Monsieur Bernard récidive

Monsieur Bernard est l'heureux propriétaire de biens immobiliers qu'il loue à la préfecture de Rennes pour y loger les familles assignées à résidence en attente d'expulsion. Honorable gagne-pain, non ? Il collabore d'ailleurs avec zèle avec les autorités qui, n'en doutons pas, sont flattées de s'appuyer sur un tel collaborateur.

Monsieur Bernard récidive

 Depuis 2013, la préfecture d'Ille et Vilaine loue des appartements à un propriétaire privé à La Guerche de Bretagne pour héberger des migrants. "C'est un lieu d'hébergement temporaire pour les familles en voie d'expulsion" précisait Claude Fleutiaux,  l'ex-secrétaire général, autrement dit un lieu dédié à l'assignation à résidence. Ce lieu accueille également depuis octobre 2015 les exilés de Calais qui ont renoncé à leur rêve d'Angleterre pour quelques semaines de répit (CAO).

 http://www.lejournaldevitre.fr/19645/les-48-soudanais-devraient-rester-plusieurs-semaines/

 Plus qu'un simple logeur...

 Celui que les locataires nomment "Monsieur Bernard" et son épouse sont les heureux propriétaires de cette résidence. C'est une activité très lucrative pour ce couple de retraités, dont le business tourne à plein régime depuis que leur bien est recyclé pour l'accueil des migrants. Ne ne se contentant pas d'empocher les loyers, le taulier se comporte parfois comme un fonctionnaire zélé de la préfecture. En janvier 2014, il avait déjà adressé une lettre de dénonciation à la préfecture et la gendarmerie  (en pj) concernant une famille qu'il hébergeait.

Mardi 10 mai, Monsieur Bernard s'est  présenté à 16h, à l'école primaire Guillevic de Rennes. Il a informé la directrice qu'il était mandaté par la préfecture pour récupérer deux enfants afghans, afin de les conduire dans leur nouveau logement à La Guerche... Il était d'ailleurs en possession de l'assignation à résidence notifiée le matin même par la préfecture à la famille.

La mère de famille est alors arrivée,  accompagnée de ses deux aînés (l'un scolarisé au Collège des Hautes Ourmes, le second au lycée Jean Jaurès) et d'un interprète. Selon une enseignante, "elle était d'évidence bouleversée" en comprenant qu'elle devait suivre cet homme avec ses quatre enfants.

 Le parcours de la famille A.

Suite à l'assassinat de son mari, Madame A. a fui l'Afghanistan avec ses 4 enfants. Elle est arrivée en France en février 2016 après un long périple migratoire. Ils ont engagé une demande d'asile, mais la préfecture leur a notifié une réadmission vers l'Allemagne, pays par lequel ils avaient transité. C'est dans le cadre de cette procédure, que Madame A. a été convoquée à la préfecture mardi matin.

 Alors que ses 4 enfants sont scolarisés à Rennes, Madame A. ne souhaite pas repartir en Allemagne. Elle a d'ailleurs refusé de signer la décision afin de montrer son refus. Pour éviter un risque de fuite, la préfecture a donc décidé d'assigner cette famille à résidence à la Guerche, avec l'obligation de se présenter deux fois par semaine à la gendarmerie.

 C'est suite à cette décision que le fort zélé  Monsieur Bernard a fait intrusion dans l'école Guillevic pour contraindre la famille à le suivre. Les enseignants se sont déclaré "choqués par ce départ précipité qui prive immédiatement les enfants d'une scolarité adaptée à leur situation", les deux fillettes afghanes étant dans une classe d'accueil pour élèves primo-arrivants. Depuis mardi soir, la famille A. est donc assignée à résidence à La Guerche en attendant un retour forcé en Allemagne.

 Nous condamnons fermement ces nouvelles pratiques de la préfecture d'Ille et Vilaine, qui sous-traite ses basses besognes à un gestionnaire privé, hors de tout cadre légal.

                                    Carole Bohanne -RESF 35

t177-courrier-proprio-la-guerche
 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.