rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 déc. 2013

rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

No limits?

Prenons deux évènements politiques récents. Pour la énième fois, des négociations internationales sur le climat se terminent dans une ambiance de gâchis: un «accord» arraché à l’extremis, des promesses vagues, des pays renâclant à prendre des engagements contraignants, des catastrophes qui n’émeuvent guère les négociateurs. La volonté de limiter collectivement les émissions de gaz à effet de serre est plus lointaine que jamais.

rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prenons deux évènements politiques récents. Pour la énième fois, des négociations internationales sur le climat se terminent dans une ambiance de gâchis: un «accord» arraché à l’extremis, des promesses vagues, des pays renâclant à prendre des engagements contraignants, des catastrophes qui n’émeuvent guère les négociateurs. La volonté de limiter collectivement les émissions de gaz à effet de serre est plus lointaine que jamais.

En Suisse, la majorité de la population qui dispose du droit de vote et qui l’a exercé a refusé l’initiative 1:12 lancée et portée par la Jeunesse socialiste. Ce faisant, cette majorité a refusé de limiter collectivement l’amplitude des salaires au sein des entreprises et, partant, l’accroissement des inégalités de revenus.

Dans les deux cas, il existe bien sûr des gens pour nier l’existence de problèmes. Le «climato-scepticisme» fait toujours recette, et les graves inégalités de revenus entre êtres humains sont considérées comme normales. Une députée vert’libérale lâche sans gêne: «Qu’est-ce que ça peut bien faire, si son patron gagne 24 fois plus que soi? Je ne vois pas où est le problème. Il y a des riches et des pauvres, la société fonctionne ainsi».

Mais cette stratégie de déni a ses limites, et le recours à la rhétorique des «effets pervers» se révèle souvent bien plus efficace. Notez que la personne qui utilise cet argument a l’avantage de n’avoir pas besoin de signifier son désaccord avec le fond de la réforme proposée; il lui suffit de montrer qu’elle aura des conséquences néfastes.

L’argument fondateur d’une telle rhétorique, aujourd’hui, c’est la «compétitivité». Il fonctionne ainsi: «cette proposition est juste sur le fond; malheureusement, elle va menacer gravement notre compétitivité et nous sommes donc obligés de la rejeter.»

On peut le décliner dans les deux cas qui nous occupent. 1) «Il est nécessaire de protéger le climat en limitant les émissions de gaz à effet de serre; mais si nous le faisons et que les autres pays ne le font pas, cela va menacer la compétitivité de nos entreprises dont les coûts de production vont augmenter, et elles risquent de délocaliser.» 2) «Certes, les salaires exorbitants qui sont versés sont indécents; mais si nous cherchons à les limiter, nous allons pénaliser la compétitivité de nos entreprises qui ne pourront plus recruter les ‘top managers’ qu’elles méritent, et elles risquent de délocaliser.»

Ce qui frappe, dans les deux cas, c’est la difficulté d’imposer collectivement des limites face à la liberté d’investissement. Cette difficulté pourrait être partiellement surmontée à deux conditions: premièrement, cesser de prendre pour argent comptant les menaces de délocalisation et de désinvestissement proférées face à n’importe quelle réforme; deuxièmement, là où les menaces sont réelles, considérer qu’il peut être de l’avantage commun d’immobiliser ce capital. En clair, là où le désinvestissement est une possibilité réelle, alors même que la production et les emplois associés sont considérés comme nécessaires, il faut pouvoir prendre une décision politique sur l’utilisation du capital et ne pas laisser cette décision dans la sphère privée de ses seuls propriétaires.

La production économique – et les limites qu’il convient de lui apporter – sont une affaire collective qui concerne les travailleurs, les consommateurs, les autorités politiques, les communautés où elle prend place et les détenteurs du capital. Il est temps de cesser de considérer que seuls ces derniers doivent pouvoir décider de l’investissement et disposer ainsi d’un pouvoir de menace disproportionné. Mais changer cette perception nécessitera un travail sur la durée. Malgré la défaite de l’initiative 1:12, c’est l’honneur des Jeunes socialistes que d’avoir porté ce débat dans la sphère publique et contribué ainsi, un peu, à éroder les idées reçues.

Romain Felli

Chronique parue dans Le Courrier (28.11.2013)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal — Gauche(s)
Au-delà de l’affaire Bayou, la vague écoféministe secoue les Verts
Les écologistes réunis en conseil fédéral ont pris date pour leur prochain congrès sur fond de sidération face à l’affaire Bayou. Plus profondément, la place du courant écoféministe incarné par Sandrine Rousseau bouleverse les habitudes du parti.
par Mathieu Dejean
Journal
Damien Abad à l’Assemblée : un retour en toute impunité
Alors qu’ils ont poussé des hauts cris à propos de l’affaire Quatennens, les députés de Renaissance affirment n’avoir aucun mal à accueillir l’ancien ministre des solidarités au Palais-Bourbon, malgré les accusations de viol ou de tentative de viol qui le visent. Une question, disent-ils, de « présomption d’innocence ».
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — International
Lula en tête, Bolsonaro résiste
Si Lula rassemble 48,4 % des voix au premier tour, Bolsonaro crée la surprise en dépassant les 43 %. La vigueur de l’extrême droite se retrouve aux élections législatives et des gouverneurs locaux qui se déroulaient aussi dimanche. Le mois de campagne qui reste s’annonce tendu.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost