rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

41 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 avr. 2015

Sauvons nos retraites de la « bulle carbone »!

Comment lutter réellement contre le changement climatique ?Toute l’idéologie des « petites actions » volontaires pour « sauver le climat », comme d’éteindre la lumière en sortant d’une pièce, en mettant un pull plutôt que d’augmenter les radiateurs, en roulant à vélo ou en consommant « local », permettent aux militantes et militants convaincus de mettre leurs actions quotidiennes en conformité avec leur vision politique. Mais la réduction par une consommation volontairement moindre ne peut malheureusement  toucher que quelques petits pourcents de la population.

rfelli
Chercheur en science politique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comment lutter réellement contre le changement climatique ?

Toute l’idéologie des « petites actions » volontaires pour « sauver le climat », comme d’éteindre la lumière en sortant d’une pièce, en mettant un pull plutôt que d’augmenter les radiateurs, en roulant à vélo ou en consommant « local », permettent aux militantes et militants convaincus de mettre leurs actions quotidiennes en conformité avec leur vision politique. Mais la réduction par une consommation volontairement moindre ne peut malheureusement  toucher que quelques petits pourcents de la population.

Du côté de la production économique, surtout dans les secteurs des transports, du bâtiment, ou de l’industrie, une quantité de fausses solutions sont préconisées par celles et ceux qui n’ont aucun intérêt à ce que les choses changent vraiment. En Suisse, par exemple, la Confédération a confié la mise en œuvre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre du secteur pétrolier à... l’association des importateurs de pétrole. Les marchés de permis de polluer en Europe se sont révélés être une vaste escroquerie et les modestes taxes sur le carbone n’ont aucunement permis une réorientation massive des investissements privés vers les énergies renouvelables.

Le très important livre que la merveilleuse Naomi Klein vient de consacrer aux relations entre climat et capitalisme pose enfin le débat à son véritable niveau (Naomi Klein, Tout peut changer, Capitalisme et changement climatique, Actes Sud, 2015). Il est inconcevable explique-t-elle de changer suffisamment l’appareil de production dans une économie et une société qui restent capitalistes, c’est-à-dire dans laquelle l’essentiel des décisions d’investissement répondent à la contrainte du profit privé et non à des objectifs sociaux et écologistes. On voit d’ailleurs que partout dans le monde où une transition énergétique s’amorce ce sont des décisions politiques fortes et des investissements publics massifs qui en ont été les déclencheurs et non une illusoire « innovation » économique d’« entrepreneurs » créatifs à la tête de « start-up » abreuvées de « capital-risque » comme les libéraux clinquants qui habitent les médias le répétent constamment.

Mais ce que Klein met aussi en lumière c’est le pouvoir disproportionné dont disposent certaines entreprises gigantesques, celles qui dominent la production d’énergie fossile (pétrole, charbon, pétrole « non-conventionnels », etc.). Ce pouvoir, ces entreprises l’utilisent pour prolonger par tous les moyens la dépendance de notre économie, et de notre société, à ces énergies non-renouvelables, en menaçant de chantage à l’emploi, en obtenant des régulations qui leurs sont favorables, en corrompant le processus démocratique. Klein argumente donc logiquement qu’il est nécessaire d’atténuer le pouvoir de ces entreprises et leur domination du débat public.

Une manière de le faire, certes insuffisante, mais qui permet d’attirer l’attention sur le problème, est de « désinvestir » l’argent public (et privé !) qui est aujourd’hui placé dans ce secteur. Une campagne internationale, mené par l’ONG 350.org fait pression sur des entités publiques ou collectives dont la morale devrait être irréprochable – les universités, les églises, les grandes fondations charitables et les municipalités–, pour qu’elles s’assurent que pas un franc de leur argent ne continue à être investi dans ce secteur aux intérêts diamétralement opposés à ceux de l’Humanité. Plusieurs villes importantes aux Etats-Unis, ainsi qu’en Europe (la dernière en date étant Oslo) se sont d’ores et déjà engagées à désinvestir leurs placements (surtout ceux de leurs fonds de pension) des énergies fossiles.

Cette campagne, trouve un soutien inattendu de la part de conseillers financiers qui ne s’intéressent nullement à l’avenir de l’Humanité, mais uniquement à la rentabilité des placements. Ils font remarquer que si les objectifs internationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre doivent être tenus, alors il est physiquement impossible de brûler plus du cinquième des réserves mondiales prouvées de pétrole. Autrement dit, les réserves si précieuses de ces entreprises pétrolières pourraient bien se révéler n’être qu’un nuage de fumée à long terme. Pour éviter l’éclatement de cette « bulle de carbone », des instituts de conseil en placement enjoignent désormais leurs clients à retirer leurs billes du secteur des énergies fossiles avant qu’il ne soit trop tard.

Qu’attendons-nous pour lancer une telle campagne en Suisse ? Nous pourrions faire pression au travers de nos syndicats sur les caisses de pension qui gèrent l’argent du deuxième pilier, et au travers de nos conseils communaux, sur les villes pour qu’elles joignent le mouvement de désinvestissement de l’énergie fossile. Voilà une contribution concrète à la lutte contre le réchauffement climatique.

Romain Felli

 Chronique parue dans le quotidien suisse Le Courrier (16 avril 2015)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND