rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 avr. 2014

Il ne faut pas appliquer le principe du pollueur-payeur!

Pas une discussion sur l’écologie, la pollution, le climat, la congestion urbaine et autres maux contemporains, sans qu’un petit malin vienne clore le débat grâce à la solution magique: «il faut appliquer le principe du pollueur-payeur!».

rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas une discussion sur l’écologie, la pollution, le climat, la congestion urbaine et autres maux contemporains, sans qu’un petit malin vienne clore le débat grâce à la solution magique: «il faut appliquer le principe du pollueur-payeur!».

La beauté du principe du pollueur-payeur est qu’il peut s’appliquer à tout et donner place à une créativité sans bornes. Il y a trop de trafic au centre-ville de Genève? Appliquons le principe du pollueur-payeur et instaurons un péage urbain. Les poubelles sont pleines à Lausanne? Appliquons le principe du pollueur-payeur et instaurons une taxe poubelle. Le climat se réchauffe? Appliquons le principe du pollueur-payeur et faisons payer les droits d’émission des gaz à effet de serre (ceux qui en ont trop peuvent les revendre aux autres). Etc.

Je suis toujours très étonné de l’enthousiasme d’une grande partie de la gauche, à commencer par la plupart des Verts, devant la colonisation des politiques environnementales par le principe du pollueur-payeur. Car ce principe ne signifie pas exactement ce qu’il dit. Beaucoup le confondent avec un simple principe de réparation ou de dédommagement: celui qui a causé une pollution doit en assumer les coûts. Si je déverse accidentellement une matière dangereuse dans une rivière, je devrais être responsable de la dépollution. Cela est en effet bel et bon.

Mais le principe du pollueur-payeur signifie tout autre chose! Il signifie plutôt que celui qui paie a le droit de polluer. Dans le principe de réparation, il y a d’abord la pollution et ensuite le paiement (l’amende, le coût de la réparation, etc.). Mais dans le principe du pollueur-payeur, c’est l’inverse! Il y a d’abord le paiement, qui donne un droit à polluer, puis la pollution. Celui qui a les moyens de s’acquitter de ce paiement obtient le droit de polluer. Il s’agit en fait du principe du payeur-pollueur. A l’inverse, celui qui ne peut pas payer (son sac poubelle, ou son péage à l’entrée de la ville, ou son permis d’émission) n’a pas le droit de polluer.

Autrement dit, ce principe organise le rationnement de l’accès à la nature (aux services écosystémiques, etc.) non pas en fonction de droits, de règlements ou d’autorisations, mais en fonction de la richesse, ou plus précisément de la capacité à payer.

Que la droite libérale s’en gargarise n’est donc guère surprenant. Cela l’est d’autant moins lorsque l’on sait que ce principe a été élaboré au sein du club des pays capitalistes (OCDE) dans les années 1970 afin de répondre à la forte politisation de l’écologie qui commençait ces années-là. Le principe du pollueur payeur a été le Cheval de Troie permettant la réintroduction du marché dans les politiques environnementales.

A moins de considérer que la gauche a définitivement acté son tournant libéral, il serait nécessaire pour elle de questionner un peu ce principe. Il serait bon, donc, de chercher à diffuser une vision alternative qui se fonderait sur la réduction, la disparition, l’interdiction ou le rationnement des activités nocives, indépendamment de la capacité des pollueurs potentiels à payer une compensation. Ceci pourrait également permettre de montrer qu’entre la droite et la gauche, il n’y a pas seulement des manières différentes de gérer le même système, mais aussi des oppositions sur la nature même du système.

Romain Felli

Chronique publiée dans le quotidien Le Courrier, 17 avril 2014

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel