Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 nov. 2014

THEATRE D'un monde finissant

L’idée d’une civilisation cédant face à l’individualisme et la barbarie a conduit l’écrivain autrichien Stefan Zweig au suicide. Cette désespérance est au cœur de son ultime nouvelle, Le joueur d’échecs, adaptée par Eric-Emmanuel Schmitt et jouée par un impressionnant Francis Huster.

Richard Caisse
Roi d'Angleterre, même si la situation ne restera probablement pas longtemps en l'état, car ce fourbe de Richmond est déjà à l'oeuvre et je perçois très clairement ses manoeuvres...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un exceptionnel Francis Huster

Le sait-il déjà ? Du moins, le pressent-il ? Quand, à l’été 1940, Stefan Zweig quitte Londres où il s’était volontairement exilé pour les Etats-Unis, puis le Brésil, songe-t-il déjà à un voyage sans retour ? L’écrivain autrichien est désespéré. Il pressent comme inéluctable et irréversible la défaite de la civilisation face à la force brute incarnée par le nazisme.

A l’inverse de certains de ses amis viennois, il ne se fait guère d’illusions. Ce " monde d’hier " dont il est issu et auquel il tient tant (1), s’effondre. Jouée en début d’année au Petit Hébertot, la pièce de Monique Esther Rotenberg, La Femme silencieuse, donnait intelligemment à voir ce déchirement et ces mois londoniens où tout bascule pour Zweig (2).

Avec l’adaptation, par Eric-Emmanuel Schmitt, du Joueur d’échecs, ultime nouvelle de Stefan Zweig, le spectateur assiste à la fin de l’histoire et à son issue tragique. Parallèle entre le narrateur et Zweig lui-même, double suicide final en écho à celui de l’auteur et sa seconde épouse Lotte au Brésil, mais surtout travail d’orfèvre autour des thèmes de l’enfermement, de la résistance et de la folie sont au cœur de cette nouvelle, fidèle au procédé narratif de l’histoire dans l’histoire cher à leur auteur.

L’aristocrate raffiné et la brute épaisse

Comme dans la nouvelle, le mécanisme de la pièce repose essentiellement sur la narration du stupéfiant trajet du mystérieux " Monsieur B ". Discret banquier viennois tombé aux mains de la Gestapo et longuement mis à l’isolement dans un espace vide de temps, il est en passe de sombrer psychologiquement. Quand, parvenant à dérober un manuel d’échecs, il s’initie faute de mieux d’abord, sans retenue ensuite, à ce jeu que Montaigne tenait pour " niais et puéril " car " il nous divertit trop sérieusement " (3).

" Monsieur B. " s’y jette avec une frénésie qui lui permettra, certes, de sortir de l’enfer de la captivité où les nazis l’avaient plongé, mais pour entrer dans l’enfermement de la démence. Bien loin de cette " valeur morale [attachée au jeu d’échecs], basée sur la fermeté de caractère ainsi que sur la modestie ", de cette " profondeur d’esprit, reflet des luttes de la vie ", évoquée par le grand maître international Xavier Tartakover, cité dans la pièce (4).

Fuyant le Vieux continent, " B. " est amené, sur le bateau de la traversée, à affronter le champion du monde hongrois Mirko Czentovic, personnage frustre que seule sa maîtrise diabolique du jeu d’échecs différencie de la bête. De cet affrontement entre l’amateur inspiré et le professionnel tacticien, mais surtout entre l’aristocrate raffiné et la brute épaisse, sortira la défaite de la pensée.

Faisant écho au désespoir du narrateur, cette défaite échiquéenne mais aussi culturelle trouvera une conclusion dramatiquement logique. Le narrateur se suicide, comme Zweig le fera peu après. Une fois encore, mise en abyme des histoires…

Face à la puissance de ce texte et au tour de force de Francis Huster, quasiment seul acteur en scène pour donner vie et corps à quatre personnages, le coup de chapeau s’impose. Une petite réserve toutefois : autant les personnages de Czentovic et du milliardaire peuvent légitimement relever de la caricature lorsqu’ils sont interprétés sur scène, autant de tels traits, même ponctuels, sont étonnants quand il s’agit de décrire la folie dans laquelle " B. " s’enfonce et le monde civilisé avec lui.

--------------

(1) Le monde d’hier, souvenirs d’un Européen, livre testament dont le manuscrit avait été adressé à son éditeur par Zweig en 1942, la veille de son suicide.

(2) La femme silencieuse de Monique Esther Rotenberg, mise en scène Pascal Elso, Théâtre Petit Hébertot (Paris). Texte publié aux éditions Dacres.

(3) " Ce niais et puerile jeu (Je le hais et fuy, de ce qu’il n’est pas assez jeu, et qu’il nous esbat trop serieusement, ayant honte d’y fournir l’attention qui suffiroit à quelque bonne chose). " Michel de Montaigne, Essais, Edition Pléiade, Paris : 1980, livre 1, chapitre 50, p. 290.

(4) Xavier Tartakover, Bréviaire des échecs, Editions Stock, Paris : 1936, p. 9.

--------------

  • Le Joueur d’échecs de Stefan Zweig, adaptation Eric-Emmanuel Schmitt, mise en scène Steve Suissa, Théâtre Rive gauche (Paris), jusqu’au 4 janvier 2015.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième mégafeu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates ont déposé plainte contre l’agence de renseignement américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l’ambassade équatorienne de Londres alors qu’il était la cible d’une vaste opération d’espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Quand la langue nous fait défaut
Les mots ne sont plus porteurs de sens, ils ne servent qu'à indiquer ce que l'on doit penser et ce qu'il est interdit de penser. La réaction du gouvernement français aux bombardements de Gaza le démontre une fois de plus.
par ekeland