Richard ABAUZIT
Abonné·e de Mediapart

39 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 févr. 2018

Richard ABAUZIT
Abonné·e de Mediapart

RAPPORT MATHIOT : le chaînon manquant de la laisse électronique du berceau au tombeau

Les rapports commandés par le gouvernement se suivent et se ressemblent. Ils sont autant de déclarations de guerre sociale et il faut les lire en entier. Ainsi de la page treize du rapport MATHIOT *.

Richard ABAUZIT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’OCDE et l’Union européenne ont depuis plus de vingt ans fixé la boussole. Ainsi en 1992, l’OCDE expliquait sa conception de l’éducation : « On a longtemps supposé qu’il y avait un conflit inévitable entre le but précis de préparer un enfant au travail et l’objectif de cultiver son esprit….Mais de plus en plus, les qualités les plus importantes exigées dans le monde du travail et celles que les entreprises veulent encourager les écoles à enseigner sont d’ordre plus général. L’adaptabilité, la faculté de communiquer, de travailler en équipe, de faire preuve d’initiative – ces qualités et d’autres compétences « génériques » - sont maintenant essentielles pour assurer la compétitivité des entreprises. Or, cette tendance correspond à l’évolution que connaît par ailleurs la pédagogie. »

Edith Cresson, ancienne commissaire européenne à l’éducation, en 1995, reprenant la demande de la Table Ronde des Industriels Européens d’une formation polyvalente incitant à « apprendre à apprendre tout au long de la vie »..., présentait ainsi l’école du futur : « L’individu doit pouvoir faire valider des compétences indépendamment du fait qu’il passe ou non par une formation diplômante… Chacun devrait pouvoir disposer, s’il le désire, d’une carte personnelle de compétences où seraient portées les compétences ainsi validées… ». Et pour ceux qui ne saisissaient pas l’intérêt de la chose, elle précisait : « Nous discutons avec 40 branches professionnelles européennes : elles ont des besoins communs et nous essayons de les aider à mettre en place des systèmes d’accréditation des compétences communes, ce qui facilitera la mobilité des salariés et donc sera un moyen de lutter contre le chômage en Europe. Le test d’accréditation permettra de juger le candidat à un emploi, non sur les connaissances générales jugées par un diplôme, mais sur les compétences très pointues recherchées par les entreprises. »

L’enjeu, considérable, est de passer d’un marché du travail où les salariés sont recrutés et payés selon des critères collectifs (diplômes, titres de qualification, ancienneté) liés à des conventions collectives à un marché des travailleurs où  chaque salarié se vend avec son « portefeuille » de « compétences » individuelles dont la constitution commence à la maternelle pour s’achever au décès. Officiellement décidé par l’Union européenne en 2004 (Décision n° 2241/2004/CE du Parlement européen et du Conseil), le « cadre communautaire unique pour la transparence des qualifications et des compétences » décide d‘unifier tous les systèmes nationaux d’enseignement (apprentissage par « compétences », cadre européen commun de « compétences », unification des diplômes et titres de qualification), élèves et travailleurs se voyant attribué un « portefeuille » dénommé « Europass » qui est un CV numérique (modèle déposé par la Commission européenne).

 Depuis, en France, les CV numériques consignant les « compétences » acquises « tout au long de la vie »... ont fleuri. De la maternelle  à la fin du collège il s’appelait « Livret Personnel de Compétences » de 2007 à 2015, rebaptisé depuis « Livret Scolaire Unique Numérique ». Dans le supérieur on a des « Portefeuilles d’Expériences et de Compétences ». Dans les entreprises privées, outre l’ « Europass », on a l’équivalent français, le « passeport orientation et formation » (modèle de CV interprofessionnel depuis 2003). Dans le public, on trouve le « Livret individuel de Formation » pour la Fonction publique territoriale et le « Passeport orientation formation » pour l’hospitalière. Et pour tou(te)s les actifs et les retraités, depuis la loi travail de 2016, le « Passeport d’orientation, de formation et de compétences » est un fichier logé dans le fichier « Compte Personnel de Formation », fichier tenu jusqu’au décès sur un serveur de la Caisse des dépôts et consignations.

 Restait un chaînon manquant, le lycée. Enfin, pas tout à fait, il y avait déjà deux fichiers, le « Livret Scolaire au Lycée » et « Folios », mais ils n’étaient pas intégrés dans la chaîne. Le rapport Mathiot prévoit donc d’utiliser « Folios » pour en faire le CV numérique manquant qui prendrait le nom utilisé dans le supérieur (« Portefeuille de compétences et d’expériences »). Tout y sera du « parcours » de l’élève, « compétences » acquises, formelles ou informelles (comportement, « engagement » et autres comme autant de critères discriminants) ainsi que leur vitesse d’acquisition. Il constituerait selon le rapport un « Supplément au diplôme » utilisé parc les établissements d’enseignement supérieur pour sélectionner les bacheliers. Le terme « Supplément au diplôme » est très précisément celui utilisé par l’Union européenne en 2004 quand elle a imposé l’ « Europass ». Tous les diplômes dans l’Union européenne doivent comporter ce « supplément » qui permet de les individualiser.

 Boucle bouclée. Conséquences de cette mise en concurrence organisée de tous contre tous depuis plus de vingt ans : perte du sens des apprentissages, dévalorisation des métiers, dégradation des relations de travail où la solidarité est en voie d’extinction, épuisement professionnel de plus en plus généralisé.

 Une question lancinante : pourquoi les organisations syndicales, aussi bien au niveau interprofessionnel que dans l’éducation, refusent-elles encore de voir et/ou de combattre ce qui sape les bases même de leur raison d’être.

Extrait du rapport Mathiot (p 13) :

 « Un Supplément au diplôme (ou Portefeuille de compétences et d’expériences) est mis en place. Il a pour premier objet de compléter les informations apportées par les résultats obtenus par l’élève dans les épreuves finales et au cours de son cursus. Il regroupe les informations qui concernent les compétences acquises au lycée, les « niveaux de compétences » auxquels les élèves sont parvenus, notamment en langues étrangères (on sait que celles-ci sont loin de se résumer à une note) et, le cas échéant, la progressivité de ces acquisitions. Sous réserve de son évaluation, l’application Folios, qui semble peu utilisée dans la pratique, pourrait constituer une base d’appui technique pour son développement. Le Supplément au diplôme pourrait également recenser l’ensemble des activités et actions menées par l’élève dans le cadre du lycée (engagement associatif ; responsabilité élective ; activité sportive, culturelle, artistique, civique ; stage ; participation à un projet collectif, etc.). Le Supplément au diplôme devrait pouvoir être disponible au début du printemps de l’année de terminale afin d’être pris en compte dans l’application Parcoursup. Il pourrait être au fond une version renouvelée et complétée du livret scolaire. »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame