Réseau Action Climat
Fédération d’associations nationales et locales, luttant contre les causes du changement climatique, de l’échelle locale à l'échelle internationale.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2022

Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique

Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.

Réseau Action Climat
Fédération d’associations nationales et locales, luttant contre les causes du changement climatique, de l’échelle locale à l'échelle internationale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 6ème rapport du GIEC publié au cours de l’année confirme le rôle joué par les activités humaines dans le changement climatique  ainsi que l’intensification et l'accélération de ses impacts. Inondations en Afrique du Sud, sécheresse en France, canicule en Inde et au Bangladesh, les événements météorologiques extrêmes bouleversent la vie et les moyens de subsistance de milliers d’hommes et de femmes dans le monde.

Pourtant, face à la nécessité d’agir rapidement et d’inverser la tendance, les pays les plus industrialisés et les plus riches, historiquement responsables des émissions de gaz à effet de serre, ne souhaitent pas passer à la vitesse supérieure. Plus de six mois après la COP26 à Glasgow, où les États ont réitéré leur volonté d’accélérer leurs actions pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, les mots ne sont pas suivis d’actes. L’hypocrisie de dirigeants mondiaux inertes et complètement en décalage face à l’urgence de réformer nos modèles économiques et sociaux n’a jamais été aussi grande. 

Premier exemple, les négociations climatiques de Bonn, qui ont eu lieu du 6 au 16 juin dernier. Les pays du monde entier se sont réunis pendant deux semaines pour mettre en œuvre les décisions prises à Glasgow et accélérer leur action climatique. Des actes concrets sont en effet attendus à la COP27 en novembre prochain en Egypte, notamment sur la réponse à apporter aux impacts climatiques qui touchent les populations les plus vulnérables dans le monde et menacent leur développement et les droits humains. Or les pays ne sont parvenus à quasiment aucun accord sur les sujets en négociation, que ce soit sur comment accélérer la baisse des émissions ou comment répondre aux impacts climatiques – en éludant notamment la question épineuse de la finance, à savoir qui doit payer quand un pays pauvre est touché par une catastrophe climatique ? Cette COP, dont l’agenda sera mu par la mise en œuvre de l’action climatique, semble mal engagée sans consensus préalable sur un cadre d’action commun. 

Deuxième exemple, le sommet des dirigeants du G7, qui vient de se terminer hier à Elmau en Allemagne. Les chefs d’État et de gouvernement du Japon, de l’Allemagne, de l’Italie, du Royaume-Uni, des États-Unis, de la France et du Canada, ainsi que l’Union Européenne se sont réunis pendant trois jours pour discuter de leurs réponses aux différentes crises en cours (énergétique, alimentaire, sanitaire et économique). leur responsabilité historique dans l’émission des gaz à effet de serre, les destinent néanmoins à se montrer particulièrement ambitieux et exemplaires dans le domaine climatique. Loin d’être alignés avec les objectifs climatiques de long-terme, leur volonté de poursuivre le financement public des énergies fossiles, notamment le gaz, et de considérer l’investissement dans le gaz liquéfié naturel comme une manière d’atteindre leur indépendance énergétique est en totale violation de l’Accord de Paris. Pour rappel, l’Agence Internationale de l’Énergie a elle-même affirmé l’année dernière qu’il fallait stopper immédiatement tout investissement dans de nouvelles infrastructures pétrolières, gazières et de charbon pour maintenir le réchauffement de la planète à +1,5°C. Au contraire, un investissement massif dans les énergies renouvelables, devenues plus accessibles, permettrait de répondre au besoin de sécurité énergétique de manière beaucoup plus durable et sûre pour les générations futures.

En plus de poursuivre leurs investissements mortifères, les pays développés continuent de faire la sourde oreille aux demandes de financement des pays du Sud. A cet égard, le G7 aura encore été une occasion manquée pour les pays riches de démontrer leur solidarité avec les pays en développement. Aucune annonce d’augmentation de la finance climat (c’est-à-dire  l’argent prêté par les pays du Nord aux pays du Sud pour financer leurs activités de réduction des émissions ou d’adaptation au changement climatique) n’a eu lieu pendant le sommet. Pourtant, les besoins sont énormes et les pays riches sont en retard sur leurs promesses : ils avaient annoncé en 2009 que le total de leur finance climat atteindrait 100 milliards de dollars par an en 2020, or ils ont donné seulement 80 milliards en 2019. 

Cette question du financement conditionne toutes les autres questions : sans argent (et sans transfert de technologie), les pays en développement n’ont pas les moyens de lutter contre le changement climatique. Pire, la question de la finance a détruit la confiance nécessaire à la coopération internationale sur le climat : tant que les pays riches n’honoreront pas leurs promesses, ils ne seront pas crédibles à la table des négociations. 

Il reste six mois avant le prochain grand événement climatique de l’année, la COP27, qui aura lieu en Égypte en novembre prochain. Les pays riches doivent utiliser chaque moment international à leur disposition (notamment l’Assemblée Générale des Nations-Unies en septembre, le sommet des dirigeants du G20 en novembre, etc.) pour rétablir la confiance détruite, aligner leurs actions avec leurs promesses, stopper le financement des énergies fossiles et rendre enfin la finance accessible pour lutter contre le changement climatique. 

Aurore Mathieu, Responsable Politiques Internationales

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié