Dix Français proposent à Netanyahou de prendre la place de Salah Hamouri en prison

Malgré les démarches d’Emmanuel Macron et du ministère des affaires étrangères, le gouvernement israélien vient de prolonger de trois mois la détention administrative, sans procès ni charge, du jeune avocat franco-palestinien qui a déjà passé dix mois dans une prison israélienne.

Dix personnalités à la retraite – dont plusieurs anciens parlementaires – ont adressé jeudi une lettre au premier ministre israélien Benjamin Netanyahou [Lire ici le texte de la lettre] dans laquelle ils lui proposent d’être emprisonnés en Israël à la place de la Salah Hamouri, jeune avocat franco-palestinien né et résidant à Jérusalem, détenu administrativement en Israël depuis le 23 août 2017 sans procès et sans qu’aucune charge ait été retenue contre lui.

D’abord placé en détention administrative pour six mois, Salah Hamouri, qui est en droit citoyen français, a vu sa détention prolongée de quatre mois. Alors qu’il devait être libéré le 30 juin après 10 mois d’incarcération arbitraire, Salah Hamouri vient d’apprendre que le premier ministre a ordonné une nouvelle prolongation de sa détention de 3 mois supplémentaires.

Et cela malgré les démarches du président de la République et du ministère des Affaires étrangères, que le gouvernement israélien a délibérément ignorées. Et alors que l’ONU juge, comme Paris, cette détention « arbitraire et illégitime ».

Tout se passe, en fait, comme s’il s’agissait de contraindre Salah Hamouri, marié à une citoyenne française et père d’un jeune enfant, à quitter Jérusalem et la Palestine.

C’est pour dénoncer l’acharnement des autorités israéliennes, manifester leur attachement à la liberté et réclamer le respect du droit international, que ces « dix retraités », qui ont informé les autorités françaises de leur démarche, proposent de remplacer Salah Hamouri en prison.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.