Revue Délibérée
Revue de réflexion critique sur la justice, le(s) droit(s) et les libertés, animée par le Syndicat de la magistrature et coéditée par La Découverte. https://revue-deliberee.org
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2020

LPPR: universités précarisées, revues fragilisées

Au delà de l'évidente solidarité qui ne peut que nous animer vis à vis des personnes dont les conditions de vie professionnelle seront précarisées par les dispositifs promus par la LPPR, ce sont des questions de liberté d'expression, de participation au débat démocratique, y compris et surtout dans le champ militant, qui sont en jeu. La rédaction de Délibérée se positionne.

Revue Délibérée
Revue de réflexion critique sur la justice, le(s) droit(s) et les libertés, animée par le Syndicat de la magistrature et coéditée par La Découverte. https://revue-deliberee.org
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cette prise de position de la rédaction sur la LPPR est tirée de notre numéro 11 à paraître dans quelques semaines ; il nous apparaissait cependant indispensable de la rendre accessible à toutes et tous au moment même de son examen devant l'Assemblée. Nous la reproduisons donc ici, avec autorisation de notre éditeur.

Depuis les années 1990, les universités françaises, dans une dynamique initiée à l'échelle européenne (le «processus de Bologne»), sont sommées d'intégrer un «marché» de l'enseignement supérieur et de la recherche caractérisé par une mise en concurrence permanente. Cette compétition sur le « marché de la connaissance » se matérialise notamment par une lutte féroce pour le recrutement sonnant et trébuchant de quelques mandarins internationalement reconnus, quitte à précariser le reste des personnels. Ce recrutement assure une visibilité à des universités, devenues progressivement des marques (quelle fac d'Île-de-France ne s'appelle-t-elle pas aujourd’hui «Sorbonne quelque chose» ?).

Durant cette même période, et par mesure d'économie, les postes d'enseignants-chercheurs statutaires (maîtres·ses de conférences et professeur·es des universités) se sont raréfiés  tandis que les remplacements incomplets des départs en retraites étaient «compensés» par le recrutement massif d'enseignant·es précaires : «vacataires», payé·es à l'heure en-dessous du SMIC, qui se comptent désormais par centaines dans chaque université. L'augmentation parallèle du nombre d'étudiant·es conduit mécaniquement à l'effondrement constant du taux d'encadrement dans les universités publiques.

C'est dans ce contexte que le gouvernement tente actuellement d'imposer à marche forcée une réforme dite «Loi de programmation pluriannuelle de la recherche» (LPPR). Cette loi s'inscrit dans la continuité la loi LRU de 2007 : accroître une prétendue «autonomie» (financière) des universités pour mieux les mettre en concurrence, pousser à économiser sur les emplois statutaires et développer l'emploi précaire, supposément plus «concurrentiel». La LPPR promeut ainsi des postes de type «tenure tracks», c'est-à-dire des CDD d'enseignant·es-chercheur·es pouvant s'étendre jusqu'à six années, avant une possible titularisation – décidée bien sûr en fonction des «résultats» de leurs recherches. Ces enseignant·es-chercheur·es pourraient être «mieux» rémunéré·es que les maîtres·ses de conférences titulaires, mais seront recruté·es via des procédures dérogatoires aux concours de la fonction publique et inféodé·es aux objectifs de «rentabilité scientifique» de l'université.

Lectrices et lecteurs de Délibérée, il ne s'agit pas ici de vous exposer les détails de ce projet de loi qui précarise l'université publique à tous les étages, mais d'attirer l'attention sur les effets très concrets de ce projet sur les revues telles que celle que nous animons. Vous le savez sans doute, une large partie de notre comité de rédaction est constitué d'enseignant·es-chercheur·es, dont certain·es ont rejoint la revue alors qu'ils et elles n'étaient pas encore titulaires. Ces membres participent à Délibérée de façon «bénévole» parce que ce type d'activité est constitutive de leur métier d'enseignant-chercheur : contribuer à des revues au lectorat large, à des revues critiques, permet en effet de faire vivre le lien entre monde académique, d'autres univers professionnels et le plus grand public. De la même façon, les universitaires qui écrivent dans Délibérée ne le font pas pour la reconnaissance scientifique – ce n'est pas l'ambition de notre publication – mais pour partager leurs réflexions avec le plus grand nombre et créer des ponts entre les disciplines et les métiers. Ce travail n'est certes pas rémunéré, mais les personnes qui s'y engagent le font parce que les revues indépendantes comme la nôtre permettent de construire des espaces de libre expression et de débat essentiels à la démocratie, en particulier lorsqu'il est question de droit, de justice et de libertés publiques.

L'autonomie financière, l'indépendance d'esprit, la liberté critique sont des prérequis indispensables à la recherche et, de façon particulièrement criante, à la recherche sur le droit et la justice. Face à des réformes liberticides et aux dysfonctionnements réguliers de nos institutions, porter une voix dissidente n'est pas évident lorsque cela peut constituer un danger pour votre vie professionnelle.

Or, on l'aura compris, une loi qui confine les chercheur·es dans la précarité et les soumet à des objectifs gestionnaires est nécessairement une loi qui réduit leur liberté d'expression. Une loi qui pousse les chercheur·es à devenir des entrepreneurs individuels, publiant des textes sans danger dans les seules revues reconnues scientifiquement est une loi qui leur enjoint de délaisser les revues militantes, ouvertes à un public plus large. Une loi qui les enjoint à ne rien écrire qui ne soit entendable, lisse, consensuel est une loi qui vide nos publications de leur substance. Bref, une loi qui attaque l'université est une loi qui menace directement l'équilibre des revues indépendantes et critiques comme l'est Délibérée.

Les réformes successives de la justice ont désorganisé l'institution pour mieux l'affaiblir et la faire taire en tant que contre-pouvoir ; la réforme programmée de l'université aura le même effet : mettre en faillite le service public de l'éducation et de la recherche pour faire taire toute voix qualifiée de «sécessionniste».

La rédaction

Pour vous abonner à notre revue Délibérée c'est ici ou . Vous pouvez aussi nous commander au numéro chez votre libraire ou à l'article sur cairn.info

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi