allumette :

« Demain matin, à huit heures, vous descendrez ces escaliers, dit-il en me désignant l’entrée du métro toute proche. Vous prendrez la direction Anciennes Usines, vous monterez dans la première rame qui passera, vous laisserez tomber l’allumette par terre et vous descendrez à la station suivante. »

Cette allumette va embraser de nombreux mondes, les plus certains brûleront avec davantage de facilité, les plus équivoques libèreront des diamants par leur résistance.

« Mon amant et moi sommes mille, nous avons des centaines de bras et de jambes. Il croit me séduire avec ce nouvel arsenal amoureux alors que mon corps se raidit dans l’attente d’obéir à mon esprit, entièrement orienté vers ce que je devrais imaginer.

Les centaines de bras de mon amant me déshabillent, mes seins nous regardent comme de gros yeux, nous nous transformons en insectes de chair rose avec quelques touffes de poils.

Les bouches de mon amant se répandent sur mes corps, je sens des piqûres, je voudrais que les manèges qui nous font tourner à l’infini dans les glaces s’arrêtent.

Mon bourreau continue ses manœuvres guerrières, ma peau explose, j’ai des tranchées sur les joues, des bombes me secouent. Malgré moi, je rampe vers la sortie. »

Abandon, lâcher prise, plutôt que soumission, Claire Boitel ne manque pas d’intuitions démoniques. Ici les pénétrations sont moins sexuelles que neuronales, personnelles que transcendantes. La jouissance est souvent douloureuse avant d’ouvrir sur l’infini. Les temps sont abolis ou même à rebours. L’eau est une alliée, elle apaise et enseigne. Elle est aussi messagère.

L’objet de la quête est la liberté, mais pour la mener à bien il faudrait s’extraire de la dualité souterrain/surface. Des oppositions sont dépassées, des conjonctions se réalisent, des beautés apparaissent et disparaissent. Nous sommes plusieurs et personne. Il y a tout et il n’y a rien.

Lire Le festin nu de Burroughs pourrait être un bon entraînement avant de se perdre sur les pas de Claire Boitel mais il n’est pas certain que cela suffise. Parfois, nous pourrions être dans un univers manga, où rien n’est ce qu’il paraît. Nous pouvons aisément imaginer les Wachowsky s’emparant du livre pour en faire un film ou, mieux encore, Oshi car, au bout du voyage, qui est une autre genèse, c’est l’ignorance qui est la seule connaissance.

« Et pourtant je pense, dit-elle dans ses premiers mots.

C’est là mon unique richesse, qui ne me rapporte pas un centime. J’ai tant d’idées inutiles, de toutes sortes, depuis l’invention d’objets jusqu’à la mystique, en passant par des slogans de publicité et des formules poétiques.

Ces concepts papillonnent sous ma voute crânienne, je voudrais qu’un impresario les recueille et les dispache à qui de droit. »

Entrer dans la tête de Claire Boitel, seul chemin jusqu’à son cœur infini, c’est prendre le risque de s’égarer mais aussi saisir la chance de se retrouver soi-même en chaque intervalle où elle est absolument elle-même, parfois sans le savoir. Parfois le noir est si intense qu’il n’est plus que lumière rayonnante. Vitamines noires.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB