Un cercle de silence à Vichy : comment et pourquoi

Un cercle de silence se formera ce samedi 1er juin à 16 heures, sur le parvis de l'église Saint-Louis de Vichy, pour protester contre la situation faite dans l'agglomération et le département de l'Allier aux mineurs étrangers isolés.

Les raisons de ce cercle

Actuellement, dans l’Allier, une centaine de mineurs isolés étrangers, dont une trentaine dans l’agglomération de Vichy, sont à la fois exclus de leurs centres de formation et contraints de quitter les entreprises où ils effectuaient depuis l’été dernier leur apprentissage. Leur droit à la formation, qui est pourtant un droit garanti par la Constitution, n’est donc pas respecté par la préfecture et le conseil départemental.

Dans ce contexte, les jeunes concernés ont souhaité que nous leur apportions notre soutien. C'est ainsi qu'est née l'idée d'organiser un cercle de silence, ce samedi 1er juin, entre 16h et 16h30, sur le parvis de l’église Saint-Louis.

Les jeunes apprentis directement concernés par ces mesures d'exclusion, et dont la plupart ont aussi reçu une OQTF, prendront bien sûr part à ce cercle de silence. Seront également présents d'autres jeunes "MNA", qui, bien qu'ayant été eux aussi reconnus mineurs, ne se voient proposer aujourd'hui aucune voie d'insertion (ni scolarisation, ni apprentissage).

Est invitée à se joindre à eux, ce samedi, toute personne soucieuse du respect de leurs droits et souhaitant exprimer leur réprobation contre le sort qui leur est actuellement fait dans l'Allier.

Plusieurs cercles de silence ont déjà eu lieu ces dernières semaines à Moulins et à Montluçon (par exemple le 19 mai dernier), à l'initiative de Réseau Education Sans Frontière Allier qui co-organise le cercle de ce samedi, ainsi que celui du lendemain 2 juin, à 11h, devant la mairie de Montluçon).

La page wikipedia qui leur est consacrée rappelle les origines des cercles de silence et la Coordination Urgence Migrants (à Lyon) donne d'utiles éclairages à leur sujet, autour des notions de dignité, d'indignation et d'interpellation (le lien est ici).

Le message que nous diffuserons samedi :

Ce samedi, nous distribuerons aux passants souhaitant connaître la raison de ce rassemblement une feuille A5 avec le message suivant :

« Nous sommes des citoyen.ne.s de Vichy et de l’Allier qui souhaitons informer sur la situation suivante :

A Vichy, une trentaine de mineurs isolés pris en charge par le département et en contrat d’apprentissage depuis huit mois, sont aujourd’hui contraints d’arrêter leur formation, faute d’autorisation de travail.

La pétition « Pour le respect des droits à la formation des mineurs isolés dans l’Allier » (1.500 signatures à ce jour) rappelle aux services de la préfecture que, dans le cas de ces jeunes, la loi prévoit pourtant que ces autorisations sont de droit.

Ces jeunes ne comprennent pas pourquoi ils sont exclus depuis ce printemps de leurs entreprises et de leurs centres de formation. Ils vivent comme une humiliation le fait que les autorités considèrent systématiquement leurs papiers d’identité comme des faux, et leurs témoignages comme mensongers.

Les hôteliers-restaurateurs concernés sont en colère : « On nous interdit de garder ces jeunes alors qu’ils donnent entière satisfaction et qu’on n’arrive plus à trouver d’apprentis dans nos métiers », a par exemple déclaré une restauratrice vichyssoise au Quotidien de la Formation-Centre Inffo, le 24 mai. Les chef.fe.s d’entreprise ont demandé des explications à la préfecture et interpellé les élus, sans effet jusqu’à présent.

Les Centres de formation pour apprentis de l’Allier sont aussi dans l’embarras : « Nous demandons un positionnement clair de la part des autorités, car on ne peut pas laisser un jeune commencer une formation sans être sûr qu’il pourra la terminer », a quant à lui déclaré le directeur de l’un de ces centres.

Contacts : reseauvichysolidaire@gmail.com et resf03@gmail.com. Plus d’infos : comptes facebook de RESF03 et RVS (et le blog de RVS dans le club de Mediapart.) »

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.