Tribune du collectif des jeunes majeurs sans papiers du 93

Tribune  du collectif des jeunes majeurs sans papiers du 93

Suite à l'appel solennel des jeunes majeurs à François Hollande à Evry le 27/10/2012, les jeunes majeurs du 93, rassemblés en collectif,  s'adressent  aux citoyen-ne-s français-es:

Être un jeune n’est déjà pas toujours facile, mais être un jeune majeur sans papiers change la définition du mot«Jeune ». La plupart des jeunes peuvent voter à 18 ans, passer leur permis de conduire, mais nous, nous pouvons être expulsés à tout moment avec ou sans nos familles.

 

Nous sommes arrivés dans ce pays jeunes, et même très jeunes; nous avons quitté nos amis, nos familles et nos racines pour avoir un avenir meilleur, et rêver d'une autre vie que celle que le sort /les hasards de notre naissance nous réservait.

Nous sommes tous scolarisés dans un établissement d'enseignement secondaire ou d'enseignement supérieur, et nous rencontrons des difficultés concernant notre régularisation.

 

Les situations sont différentes: certains parmi nous ont reçu des arrêtés préfectoraux avec une Obligation de Quitter le Territoire, alors que nous sommes scolarisés, que nous avons notre vie dans ce pays et que nous ne causons aucun trouble à l'ordre public. D'autres, ont même été interpellés et placés en centre de rétention, mais ils ont pu sortir grâce à la mobilisation de leurs professeurs, des parents d'élèves et de leurs camarades.

 

Nous n'avons pas les mêmes droits que les jeunes de notre âge car nous ne pouvons pas bénéficier d'aides de l'Etat sous prétexte que nous sommes des « sans papiers ». Nous ne bénéficions pas de bourse par exemple, car nous ne possédons pas les documents nécessaires. Donc nous, élèves sans papier, sommes privés du droit d'avoir une scolarité normale comme tous les autres jeunes de notre âge.

 

Et pourtant, nous ne demandons qu'une chose toute simple : pouvoir circuler librement, pouvoir poursuivre nos études dans de bonnes conditions pour avoir un avenir meilleur.

Aujourd'hui, au lieu de nous soucier de notre avenir, de nos études, notre préoccupation première est la régularisation et nous vivons dans l'angoisse permanente de quitter le pays que nous chérissons tant, car à présent, nous nous considérons comme des enfants de France. Mais ce pays où nous avons passé notre vie et qui nous a vu grandir, nous demande de partir.

 

Le réseau éducation sans frontière nous sert d'appui, nous qui sommes en quelque sorte des exclus de la société.

Le cas des jeunes majeurs est oublié dans la majorité des textes juridiques. Nous ne voulons qu'une chose : être reconnus et être protégés par la loi.

La constitution Française et les Droits de l'Homme écrits en France disent pourtant que tous les hommes naissent libres et égaux en droit.

Ainsi, nous, jeunes majeurs « sans-papiers » de France, voulons croire à une égalité des chances pour tous, afin de pouvoir envisager une vie normale et penser à l'avenir avec plus de sérénité.

Vous pouvez contacter  le "Collectif Jeunes 93" en écrivant à: jeunescollectif@gmail.com ou en les rejoignant sur leur page facebook: http://www.facebook.com/collectif.jeunes.5"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.