rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 juil. 2013

rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

Le secret de la réussite

Samedi dernier, le syndicat suisse des services publics (SSP-VPOD) organisait à Berne la deuxième journée d’étude «Hautes écoles en concurrence». Vu de l’extérieur, on peut encore vivre avec l’idée que l’université (et même les Hautes écoles spécialisées) est un monde largement préservé de la compétition économique et que les gens qui y travaillent ne sont pas véritablement soumis aux mêmes pressions que les salarié-e-s d’autres secteurs. Vu de l’intérieur, ce mythe est un pénible rappel du décalage qui peut exister entre représentations et réalité.

rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Samedi dernier, le syndicat suisse des services publics (SSP-VPOD) organisait à Berne la deuxième journée d’étude «Hautes écoles en concurrence». Vu de l’extérieur, on peut encore vivre avec l’idée que l’université (et même les Hautes écoles spécialisées) est un monde largement préservé de la compétition économique et que les gens qui y travaillent ne sont pas véritablement soumis aux mêmes pressions que les salarié-e-s d’autres secteurs. Vu de l’intérieur, ce mythe est un pénible rappel du décalage qui peut exister entre représentations et réalité.

Lorsqu’on parle d’«innovation» technologique ou scientifique, c’est l’image un peu magique de professeurs et d’entrepreneurs qui travaillent main dans la main pour inventer les produits du futur au service de la population. Si l’utilité des produits et des processus ainsi développés est parfois sujette à débat, une chose est sûre: il y a des petites mains et des cerveaux derrière l’«innovation». Et ces chercheuses et chercheurs, pour une part croissante d’entre elles et eux, travaillent dans la plus grande précarité. Courant d’un contrat à un autre, d’un mandat à un autre, d’un financement européen à un financement du Fonds national de la recherche scientifique, ils et elles n’ont que peu d’assurance face à leur avenir.

Il en va de même dans l’enseignement, où l’accroissement du nombre des étudiant-e-s dans l’enseignement tertiaire n’a pas été suivi par un accroissement proportionnel des postes stables d’enseignement et de recherche dans les Hautes écoles. La conséquence en est une déformalisation croissante des rapports de travail avec la multiplication des statuts et des conditions d’engagement. Cette multiplication camoufle l’augmentation d’une véritable «population flottante» d’assistant-e-s, doctorant-e-s, post-docs, collaboratrices et collaborateurs, chargé-e-s de cours, chercheuses et chercheurs dont l’horizon se limite aux quelques semestres où leur activité est financée.

Les décideurs vont souvent essayer de faire croire que cette masse de personnes est d’une certaine manière responsable de sa situation: en voulant à tout prix obtenir une place stable dans une Haute école suisse, ces personnes s’aveugleraient sur la situation et prolongeraient leur propre précarité. La réalité est que, au-delà des ambitions et des désirs personnels, le travail qui est produit est non seulement utile, mais nécessaire au système pour fonctionner. Sans elles et eux, pas de recherche ni d’enseignement!

La question est de savoir si cette population précaire n’est que le résultat de circonstances malheureuses et externes au système d’enseignement tertiaire, ou si le précariat académique est le résultat d’une politique consciente. Malgré des fluctuations conjoncturelles, la direction générale du financement des Hautes écoles par la Confédération nous fournit une réponse: la part du financement dit «compétitif» s’est massivement accrue ces deux dernières décennies au détriment du financement dit «de base». Concrètement, cela signifie que le financement de la recherche est de plus en plus fondé sur des projets limités dans le temps et avec des contraintes externes, plutôt que sur un financement stable. La précarisation d’une partie du personnel de la recherche est donc une conséquence nécessaire du type de financement décidé par les autorités politiques.

Le secret de la «compétitivité» des Hautes écoles se trouve dans la masse des travailleuses et travailleurs précarisés qui supportent l’édifice de la recherche et de l’enseignement.

Romain Felli

Paru dans Le Courrier, 21 mars 2013.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze