Renaud Ceccotti
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 nov. 2011

Occupy Wall Street vs Bloomberg

«Ils ne peuvent pas nous stopper», «Le parc est à nous»… Les scènes de liesse hier soir à Zuccotti Park, pardon «place de la Liberté» comme l’ont rebaptisée les Occupy Wall Street, tranchaient magnifiquement avec les moments de détresse quelques heures plus tôt quand la police de New York était venue les déloger en pleine nuit.

Renaud Ceccotti
Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Ils ne peuvent pas nous stopper», «Le parc est à nous»… Les scènes de liesse hier soir à Zuccotti Park, pardon «place de la Liberté» comme l’ont rebaptisée les Occupy Wall Street, tranchaient magnifiquement avec les moments de détresse quelques heures plus tôt quand la police de New York était venue les déloger en pleine nuit.

Il est une heure du matin à Manhattan quand les quelque 200 campeurs ayant décidé de passer leur 59e nuit de protestation à deux pas de la capitale de la finance mondiale sont assaillis par la maréchaussée. «On vient nettoyer la place. Prenez vos affaires ou on vous embarque», prévient, c’est bien aimable, le chef des pandores.

Las, les bien nommés Indignés n’en ont cure. «Le parc est à nous», crient-ils en cœur. Malheureusement non. Zuccotti Park appartient en réalité à Brookfield properties, qui gère le gratte-ciel adjacent, où travaillent chaque jour plusieurs milliers d’avocats et de financiers. En échange de l’autorisation de la mairie pour construire ce building, dont la location des 54 étages s’avère très lucrative, les proprios durent «offrir à la communauté» la place de la Liberté.

N’étant pas un parc public, Zuccotti n’est soumis à aucun couvre-feu (comme c’est le cas pour Central Park par exemple), la place est donc ouverte au public 24 heures sur 24. Un vide juridique dans lequel s’engouffrent les OWS le 17 septembre lorsqu’ils décident d’occuper les lieux.

C’est ce jour là que la guerre avec la mairie du millionnaire Michael Bloomberg a donc débuté. Impossible d’interdire l’accès à ces indésirables chevelus, assez organisés pour avoir étudier le droit des parcs de New York? Voilà qui passait mal à la mairie.

Pire, voilà que les beatniks se mettent sans autorisation, à planter leurs tipis et leurs tentes sous le nez des touristes, poussant même le culot jusqu’à présenter leurs cabanes comme des tabernacles religieux en pleine fête juive de Souccot.

Mais Bloomberg n’est pas homme à se laisser mener par le bout du nez. Lundi soir donc, en pleine nuit, et après avoir soigneusement collecté plusieurs rapports envoyés par les propriétaires des lieux ainsi que par les pompiers et la police (dont il paye les salaires), il décide de faire vider les lieux pour nettoyer.

Malheureusement pour lui, et contrairement à ce que pense le Wall Street Journal, OWS n’est pas composé uniquement d’agitateurs boutonneux et de baba-cool cradocs (n’y voyez là aucune attaque de ma part contre les babacool cradocs). Parmi eux, il y a aussi quelques avocats plutôt rompus à ce genre de combats. Ils ne leur faudra pas longtemps avant d’obtenir du juge la réouverture du parc au public, comme l’exige le règlement des lieux.

Par contre, les tentes elles resteront dehors, tout comme les sacs de couchage, les gros cartons, les bâches… Ils n’étaient donc qu’une trentaine à passer la nuit sur place sous la pluie et dans le froid. Une «sacrée victoire» pour la presse conservatrice, un «traitement inhumain» pour les associations qui soutiennent le mouvement… Mais que l'on se rassure, les élections approchent. Pas sûr que Bloomberg soit le vrai gagnant dans cette affaire…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement