Le gouvernement doit consulter et non dissoudre le CCIF

Voici le communiqué de la Commission Islam & Laïcité portant sur le crime de Conflans-Sainte-Honorine, et sur les menaces de dissolutions d'associations brandies par Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur

Voici le texte intégral du communiqué publié par la Commission Islam et Laïcité :

 

Communiqué de la Commission Islam & Laïcité du 20 Octobre 2020

Le gouvernement doit consulter et non dissoudre le CCIF

Quelques jours après le crime de Conflans-Sainte-Honorine, dans le contexte de la campagne contre le « séparatisme islamique » nous tenons à faire part de la plus grande inquiétude.

En effet ce crime cruel vise à terroriser les enseignants et aussi à séparer les musulmans du reste de la population Française. Commis au nom de l’Islam, cette attaque inquiète l’ensemble de la population, et en particulier les enseignant·es qui se sentent visés et d’autre part les musulman·es qui sont sensibles à l’horreur du geste et qui craignent de subir la double peine d’avoir à s’excuser ou d’être désignés a priori comme complices.

Or les propos du ministre de l’intérieur annonçant voir dissoudre des dizaines d’associations et citant deux organisations humanitaires : le CCIF et Baraka City, nous semblent tenus sous le coup de l’émotion plus que de la réflexion.

En effet, quoi que l’on puisse penser de déclarations de membres de telle ou telle structure, le ministre envisage de frapper deux structures qui fournissent une aide aux musulmans en France et dans d’autres pays, ou qui, dans le cas du CCIF, fournissent une assistance juridique et déploie une activité comparable à celle des autres grandes organisations de défenses des droits humains (LdH, Mrap, Licra).

En cherchant à détruire des organisations auxquelles de très nombreux musulmans font confiance, dans tous les milieux sociaux, M Darmanin adopte une attitude qui se révèlerait inévitablement contre-productive, c’est-à-dire qu’elle créerait ou approfondissant un fossé entre les musulmans et sinon le reste de la population, du moins les autorités publiques.

Créer ce fossé, l’approfondir, le transformer en conflit tel est l’objectif politique des terroristes, pourquoi leur donner satisfaction à peine leur crimes commis ?

C’est pourquoi la C I&L demande qu’au lieu de chercher à dissoudre le CCIF le gouvernement le consulte pour travailler à réduire les risques de « séparation », nous ne doutons pas que la réponse du CCIF mentionne en particulier une politique résolue d’élimination des discriminations religieuses et ethniques.

Pour éviter la fragmentation de la société et réduire l’espace du terrorisme il faut une politique menée avec l’ensemble des habitants de ce pays, en particulier musulmans.

La commission Islam & Laïcité souhaite une riposte commune des organisations de défense des droits humains face à ces menaces de dissolution.

Paris le 20 octobre 2020                         

Contact : secretariat@islamlaicite.org

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.