Attentat contre l’Imam de Brest : un passage à l’acte inquiétant

Un communiqué de la Commission Islam et Laïcité à propos de l'attentat contre l'Imam de Brest. Ce n'est pas un attentat! C'est beau comme un Magritte!

Attentat contre l’Imam de Brest : un passage à l’acte inquiétant

 

L’Imam de Brest a été l’objet d’un attentat, il a reçu, ainsi qu’un de ses collaborateurs, plusieurs balles dans le corps.

L’auteur de l’attentat, qui s’est suicidé avait rédigé une lettre de revendication, précisant que c’était bien l’imam de Brest, Rachid El Jay qui était visé.

La police devra tirer au clair si l’auteur a agi seul ou avec voire sous l’instigation d’autres personnes.

En effet, l’auteur prétend avoir été manipulé par les services français, dans un courrier dont le contenu questionne sur sa pleine santé mentale.

Mais la Commission Islam & Laïcité ne comprend pas pourquoi le procureur de la république de Brest, affirmant que l'auteur présumé des faits serait « un déséquilibré » ou que l’attentat ne serait pas attribuable à Daesh, ait cru bon de nier « qu'il s'agit d'un attentat », au mépris du sens des mots dans la langue française.

L’attentat reflète un climat intellectuel et politique détestable, dans lequel un individu fragile a trouvé les raisons de passer à l’acte.

La Commission Islam & Laïcité s’étonne de la manière dont des prises de positions passées et discutables de cet imam ont été mises en balance avec l’attentat, comme si la liberté de religion était limitée par des idées peu rationnelles, conservatrices, réactionnaires, ou par des interprétations littéralistes des textes. La liberté de conscience, la liberté de religion n’est pas conditionnelle.

Commission Islam & Laïcité, 2 juillet 2019

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.