RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 févr. 2012

L’acharnement du Préfet de l’Aube Deux enfants en rétention pour la quatrième fois depuis juillet 2011. Ca suffit !

 Monsieur EMINI Idriz, son épouse Mizafere, tous deux albanais de nationalité  serbe et leur deux enfants, Emir âgé de 6 ans et Ezra âgée de 4 ans ont subi pour la quatrième fois depuis juillet 2011  l’enfermement en centre de rétention au Mesnil Amelot (à proximité de l’aéroport de Roissy) et à Metz sur décision du Préfet de l’Aube.

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur EMINI Idriz, son épouse Mizafere, tous deux albanais de nationalité  serbe et leur deux enfants, Emir âgé de 6 ans et Ezra âgée de 4 ans ont subi pour la quatrième fois depuis juillet 2011  l’enfermement en centre de rétention au Mesnil Amelot (à proximité de l’aéroport de Roissy) et à Metz sur décision du Préfet de l’Aube.

Cette famille est arrivée en France début 2009. Leur demande d’asile a été rejetée par l’OFPRA le 2 juillet 2009, décision confirmée par la cour nationale du droit d’asile (CNDA) le 19 février 2010. Leur demande de réexamen a rejetée par l’OFPRA le 6 août 2010, décision qui vient d’être confirmée par la CNDA.

Le Préfet de l’Aube a pris à leur encontre un arrêté leur refusant l’autorisation de séjour et les obligeant à quitter le territoire le 29 novembre 2010. Il en a demandé l’exécution le 27 juillet 2011. La police a procédé à l’arrestation de Madame et des deux enfants (monsieur était absent) au foyer Adoma et ils ont été conduits au centre de rétention de Metz. Trois jours plus tard, le juge des libertés a rejeté la demande du préfet tendant à la prolongation de la rétention administrative et ordonné la mise en liberté immédiate de madame Emini(la procédure était irrégulière, madame n’avait pas bénéficié d’un interprète dans sa langue au commissariat de Troyes).

Libre, Madame Emini est rentrée à Troyes, (le prix du train à sa charge) mais le préfet de l’Aube a immédiatement pris un arrêté l’assignant à résidence et l’obligeant à pointer tous les jours au commissariat de Troyes. D’autre part, ayant perdu sa chambre au foyer ADOMA, elle se retrouve à la rue avec les enfants.

L’hébergement de cette famille a été assuré par le dispositif d’urgence (le 115). Les responsables ont fait tout ce qui était possible pour trouver un hébergement pour l’ensemble de la famille mais cela n’a pas toujours été possible. Les enfants n’ont pu être scolarisés. Désemparés, désespérés, monsieur et madame Emini ont quitté le département, espérant trouver ailleurs une solution persuadésque fin 2011, ils pourraient déposer une demande d’autorisation de séjour à la préfecture.

Le 29 septembre 2011, ils se rendent à nouveau à la préfecture de l’Aube pour demander des renseignements et sont  Ils ont été arrêtés dans les locaux de la préfecture Toute la famille est conduite au centre de rétention au Mesnil-Amelot cette fois. Le tribunal administratif a annulé cette mesure le 3 octobre 2011 et la famille a été libérée une nouvelle fois. Il sont rentrés à Troyes avec l’aide du réseau éducation sans frontières de seine et Marne. Le 115 leur a trouvé un hébergement en foyer. Les enfants ont pu reprendre le chemin de l’école. Mais le 31 janvier 2012, la police débarquait à 6h30 du matin dans le foyer où la famille était hébergée. La préfecture de l'Aube leur a notifié une nouvelle Obligation de quitter le territoire français (OQTF) et les a placés, enfants compris, au LRA (Local de rétention administrative) du commissariat deTroyes, un lieu où l'enfermement des enfants est normalement interdit, avant leur transfert au Mesnil-Amelot. Le Tribunal administratif de Melun les a une nouvelle fois libérés le 3 février. Ils sont à rentrés à Troyes avec l’aide du réseau éducation sans frontières de Seine et Marne. Ils ont retrouvé leur place au foyer

Mais, 18 jours plus tard, le 21 février, la police venait les arrêter une fois de plus au foyer. Conduits à Roissy,  ils ont refusé d'embarquer. La familleété transféréeau centre de rétention  de Metz.

Le Président du tribunal administratif de Strasbourg a annulé (le 23 février) le Placement en Rétention Administrative de la famille EMINI. La décision n’est pas encore notifiée mais il semblerait que le fondement retenu soit la violation de l’article 3.1  de la Convention sur les droits de l’enfant et la violation de l’art 3 (traitements inhumains et dégradants) à l’égard des enfants.

Une nouvelle fois, la famille a été libérée. Le réseau éducation sans frontière de Metz et d’autres apportent leur aide pour trouver un hébergement et scolariser les enfants

Quand arrêtera-t-on de traumatiser cette famille et de les balader de CRA en CRA, l'OFPRA ayant refusé de prendre en compte les situations dramatiques qu'ils ont vécues en Serbie?

Il faut mettre un coup d'arrêt à l'acharnement de la préfecture de l'Aube et faire régulariser cette famille particulièrementtraumatisée dont les deux enfants qui, bien que très perturbés, demandent à retourner à l’école.

Anna Zajac

Vice-présidente du MRAP de Troyes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Jean-Luc Godard, l’entretien impossible
À l’heure où les bouleversements politiques, écologiques et sociaux semblent marquer la fin d’une époque, Mediapart a eu envie de rendre visite à Jean-Luc Godard, dont les films sont des mises en abyme inégalées des beautés et des troubles du monde. Mais rien ne s’est passé comme prévu. 
par Ludovic Lamant et Jade Lindgaard
Journal — France
Procès des sondages de l’Élysée : le PNF requiert finalement l’incarcération de Claude Guéant
La réouverture des débats a opposé deux thèses, ce vendredi, au tribunal de Paris. L'ex-ministre de Sarkozy assure qu’il ne peut pas rembourser plus rapidement ce qu’il doit encore à l’État. Le Parquet national financier estime au contraire qu’il fait tout pour ne pas payer.
par Michel Deléan
Journal — Santé
Didier Raoult sanctionné par la chambre disciplinaire du conseil de l’ordre
La chambre disciplinaire de l’ordre des médecins a sanctionné, le 3 décembre, d’un blâme le professeur Didier Raoult. Lors de son audition devant ses pairs, il lui a été reproché d’avoir fait la promotion de l’hydroxychloroquine sans preuve de son efficacité.
par Pascale Pascariello
Journal
Des traitements à prix forts, pour des efficacités disparates
L’exécutif a dépensé autour de 100 millions d’euros pour les anticorps monoclonaux du laboratoire Lilly, non utilisables depuis l’émergence du variant Delta. Il s’est aussi rué sur le Molnupiravir de MSD, malgré un rapport bénéfices-risques controversé. En revanche, les nouveaux remèdes d’AstraZeneca et de Pfizer sont très attendus.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro