RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

215 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2013

Blendon, 11 ans, hémiplégique, exilé à Pristina, interdit de soin, jusqu'à quand?

RESF
Récit des exploits honteux commis à l'encontre des familles sans papiers par la volonté de Nicolas Sarkozy, de Hollande et maintenant de Macron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Blendon Gashi, jusqu’à quand ? Triste anniversaire, un de plus !

Le 21 Mars 2012, Blendon GASHI était convoqué au CHU de Reims pour subir l’opération qui aurait changé sa vie d’hémiplégique. Depuis son expulsion, en janvier 2012, nous n’avons de cesse de réclamer son retour afin que cette opération ait lieu.

La rencontre

Une rencontre au ministère de l’Intérieur s’est tenue début février 2013 pour évoquer le cas de cet enfant et d’autres dossiers douloureux, hérités de l’ère Guéant.

Nous nous y sommes rendus avec la conviction désintéressée de notre force militante, portés par l’énergie du groupe de nous formons à Châlons, et qui s’est réuni, chaque samedi, pendant un an pour réclamer que justice soit rendue à cette famille qui n’aurait pas dû être expulsée. Nous étions aussi forts des soutiens récoltés lors de l’appel national lancé en décembre dernier, qui a recueilli les signatures de nombre de personnalités, et qui continue à être signé…

La réponse

Une triple demande a été formulée par Raphaël Sodini, le conseiller de Manuel Valls à l’immigration ce jour-là, pour apposer un tampon favorable au retour de cet enfant, que la France n’aurait jamais dû expulser, vu son état de santé.

1)     La famille doit faire la preuve que l’opération est impossible au Kosovo.

2)     La famille doit faire la preuve qu’elle peut financer les soins par elle-même.

3)     La famille doit faire la preuve que l’enfant, une fois opéré, retournera au Kosovo dès la fin de son suivi opératoire.

(Petite ouverture gracieuse montrant la générosité de la France : sa mère pourra peut-être l’accompagner.)

L’incompréhension

Nous avons du mal à accepter ce chantage institutionnel, si loin de ce qui nous a fait voter pour Hollande enmai dernier. Lediscours de responsabilité, revendiqué par l’actuel ministre afin de répondre aux inquiétudes des électeurs extrémistes s’apprêtant à crier haro sur le laxisme de la gauche en matière d’immigration, ce discours de fermeté, exclut-il l’humanité, et même simplement, la  prise en considération d’un soutien local et national si affirmé, et qui ne s’est démenti à aucune reprise depuis Janvier 2012 ? Que faut-il donc pour convaincre Manuel Valls : une immolation, une grève de la faim, une révolution ?

Blendon GASHI n’aurait pas dû être expulsé, il a quitté la France alors que tout était programmé pour qu’il reçoive les soins qui lui sont dus en tant qu’enfant handicapé ! Rappelons également que le Kosovo a été retiré de la liste des pays sûrs deux mois après son départ, et que si sa famille, restée en France, avait demandé le réexamen de sa demande d’asile, cette demande n’aurait pas été étudiée dans les mêmes conditions d’extrême rapidité que justifie la procédure prioritaire.

Nous l’avons martelé : tout est injuste dans ce dossier ! Et nous pensions que la gauche entendrait cette injustice et qu’elle, qui taxait si fort d’inhumanité, par la voix de ses militants et de ses élus, la politique de l’ancien gouvernement, saurait réparer cette erreur faite à l’Autre, commise sous Guéant.

La révolte

Nous ne voulons pas entendre l’argument facile que nous a servi le conseiller à l’immigration du cabinet du ministre : « Bien d’autres enfants, de par le monde sont plus sérieusement atteints que Blendon GASHI. Pourquoi celui-ci et non ceux-là ? » Quelle absurdité argumentative, digne d’un devoir de réflexion d’élève de 3ème ! Ces autres-là ont-ils demandé la protection de la France ? Ces autres-là ont-ils été expulsés par la France au mépris des droits de l’homme et de l’enfant ? Quelle belle manière de détourner la responsabilité en jouant sur la fibre moraliste de la compassion à l’égard de toute souffrance ! En substance : « Pourquoi vouloir résoudre celle-ci, il y en a de si graves (mais bien plus loin…) ? L’erreur est celle du hasard, que l’on ne raisonne pas, aucunement, celle de la France ! Blendon Gashi n’a pas de chance, il n’est pas né au bon endroit au bon moment, tant pis pour lui ! »

Cette erreur est bien celle de la France et de sa politique migratoire qui continue d’être inhumaine, et nous continuerons à les dénoncer ! Nous n’acceptons pas les trois mesquines conditions mentionnées ci-dessus, par la garantie desquelles, peut-être, éventuellement, aujourd’hui, demain, un jour, Blendon Gashi pourrait à la rigueur, parce que c’est la famille qui vraiment le demande et qu’elle a bien coché les cases, revenir se faire soigner en France…

1)   A la première condition, la famille, le RESF et des médecins kosovars ont déjà répondu (sans grande réaction du ministère).

2)    A la deuxième, nous rétorquons que nous exigeons de revenir au statu quo ante, au temps où la famille bénéficiait de l’Aide Médicale d’Etat, qu’elle n’avait pas réclamée mais qu’elle avait obtenue, grâce à l’accompagnement de membres du RESF 51.

3)   A la troisième, nous répondons qu’il est impensable de séparer Blendon de sa mère et de son jumeau et que nous voulons avec la famille que sa demande d’asile puisse être réexaminée par la France, dans les conditions nouvelles que suppose le retrait du Kosovo de la liste des pays sûrs.

Mais Blendon et sa santé sont notre priorité et nous continuerons à demander que justice soit faite et rendue à ce petit bonhomme de 11 ans, qui, bientôt, par l’égoïsme d’un ministère fermé à toute détresse qui ne sert pas ses intérêts électoralistes, ne sera plus opérable.

Pour le RESF 51, Marie-Pierre BARRIERE

Pour signer la pétition pour le retour de Blendon Gashi : 
http://www.educationsansfrontieres.org/article45489.html?id_rubrique=

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes