Retour vers le futur

L’avenir de l’économie de l’économiste et philosophe Jean-Pierre Dupuy (Paris, Flammarion, 2012) devra peut-être son succès à une ambiguïté de génitif. Car si la lectrice ou le lecteur y cherche une réflexion sur le futur de la science économique, ou plus naturellement sur l’avenir des relations économiques, il ou elle devra se contenter d’imprécations vexatoires, mais guère profondes, contre la corporation des économistes. L’ouvrage de Dupuy, en revanche, est intarissable sur le rapport au futur de l’économie (comme domaine social et comme science), et tel est son véritable objet.

L’avenir de l’économie de l’économiste et philosophe Jean-Pierre Dupuy (Paris, Flammarion, 2012) devra peut-être son succès à une ambiguïté de génitif. Car si la lectrice ou le lecteur y cherche une réflexion sur le futur de la science économique, ou plus naturellement sur l’avenir des relations économiques, il ou elle devra se contenter d’imprécations vexatoires, mais guère profondes, contre la corporation des économistes. L’ouvrage de Dupuy, en revanche, est intarissable sur le rapport au futur de l’économie (comme domaine social et comme science), et tel est son véritable objet.

Cet objet, d’ailleurs, n’est cerné que par impressions successives. Dans un style que Dupuy se pique de nommer «pamphlet conceptuel», nous sommes régalés de digressions sur la littérature classique, la philosophie analytique, la psychologie cognitive, la théorie du choix rationnel, une anthropologie du sacré un peu vieillie, et de souvenirs familiaux. L’avantage d’une telle approche réside en ce qu’elle dispense des canons de l’écriture scientifique ou de l’administration systématique de la preuve. Au final, tout cela est bien écrit, contient des développements passionnants, et même quelques fulgurances («moraliser le capitalisme», écrit-il, «ce serait comme ajouter un peu d’eau minérale à un verre d’eau du robinet»!).

Sur le fond, il y est surtout question d’un concept, inventé par l’auteur, celui d’«autotranscendance» et de ses nombreuses déclinaisons. La théorie économique et la théorie politique seraient depuis toujours obsédées par ce modèle sans avoir réussi à l’identifier.

C’est son ignorance qui provoquerait la crise économique, et c’est lui qui aurait manqué au père de la sociologie, Max Weber, pour se sortir des paradoxes qu’il produisait mais n’arrivait – paraît-il – pas à démêler.

Malgré des circonvolutions plus abondantes que nécessaires, il semble que la conclusion pratique que ce livre essaie de livrer, sans véritablement l’expliciter, est la suivante: la «politique» (l’auteur veut dire en réalité l’Etat) devrait élaborer une planification économique non contraignante qui montrerait à l’économie (lire aux entreprises privées) le futur souhaitable que celles-ci devraient réaliser. Pour Dupuy, l’autotranscendance réellement existante n’est autre que le Plan «à la française» des années 1950-1970, l’«ardente obligation» (selon les mots du Général de Gaulle) par laquelle l’Etat jouait le rôle de capitaliste en chef de la France pour organiser la croissance.

L’avenir de l’économie? Son horizon pointe dans le rétroviseur.

Romain Felli

Paru dans le quotidien Le Temps

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.