RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mai 2013

Manuel Valls approuve-t-il, oui ou non, l'arrestation des enfants de sans papiers dans les écoles ?

Manuel Valls va-t-il rouvrir la chasse à l’enfant comme au bon vieux temps des arrestations de gamins dans les écoles, quand Sarkozy était à l'Intérieur… pour ne pas remonter plus avant dans l'histoire ? La question mérite en tout cas d'être posée : la semaine dernière, dans une interview au Monde, Manuel Valls annonçait son intention de résoudre à sa façon, « intransigeante », la question des déboutés du droit d’asile.

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manuel Valls va-t-il rouvrir la chasse à l’enfant comme au bon vieux temps des arrestations de gamins dans les écoles, quand Sarkozy était à l'Intérieur… pour ne pas remonter plus avant dans l'histoire ? La question mérite en tout cas d'être posée : la semaine dernière, dans une interview au Monde, Manuel Valls annonçait son intention de résoudre à sa façon, « intransigeante », la question des déboutés du droit d’asile.

À peine quelques jours après, le 6 mai, Khava Plieva, demandeuse d’asile tchétchène, était arrêtée et placée en rétention pour être renvoyée vers la Pologne, premier pays par lequel elle est entrée dans l’Union européenne (Accords dits Dublin 2, qui obligent les réfugiés à demander l’asile dans le premier pays européen traversé). Les deux enfants de Khava Plieva étaient en classe, à l’école Gustave Courbet à Nîmes, l’un en maternelle, l’autre en primaire. Qu’à cela ne tienne : la police téléphonait aux directeurs pour leur demander de retenir les enfants afin qu’ils soient arrêtés après la sortie des élèves, sans doute pour ne pas procéder à l’interpellation des gamins sous les yeux des autres enfants et des parents d’élèves. On a sa pudeur, chez certains policiers nîmois !

Pas de chance pour les subordonnés de M. Valls, un voisin, dûment autorisé par la mère des enfants, s’est présenté et a pris les enfants. Il faut se réjouir que l’intérêt supérieur des enfants soit passé avant les considérations policières et que les enfants n’aient pas attendu pour être emprisonnés avec leur mère. Arrivés avec deux voitures et un fourgon (à Nîmes, on ne lésine pas sur les moyens pour arrêter deux gamins de moins de 10 ans !), les policiers ont constaté que leurs proies leur avaient échappées.

La préfecture du Gard a finalement reculé : Khava Plieva a été libérée après 48 heures de rétention, le 8 mai vers 21 heures, une mesure prise « dans l’intérêt supérieur des enfants » assure le préfet dont on peut se demander s’il comprend bien les mots qu’il utilise. Voilà un haut fonctionnaire qui emprisonne une mère, tente de faire arrêter ses enfants à la porte de l’école pour les placer en rétention (une mesure que François Hollande s’était engagé à interdire…) et qui couvre son échec de « l’intérêt supérieur des enfants »…

Survenant en même temps, le 6 mai aussi, que la pression policière exercée contre une famille kosovare (trois enfants scolarisés à Culoz – Ain) déboutée de l’asile pour la contraindre à accepter une expulsion, cette affaire est inquiétante.

S’il s’agit de la malencontreuse initiative d’un préfet brouillon, il faut que le ministre la condamne et annonce les mesures propres à empêcher qu’elle se reproduise. Ne pas le faire reviendrait à la cautionner et à autoriser les préfets et les services de police à procéder à l’arrestation des enfants dans les écoles. Rappelons que, quand il était Ministre de l'Intérieur et Ministre de la Chasse à l'Enfant, Sarkozy avait tenté de systématiser le procédé. L'indignation des enseignants, des parents d'élèves, de tous ceux qui ont un minimum de mémoire historique l'avait contraint à pratiquement y renoncer tout comme ses successeurs Hortefeux et Besson [Les dernières descentes de police connues aux abords d’une école, des faits isolés en réalité, datent du 1er décembre 2008, à Grenoble, puis du 7  janvier 2011 à Langeac (43).]

Il serait inacceptable qu’un président ayant promis d’interdire l’enfermement des enfants en rétention autorise leur arrestation dans les écoles et laisse son ministre de l’Intérieur recourir à ces pratiques détestables pour résoudre à sa façon la situation des demandeurs d'asile, en expulsant à tour de bras et dans n’importe quelles conditions.

On est navrés d’avoir à le répéter mais ce qui était honteux sous Sarkozy, la chasse à l’enfant entre autres, le resterait sous François Hollande. Ce qui n’a pas été accepté sous l’un ne le sera pas plus sous l’autre.

Patrick Michel, Richard Moyon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti