RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2020

La France se confine et le Tarn… met des jeunes à la rue !

Dans le Tarn --ailleurs aussi sans doute !-- les institutions censées protéger les MIE les mettent gravement en danger : accusés de n'être pas mineurs, ils sont mis à la rue sans aucune protection ni abri ! Le sens de l'humanité selon Macron ?

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France se confine et le Tarn… met des jeunes à la rue !

Impensable, incompréhensible, irresponsable : ce mercredi 18 mars, vers 11h, 4 jeunes ont été mis à la rue par le DDAEOMI 81, dispositif chargé par les services du Conseil départemental du Tarn d’évaluer la minorité des jeunes étrangers qui demandent une protection.

 Déclarés majeurs, ces 4 jeunes ont été renvoyés du dispositif au mépris de toute règle sanitaire, dans la plus grande indifférence de leur santé et de celle du reste de la population. On savait le DDAEOMI inhumain (ce ne sont pas les premiers jeunes qu’ils mettent dehors dans le plus grand dénuement), on ne les pensait pas à ce point irresponsables ! Comble du cynisme, la seule chose dont ces jeunes ont été munis lors de leur expulsion est une attestation de déplacement qui indiquait qu’ils étaient dehors pour une « activité physique individuelle » ! Le DDAEOMI prendrait-il avec autant de légèreté la situation de ces jeunes que les consignes de sécurité qui nous ont été données pour endiguer la propagation du virus ?…

 Contacté.e.s, les bénévoles de RESF Albi ont tenté d’apporter leur aide à ces jeunes désemparés. Après avoir appelé le 115, comble et sans solution, nous avons alerté les pouvoirs publics et les instances chargés d’assurer une mise à l’abri : préfecture et conseil départemental n’assument pas leurs responsabilités et se renvoient la balle. Sauf qu’on ne joue pas au ping-pong, mais avec des vies humaines, celles de ces jeunes mais aussi les nôtres ! Peu importe à qui revient la responsabilité de la mise à l’abri de ces jeunes, ils n’auraient jamais dû être mis en dehors.

 Alors que nous sommes censé.e.s rester confiné.e.s pour enrayer le coronavirus, 4 jeunes et deux bénévoles ont ainsi été contraint.e.s de rester dehors pendant près de 4 heures, exposant leur santé et participant potentiellement à la propagation du virus. Avec de telles pratiques, contraires à toutes les recommandations des médecins et des scientifiques, nous ne sommes pas près de l’endiguer, et c’est dramatique ! Le chef de l’État taxait les Français.e.s d’indiscipline dans leur prise en compte des consignes données, il semble qu’il y ait aussi de graves défaillances du côté de certaines administrations…

 La solidarité à laquelle a appelé le président Macron, la solidarité à laquelle nous enjoint Christophe Ramond dans son dernier communiqué semblent laisser de côté les étrangers, plus largement les plus précaires et les plus démunis. Nous leur opposerons NOTRE solidarité, celle de militant.e.s de terrain, une solidarité inconditionnelle, qui s’exerce non pour servir des intérêts, non par patriotisme ou par calcul, mais par humanité.

 La préfecture finira par proposer des chambres d’hôtel à ces 4 jeunes, sans offrir de solution pour les repas et sans préciser de durée. Nous aurons agi avant pour leur trouver un hébergement solidaire offert par l’Antre-d’eux, une association gaillacoise, un hébergement où la chaleur humaine saura se mêler à l’attention dont ils ont besoin.

  Nous exprimons tout notre soutien aux mineur.e.s isolé.e.s étrangers-ères, du Tarn et d’ailleurs, à tou.te.s les oublié.e.s de cette crise sanitaire dont la gestion donne à penser qu’elle protège les riches et sacrifie les pauvres. Nous exprimons aussi notre soutien aux travailleurs-euses du social, qui prennent des risques pour leur santé dans un manque de moyens honteux.

Bérengère Gallet pour L'Antre-d'eux - RESF Albi - MRAP 81

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE