Voir tous
  • Guerre sociale, mode d'emploi

    Par
    Les ordonnances de Macron sont prêtes depuis longtemps. Seules subsistent quelques ruses à peaufiner, comme on a pu en avoir un aperçu avec la délicieuse fuite du projet du ministère du travail, dans laquelle on pouvait lire que le sort réservé au "compte pénibilité" dépendrait de la «solution d'atterrissage à inventer dans les jours ou semaines qui viennent».
  • MACRON, derviche tourneur autour d’un axe fixe

    Par
    « En même temps » ; « Je suis d’accord avec vous » ... et ses allers retours sur la plupart des questions importantes, le tout noyé dans un verbiage technocratique. Avec Macron, on pourrait penser que rien n’est figé et partant que quelques progrès pourraient être grappillés. Oui, on pourrait sauf si l’on n’est ni amnésique ni analphabète.
  • MACRON, derviche tourneur autour d’un axe fixe

    Par
    « En même temps » ; « Je suis d’accord avec vous » ... et ses allers retours sur la plupart des questions importantes, le tout noyé dans un verbiage technocratique. Avec Macron, on pourrait penser que rien n’est figé et partant que quelques progrès pourraient être grappillés. Oui, on pourrait sauf si l’on n’est ni amnésique ni analphabète.
  • MACRON/FILLON : y AXA de vrai...ou l’avenir de la Sécu vu par l’Institut Montaigne

    Par
    Le président d’AXA, du Groupe de Bilderberg et de l’Institut Montaigne, De Castries, est tuteur de l’un. Le président d’honneur d’AXA, vieux parrain du capitalisme français, Bébéar, est tuteur de l’autre. Alors quand Fillon et Macron voguent dans un bateau armé par l’Institut Montaigne et battant pavillon « Mort à la sociale », et que l’un des deux tombe à l’eau, que reste-t-il ?... : l’autre.
  • La loi « Travaille ! », les Grecs et nous

    Par
    La présentation qui suit des 41 articles de la loi travail pouvant faire l’objet de recours devant le Conseil constitutionnel, l’O.I.T et le Conseil d’Etat permet de faire le point sur la réalité de la loi promulguée, de soulever des points jamais mis en lumière, mais aussi de toucher du doigt l’incroyable similitude avec ce qui s’est passée en Grèce.