fake news ou menaces?

Les curieuses anticipations de la présence de "black blocs" par le préfet de Paris

Une manifestation doit parcourir le boulevard Voltaire cet après-midi de la place de la Nation à la place de la République. Le Préfet Lallement d'une part annonce qu'il y aura des black blocs (il en prévoit même le nombre) et que par conséquent il a prévu les mesures de "sécurité" adaptées, autrement dit, les moyens d'une répression violente, et d'autre part affirme ne pas pouvoir prévenir le désordre et empêcher les black blocs de nuire, puisqu'ils ne se révèlent que dans l'action... Aussi recommande-t-il aux manifestants eux-mêmes de faire d'abord leur propre police (en d'autres termes, le cas échéant n'importe quel quidam sera coupable simplement d'être là???)! On imagine la foire d'empoigne qui s'en suivra<it>!

De deux choses l'une: ou bien les black blocs ne se révèlent en effet pas à l'avance, et dans ce cas on ne comprend pas comment le préfet peut néanmoins être informé à l'avance de leur présence et de leur nombre, ou bien personne ne sait rien de ce qui se produira. En vérité, chaque nouveau samedi depuis un an, sans compter le premier mai dernier, ont bien montré que le fait même d'affirmer "prévoir" les black blocs ne sert qu'à relever le niveau des moyens de répression mis en œuvre, donc à relever la violence, qui naît en effet automatiquement de celle que déclenchent les attaques policières: que les gaz produisent la panique ou que les charges, les nasses, les tirs ciblés sur des journalistes, etc., suscitent la révolte, la rage ou le désespoir, ce sont bien les policiers eux-mêmes qui déclenchent la violence et qui en déterminent le niveau, quand ce ne sont pas d'authentiques policiers qui, de loin en loin, si l'on en croit certaines images, se déguisent en casseurs pour en encourager d'autres et justifier ainsi a posteriori les moyens engagés.

Mais c'st aussi l'impuissance gouvernementale qui s'avoue de la sorte. Et l'idée, peut-être, de susciter la zizanie dans les rangs mêmes des grévistes et des manifestants... 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.