RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2018

Abdou, un parcours emblématique de « Dubliné »

Abdou, jeune soudanais persécuté par un préfet désireux de remplir ses objectifs en matières d'expulsion.

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Abdou, un parcours emblématique de « Dubliné »

Abdou est âgé de 24 ans, il est né au Soudan. Après avoir fui vers le Cameroun, il a poursuivi son parcours migratoire vers l'Europe. Comme de nombreux exilés, son périple s'est arrêté deux années en Libye avant qu’il puisse traverser la Méditerranée pour atteindre les côtes italiennes. 

Abdou est arrivé en France le 11 juin 2017 pour faire sa demande d'asile. Dès sa première présentation à la préfecture de Rennes, il est placé en procédure Dublin pour un retour en Italie. En décembre 2017, il est assigné à résidence avec obligation de se présenter 3 fois par semaine à la PAF en attendant un vol pour Bologne. 

Le 20 mars 2018, il est arrêté à l'occasion d'un pointage à la PAF et enfermé au CRA. Dès le lendemain, il est expulsé par avion vers Bologne. Il est retenu à son arrivée à l'aéroport et menacé d'un renvoi vers le Soudan. Il quitte rapidement la ville et revient en France. 

Il se représente à la préfecture de Rennes le 23 mai 2018, mais il est replacé en procédure Dublin vers l’Italie, malgré le récit de son retour forcé et la menace d’expulsion vers le Soudan.

Le 31 mai 2018, il est arrêté au guichet de la préfecture sur convocation et se retrouve encore enfermé au CRA. Il est libéré 7 jours plus tard par la Cour d'appel de Rennes. 

Le 23 août 2018, il est à nouveau convoqué à la préfecture. Une nouvelle fois, Abdou raconte qu'il a suivi toutes les étapes, qu'il a signé tous les papiers, qu'il s'est présenté à tous les contrôles, qu'il a été réadmis en Italie, qu'il s’est présenté à toutes les convocations, qu'on l'a enfermé et privé de sa liberté une seconde fois... Cela fait maintenant un an qu'il est maltraité par la préfecture et est épuisé. L’agent se contente de lui rappeler qu'il est placé en procédure Dublin et qu'il sera reconduit vers l'Italie.

Désespéré par l'absurdité de ce règlement sans issue, le jeune Soudanais se présente de son plein gré à la préfecture dès le lendemain en demandant à voir le préfet pour lui expliquer sa situation. On refuse. Abdou escalade alors la façade de la préfecture et menace de se jeter dans le vide expliquant que puisque c'est la mort qu'on lui propose, il préfère en finir ici. La police négocie, les pompiers le délogent et le secrétaire général lui promet qu'il ne sera pas renvoyé vers l'Italie. 

Le 27 août 2018, il est reconvoqué à la préfecture. Il espère enfin ressortir libre avec une demande d'asile en procédure normale. Il est reçu par le secrétaire général, sans avocat ni soutien, en présence de plusieurs policiers. Il est signifié à Abdou qu'il est toujours en procédure Dublin et qu'il doit patienter pendant 18 mois sans hébergement et sans ressources avant d'engager sa demande d'asile car il est déclaré en fuite ! De rage, il refuse de signer les documents et les ingurgite. 

Mais l'acharnement préfectoral continue...Abdou est convoqué une nouvelle fois à la préfecture le 4 octobre 2018 ; quelques soutiens l'accompagnent. Il n'est pas reçu au guichet mais dans un bureau où l'attendent les agents de la PAF. Abdou fait alors une nouvelle tentative de suicide. Il est conduit à l'hôpital Guillaume Régnier sous escorte policière, où il est hospitalisé durant une semaine.

Son logeur reçoit une convocation pour qu'Abdou se présente lundi 15 octobre à 9h30 à la PAF. La préfecture ne recule devant rien, elle tente une nouvelle fois de l’expulser, alors qu’une audience est programmée mercredi 17 octobre à 9h30 au Tribunal Administratif de Rennes pour contester sa réadmission en Italie. 

Soyons nombreux à soutenir Abdou contre l'acharnement préfectoral et son inhumanité 

ainsi que pour dénoncer l'absurdité du règlement Dublin !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo : Valérie Pécresse veut faire bouger la droite
Mardi, Valérie Pécresse a affiché son soutien aux victimes de violences sexuelles face au journaliste vedette Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête. Un moment marquant qui souligne un engagement de longue date. Mais, pour la suite, son équipe se garde bien de se fixer des règles.
par Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
L’ancien supérieur des Chartreux de Lyon, Georges Babolat, accusé d’agressions sexuelles
Selon les informations de Mediacités, trois femmes ont dénoncé auprès du diocèse de Lyon des attouchements commis selon elles lors de colonies de vacances en Haute-Savoie par le père Babolat, décédé en 2006, figure emblématique du milieu catholique lyonnais.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)
Journal — Asie
Clémentine Autain sur les Ouïghours : « S’abstenir n’est pas de la complaisance envers le régime chinois »
Après le choix très critiqué des députés insoumis de s’abstenir sur une résolution reconnaissant le génocide des Ouïghours, la députée Clémentine Autain, qui défendait la ligne des Insoumis à l’Assemblée nationale, s’explique.
par François Bougon et Pauline Graulle
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT