RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

213 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 févr. 2020

Junior, le tiers de sa vie en France, expulsé demain?

Junior, 26 ans, arrivé en France il y a sept ans, contrôlé au faciès, en rétention depuis presque un mois, expulsé demain (21 février) vers un pays où il ne connait plus personne… Le sens de l'humanité selon Macron !

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Junior, le tiers de sa vie en France. Expulsé demain ?

Junior Kabongo, retenu au CRA de Vincennes depuis le 23 janvier, en risque imminent d’expulsion. Il vient d’Orléans, soutenu par RESF 45, au CRA, le relais est assuré par d’autres militants du réseau.

Nous sommes les premiers visiteurs, nous avons donné nos cartes d’identité, mais l’attente se prolonge. Sur notre demande, on finit par nous lâcher que les visites sont suspendues. Pour combien de temps ? Mystère. Que se passe-t-il, une révolte ? Non, dans ce cas, elles seraient interdites. Une petite révolte, l’agent ne dit ni oui ni non.

Enfin. On entre. Palpation musclée, dépôt complet des effets sauf papier, crayon, et l’argent qu’il faut remettre d’entrée de jeu à Junior. Junior, grand et musclé, 26 ans, nous accueille chaleureusement, mais peine à esquisser un sourire. Il a besoin de parler :

  • J’ai peur, vraiment peur. Je ne dors plus, je suis trop inquiet. Là-bas, à Kinshasa, je vais aller en prison. Les jeunes qui sont partis là-bas, on les prend pour des combattants, des opposants. On les laisse en prison. Moi ma vie c’est la France, je suis là depuis 8 ans. C’est ici ma vie. C’est ici que j’ai fait toute ma scolarité, à Orléans, avec le Greta, j’ai appris le français, les mathématiques, j’ai tout appris. J’ai fait mon bac pro, productique. Toute ma vie est ici, mes connaissances, là-bas je n’ai personne. S’il vous plait que la France me laisse une chance, une dernière.

Nous lui rappelons son droit à refuser l’embarquement vendredi matin. Et s’il y parvient, s’il a la possibilité de passer devant le JLD le lendemain samedi, aurait-il d’autres éléments à faire valoir ?

  • J’ai une promesse d’embauche, j’étais venu à Paris pour ça. Un patron en électricité, il m’a tout de suite fait la lettre.

Mais il revient très vite sur sa peur :

  • Là-bas, je n’ai personne. Quand j’étais encore petit enfant, mes parents sont partis avec moi pour vivre dans le nord Kivu dans la province de Kichanga. En 2012, il y a eu la guerre. Des groupes rebelles tuaient, massacraient et violaient la population. Mes parents en ont été victimes et sont morts tous les deux. C’était le 29 avril 2012. Une commerçante qui repartait sur Kinshasa m’a permis de fuir en m’emmenant avec elle. Je me suis retrouvé seul dans cette grande ville, sans endroit pour dormir ou manger. Je subsistais en aidant sur les marchés, en faisant la vaisselle dans les restaurants, la livraison des achats des clients à leur domicile, etc. Et là, j’étais enfant des rues.
  • Si je suis renvoyé là-bas, je serai accompagné par la police, qui va me remettre à la police congolaise, qui me mettra en prison. En Afrique, c’est pas comme en France, il n’y a pas de droits de l’homme, il n’y a rien.

As-tu vu ton avocat ?

  • Il m’a appelé, m’a dit qu’il va passer, j’espère qu’il va venir.

Comment as-tu été arrêté ?

  • J’attendais dans le bus, à la gare routière de Bercy, pour rentrer à Orléans, c’était 10 h du matin. Puis le responsable de la gare nous a fait descendre et la police est arrivée, deux hommes jeunes, en civil, ils ont mis de côté tous ceux qui avaient un air étranger, les Africains, Indiens. Il m’a demandé mon titre de séjour, j’ai répondu : mon titre de transport ? Non, le titre de séjour. Je n’en ai pas, alors ils m’ont emmené en voiture au commissariat pour la garde à vue. Toute la journée jusqu’à 18 h. Et ils amenaient d’autres jeunes, toute la journée. Et ils nous ont dit « maintenant, c’est le centre de rétention ».

Très ému, Junior déclare :

  • C’est ici ma vie, je demande pardon au préfet…

Nous l’interrompons :

  • Tu n’as pas à demander pardon, tu n’as rien fait de mal…
  • Non, j’ai toujours essayé de faire ce qu’il fallait. Mais quand j’ai demandé un titre, en 2015, j’ai eu une OQTF, nous sommes allés au tribunal avec Ségolène, et ensuite, rien n’est venu.

Vraiment je ne m’attendais pas à être renvoyé comme ça.

  • Comment vis-tu ?
  • J’ai été bénévole à Emmaus, je fais de la musique, de la batterie, à l’église, et on me demande pour des fêtes, des mariages, et on me paye 10, 20 €. J’habite chez une « sœur » de l’église, à Orléans. J’allais avoir un travail. Je voudrais tellement vivre ici, avoir des enfants, travailler.

On nous signale que le temps de visite est écoulé. Junior ajoute :

  • Ici c’est violent, ils entrent dans les chambres, mettent tout le monde dans le couloir, fouillent.

Nous nous séparons, en l’assurant que nous ne baissons pas les bras pour lui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com